Vu d'ailleurs, le débat controversé sur la laïcité et l'islam en France

Le 5 avril 2011, le parti au pouvoir en France, l'Union pour un mouvement populaire (UMP) a organisé une convention sur la laïcité en France, en interrogeant en particulier la place de l'islam, deuxième religion du pays. Ce qui a fait naître un débat controversé dans l'hexagone et au-delà.

dans

Laïcité et islam en France : état des lieux sur le débat de l'UMP du 5 avril

Par P. H.
Le débat sur la laïcité et l’islam initié par le président de la république en février dernier fait suite à l’échec, en 2009, de celui sur l’identité nationale. Le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, organisera donc le 5 avril une « convention » sur la laïcité et la place de l’Islam en France.

Le site internet de l’UMP justifiait le 4 mars la nécessité d'un débat dans un éditorial du secrétaire général de l'UMP de la façon suivante : « avec le débat sur l’identité nationale, nous avions collectivement fait le constat que notre Nation se fissurait en silence et notamment que la laïcité était mise à mal par les pratiques cultuelles de certains intégristes qui testent la République …un débat sur la laïcité en 2011 ne peut pas faire l’impasse d’une réflexion sur la pratique du culte musulman et sa compatibilité avec les principes de la République ».

Il y aura donc, le 5 avril, un avatar du débat sur l'Islam et la laïcité, devenu « convention sur la laïcité », pour discuter de « la construction et le financement des lieux de culte, les prières de rue, la formation des imams, les patients qui refusent d’être examinés ou soignés par des médecins de l’autre sexe, l’incompatibilité des prescriptions alimentaires - casher ou halal - avec les menus des cantines scolaires, la mixité des cours de sport, la langue utilisée pour les prêches etc. ».