Aux JO de Londres, les hommes apportent fleurs et médailles

C'est une première : des hommes apportent des fleurs et des médailles aux Jeux de Londres !




dans
Aux JO de Londres, les footballeuses françaises qualifiées en demi-final face aux Suédoises.
Aux JO de Londres, les footballeuses françaises qualifiées en demi-final face aux Suédoises.
Vêtus d'uniformes violet façon Star Trek, ce sont des hommes, dans certaines cérémonies, qui apportent fleurs et médailles aux vainqueurs, à Londres. Et ce, pour la première fois de l'histoire des Jeux.

Quelle différence avec Pékin, où seules de jolies chinoises, triées sur le volet pour leur sourire – et leur capacité à rester des heures perchées sur de hauts talons – tenaient ce rôle bien "féminin" de porteuses de fleurs et de médailles ! 

Comme l'ont souhaité les organisateurs britanniques, ces nouvelles Olympiades se veulent égalitaires. On en a beaucoup parlé, tous les pays, Arabie Saoudite comprise, ont désormais des femmes dans leurs équipes. Deux pays, les Etats-Unis et le Canada, ont même envoyé plus de femmes que d'hommes à Londres.

Résultat, même si les organisations de défense du droit des femmes avaient pour objectif une participation totalement égalitaire, cette année, la proportion de femmes athlètes s'établit à 45%, contre 42% à Pékin. Les femmes ont aussi conquis de nouveaux bastions masculins : elles font ainsi leurs premiers pas olympiques en boxe cette année. 

Restent la natation synchronisée et la gymnastique rythmique, deux disciplines olympiques encore interdites... aux hommes. Au nom de l'égalité hommes/femmes, un groupe de sportifs, argumentant que le nombre de pratiquants y est de plus en plus élevé, a demandé à ce que ces deux catégories accueillent désormais des hommes... Reste également la représentation des femmes dans les organes de décision des Jeux, plus délicate, semble-t-il. Les organisations de défense du droit des femmes ont demandé au Comité Olympique d'inclure au moins 20% de femmes dans ces instances. Réponse sur ces deux questions aux prochaines Olympiades !

Lysiane J.Baudu

Ancienne grand reporter à La Tribune, Lysiane J. Baudu a rencontré, pendant ses 20 ans de journalisme international, des femmes du monde entier. 

Ces "rencontres" feront l'objet de billets, qui lui permettront de faire partager ses impressions, ses analyses, son ressenti au contact de ces femmes, dont l'action professionnelle fait sens pour toutes les autres, de même que pour la société.