Info

Vu d'Israël : Obama le meilleur et le pire des présidents

S'il est un pays où l'on suit comme sa propre élection la présidentielle américaine c'est Israël, tant la sécurité de ce pays dépend du bon vouloir bienveillant des Etats-Unis. Pour une partie des Israéliens, l'avènement du premier président noir avait suscité méfiance et inquiétude. Des sentiments injustifiés aujourd'hui nous dit Lior Papirblat, éditeur des médias sociaux du quotidien Haaretz, le grand journal de gauche, puisqu'Obama "a travaillé pour la sécurité d'Israël mieux que n'importe qui par le passé."

dans
En 2008 Barack Obama était un homme politique qui a apporté un espoir de changement dans la politique américaine et qui s'est inscrit dans l'histoire comme le premier président noir. Américains et Israéliens se demandaient alors : qui est le vrai Barack Obama ?

Quatre ans plus tard, si certains dirigeants israéliens de droite sont favorables à Mitt Romney le républicain, Obama est pour une autre partie des Israéliens, un président qui est préoccupé par la sécurité d'Israël et ses intérêts.
Tout au long de sa campagne, le candidat républicain à la présidence américaine, Mitt Romney s'est présenté comme un fervent partisan d'Israël - et a même affirmé que Barack Obama "avait  jeté Israël sous les roues du bus."

L'administration Obama, cependant, insiste encore et encore sur le fait que le président s'est engagé dans une relation forte avec Israël. « La relation entre les Etats-Unis et Israël est incassable et l'engagement des États-Unis pour garantir la sécurité d'Israël est dur comme du fer », a déclaré M. Obama.

Une relation incassable

La concurrence sur ce sujet entre  Obama et Romney est telle que chacun d'eux souhaite se montrer plus préoccupé que l'autre par les intérêts d'Israël et de sa sécurité,  avec pour but  avant tout de courtiser et de gagner le vote juif aux Etats-Unis.
Récemment, Obama a marqué une petite victoire quand le lobby juif AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), à l'occasion de Roch Hachana (le nouvel an juif), a exprimé sa gratitude au président américain pour son ferme soutien à Israël.

Naturellement, il existe dans la relation entre le dirigeant américain et le Premier ministre israélien quelques désaccords. Plusieurs fois, Obama a présenté des positions qui vont à l'encontre de celles de Benyamin Netanyahu, comme lorsqu'au début de l'année 2009, il a appelé à geler la construction des colonies en Cisjordanie. En ce qui concerne l'Iran et son programme nucléaire, il y a  des différences aussi, mais marginales, entre les positions de Netanyahou et d'Obama : ils sont d'accord sur le fait de prévenir le danger nucléaire iranien - mais le débat entre eux porte sur la marche à suivre.

"Jérusalem, capitale d'Israël"


Le Ministre israélien de la Défense Ehud Barak, a déclaré récemment que " l'administration américaine du Président Obama travaille pour notre sécurité mieux que n'importe qui par le passé. " Obama a ainsi pesé sur le vote pour des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'Iran et a entériné une loi visant à entraver le gouvernement iranien. Il a aussi fait en sorte de réinsérer le terme « Jérusalem, la capitale d'Israël », dans le programme du Parti démocrate.
Mais malgré tout cela, certains ont continué à insister sur le fait que les relations entre Israël et les Etats-Unis se sont détériorées depuis qu'Obama a pris ses fonctions.

Pourquoi ? Si nous nous faisions un sondage dans la rue israélienne, l'argument le plus commun contre le Président américain serait "qu'Obama n'est pas venu en visite officielle en Israël." Mais cet argument est faux. Ils ont oublié que même son prédécesseur, le Président républicain George W. Bush ne s'est rendu en Israël que vers la fin de son second mandat.