Il y a 70 ans, Auschwitz était libéré

L'entrée du camp d'Auschwitz (cc)
L'entrée du camp d'Auschwitz (cc)

Ce mardi 27 janvier 2015, cela fait 70 ans jour pour jour que les soldats soviétiques ont libéré le camp d'extermination nazi d'Auschwitz, en Pologne. Inlassablement, les survivants de ces camps de la mort témoignent.

dans

“Le mal, c'est cette horreur de l'autre parce qu'on ne le connaît pas“

L'écrivaine Francine Christophe a été arrêtée en 1942 puis déportée, alors qu'elle était enfant. Avec sa mère, elle a connu le camp de Bergen-Belsen, en Allemagne. Elle aussi a été libérée par des soldats soviétiques, alors qu'elle avait été évacuée du camp. Elle a réuni ses souvenirs dans Le Pêle-Mêle.
“Le mal, c'est cette horreur de l'autre parce qu'on ne le connaît pas“

Sarah, rescapée du Vél' d'Hiv' et d'Auschwitz

16.07.2014Par Léa Baron
(cliquer sur l'image pour accéder à l'article)
(cliquer sur l'image pour accéder à l'article)
Le 16 juillet 1942, les forces de l’ordre françaises orchestrent la rafle du Vél d’Hiv’. Des milliers de femmes, d'hommes et leurs enfants sont amenés au Vélodrome d’hiver à Paris avant d’être déportés dans les camps d’extermination nazis. Une adolescente de 14 ans, Sarah Lichtsztejn, parvient à s’en échapper avec sa mère. Rescapée d’Auschwitz et de Bergen-Belsen, elle se confie à TV5MONDE. Témoignage.

Il y a une décennie, dix témoignages

Il y a dix ans, TV5MONDE recueillait le témoignage de survivants et d'enfants de déportés des camps nazis.
(cliquer sur l'image pour accéder aux témoignages)
(cliquer sur l'image pour accéder aux témoignages)

Les plans du camp

27.01.2010Récit : Marian Naguzewski
Il y a cinq ans, en 2010, les plans originaux d'Auschwitz étaient exposés au public pour la première fois. Ils avaient été découverts à peine un an auparavant.
Les plans du camp

Auschwitz vu par les lycéens allemands

26.01.2015Par nos partenaires de France 2
En 2012, un sondage révélait qu'un Allemand sur dix ne connaît pas le nom d'Auschwitz... qu'en est-il dans les lycées ?
Auschwitz vu par les lycéens allemands

Retrouvez notre dossier complet : “Penser le génocide des Juifs, 65 ans après la libération des camps d'extermination“.

Pouvait-on penser, éduquer, chanter, rimer, après le 27 janvier 1945, lorsque l'Armée rouge, libérant le plus important des camps de la mort, Auschwitz Birkenau, mit le monde face à l'extermination des Juifs d'Europe et des Tsiganes ? La question ne cesse de hanter l'humanité. Là, à 50 kms à l'Ouest de Cracovie en Pologne, périrent plus d'un million deux cent mille personnes, la plupart conduites immédiatement vers les chambres à gaz, dès leur arrivée.

L'horreur en dates

27 avril 1940 Heinrich Himmler, chef de la SS, ordonne l'aménagement d'un camp de concentration à Auschwitz, en Pologne.

1er mars 1941 Himmler décide l’établissement d’un second camp à trois kilomètres de là, sur le site du village de Birkenau.

1941 Dans la seconde moitié de l'année, Birkenau est désigné pour devenir le principal camp d’extermination des juifs d’Europe de l’Ouest.
Le complexe d’Auschwitz est constitué de trois camps : le camp principal (Auschwitz I), Birkenau (Auschwitz II) et Monowitz (Auschwitz III), ainsi que de 40 camps annexes. Il devient le plus vaste et le plus peuplé des camps de l’univers concentrationnaire nazi.

Septembre 1941 Test de l’efficacité du Zyklon B, un produit insecticide.

1942 Les opérations de gazage sont transférées à Birkenau dans un puis deux bâtiments transformés à cet effet.

Juillet 1942 Une sélection est désormais pratiquée à l’arrivée des transports de déportés juifs. Certains servent de main-d’œuvre au service de la guerre totale.
La construction de quatre Krematorium, qui associent chambres à gaz, salle de déshabillage et plusieurs fours, est lancée. Elle s’achève entre mars et juin 1943. Il devient possible, en 24 heures, de brûler près de 4 800 cadavres et de gazer 3 000 personnes en même temps.

Fin 1944 Face à l'avancée soviétique, les détenus sont progressivement évacués.

27 janvier 1945 Les troupes soviétiques pénètrent à Auschwitz et découvrent dans l’ensemble du complexe 7 000 déportés.

(source : mémorial de la Shoah)