Terriennes

Afghanistan : ZanTV, la télévision 100 % femmes

TV Femmes afghanes

Elles l'ont fait ! Depuis le mois de mai 2017, les Afghanes ont pris leur place, enfin, dans un paysage médiatique jusqu'alors presque exclusivement masculin. ZanTV est la première télévision faite par et pour les femmes. Un créneau au fort potentiel commercial, mais pas seulement.

dans

Dans ces studios de Kaboul, ce sont des réalisatrices qui contrôlent le travail des monteuses, tandis que les preneuses de son accrochent des micros au col des présentatrices et des invitées autour desquelles s'affairent les maquilleuses, sous l'égide d'éditrices et de rédactrices en chef. La quinzaine de techniciens qui encadrent leurs collègues féminines ne sont là que le temps de les former.

C'est en faisant passer des entretiens pour un poste de présentateur/trice du matin sur une chaîne locale que l'idée vient au producteur Hamid Sahar : dans la province conservatrice de Nangarhar, 80 % des candidats sont des candidates. Audacieux et mercantile, il entrevoit l'énorme potentiel, notamment dans les grands centres urbains, comme Kaboul, de ce nouveau public en mal d'information, de débat et de divertissement dans un pays où, jusqu'en 2001, le port de la burqa était obligatoire en public et où les filles ne pouvaient pas aller à l'école. 

Les programmes se veulent différents, adaptés aux besoins du public féminin. Santé, politique, économie, enseignement sont autant de thématiques abordées pour faire avancer la société afghane, explique le producteur.


Il fallait donner aux femmes la possibilité de travailler et de faire leurs preuves.

Hamid Sahar

Les 54 collaboratrices voient leur chaîne comme une tribune pour défendre les droits des femmes et faire entendre leur voix : "Tout le monde doit voir que les femmes sont capables de travailler et de prendre leur place dans la société," explique la jeune présentatrice Shamela Rasooli. A 22 ans, Shamela est à l'image de la plupart de ses collègues, dont l'énergie et l'audace compensent l'inexpérience. Leur objectif : montrer aux Afghanes qu'elles aussi peuvent vivre et travailler comme elles l'entendent. 

Le lancement des programmes de la "télé des femmes" qui, dans un premier temps, émet de 6 heures à minuit, n'est pas passé inaperçu. La journaliste kurde Gulê Algunerhan salue l'arrivée dans le paysage médiatique de cette région du monde de la "première télévision féminine en Afghanistan" :

Quant au site d'information du grand quotidien anglophone indien The Hindu, il consacre un article à cette initiative pionnière :


Le journaliste américain John Hendren, correspondant d'Al Jezeerah, lui, a craqué sur les abats-jours en burqa qui décorent les locaux de ZanTV :
 

Pressions et menaces

Voir une femme présenter un journal n'est pas exceptionnel, en Afghanistan, mais pour celles qui se sont lancées avec enthousiasme dans ce projet pionnier 100 % féminin, les pressions restent fortes, à commencer par la famille et le cercle des proches. "J'ai pas mal de problèmes depuis que je travaille dans les médias, explique Khatira Ahmadi. J'ai même reçu des menaces... J'ai des oncles et des cousins qui  sont convaincus qu'une femme ne devrait pas travailler à la télévision, mais je suis obligée de les ignorer si je veux poursuivre mes objectifs."

Au milieu d'un paysage médiatique d'une quarantaine de chaînes de télévision, ZanTV opère dans des studios rudimentaires avec un budget réduit à la portion congrue grâce aux technologies numériques. Quelles sont ses chances de succès ? Incertaines, bien sûr, mais son lancement reste une date à marquer d'une pierre blanche dans un pays en reconstruction, où plane encore le spectre des talibans.