A Annecy, honneur aux magiciennes de l'image animée

Image extraite des Aventures du Prince Ahmed (Die Abenteuer des Prinzen Achmed), de Lotte Reiniger, réalisé en 1926
Image extraite des Aventures du Prince Ahmed (Die Abenteuer des Prinzen Achmed), de Lotte Reiniger, réalisé en 1926

C'est assez rare pour être noté : un festival met les femmes de cinéma à l'honneur, côté programmation et côté membres du jury.  Le 39ème Festival international du film d'animation d'Annecy, du 15 au 20 juin 2015, rend hommage aux réalisatrices, de plus en plus nombreuses dans ce secteur de l'industrie cinématographique. Un événement dont Terriennes est partenaire.

dans
Cycles de projections consacrés aux pionnières du film d'animation, jurys exclusivement féminin, résultats d'une étude sur la place des femmes dans le cinéma d'animation et dévoilés en avant première, il y a comme un souffle revigorant qui passe sur la belle ville française d'Annecy (Haute Savoie) en ce mois de juin 2015, à l'occasion de la 39ème édition du Festival international du film d'animation. Un vent bien contraire à celui qui passe habituellement sur les grandes messes, telles celle de Cannes, de l'industrie cinématographique "inventée, manipulée et contrôlée par des hommes“, comme l'écrivait Virginie Despentes

Un coup de pouce nécessaire tant le "dessin animé" reste du genre masculin, en particulier en France. Une étude du CNC de mars 2014 intitulée "La place des femmes dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle" en atteste. Les réalisatrices sont quasiment absentes de l’animation française depuis 2008 : aucun long métrage d’animation français n’a été réalisé uniquement par des femmes. Seulement deux films mixtes ont été coréalisés en cinq ans - "Aya de Yopougon" (de  Marguerite Abouet et Clément Oubrerie) et "Minuscule – La Vallée des fourmis perdues" ( de Hélène Giraud  et Thomas Szabo). Même constat aux États-Unis : "Rebelle" (de Mark Andrews et Brenda Chapman) ou encore "La Reine des neiges" (de Chris Buck et Jennifer Lee).
L'affiche du 39ème festival international du film d'animation a été confiée à Regina Pessoa, artiste reconnue du cinéma d’animation,  Cristal d’Annecy 2006 pour son film "Histoire tragique avec fin heureuse".
L'affiche du 39ème festival international du film d'animation a été confiée à Regina Pessoa, artiste reconnue du cinéma d’animation,  Cristal d’Annecy 2006 pour son film "Histoire tragique avec fin heureuse".


Mais, la tendance semble s’inverser. La proportion de projets (toutes catégories confondues) soumis par des femmes au Festival d’Annecy est en augmentation, passant de 22 % en 2003 à plus de 32 % en 2013, soit une progression de 10 points. Elles s’illustrent surtout dans la catégorie court métrage et restent encore peu représentées dans le long métrage : "Le Voyage de Monsieur Crulic", réalisé par Anca Damian, Roumanie, et Cristal du long métrage Annecy 2012 ; "Sita Sings the Blues", réalisé par Nina Paley, États-Unis, Cristal du long métrage Annecy 2008 ; "La Légende de Sarila", réalisé par Nancy Florence Savard, Canada ; "Truth Has Fallen" de la réalisatrice Sheila Sofian, États-Unis ; ou encore "Buratino's Return" d'Ekaterina Mikhailova, Russie.

Présentes dans les écoles, moins dans la profession

Une étude de l'association Women in animation (Femmes dans l'animation)  présentée le 17 juin, en plein festival, montre un avenir plus prometteur pour les candidates qui voudraient tenter l'aventure dans ce secteur. Marge Dean, coprésidente de Women in animation, venue à Annecy, tempère cependant cet optimisme :

"Nous avons fait des études en ce sens qui sont très parlantes. Les femmes sont très présentes dans les écoles artistiques et notamment d'animation. Elles y sont même majoritaires. Mais dans l'industrie, elles n'occupent que 20% des postes, notamment créatifs. Il y a certes des réalisatrices comme Brenda Chapman ou Jennifer Lee. Un studio comme Dreamworks a fait des efforts réels dans ce sens. On commence donc à voir apparaître quelques réalisatrices et beaucoup de femmes viennent en ce moment du scénario ou du storyboard. Je pense qu'on est en train de franchir une étape et qu'une nouvelle génération de réalisatrices est sur le point de naître. L'environnement de travail des studios est majoritairement masculin. Et je pense que lorsqu'ils recherchent de nouveaux talents ils se tournent naturellement vers des hommes. Tout cela évoluera sans doute quand il y aura plus de femmes aux commandes. Nous développons d'ailleurs des programmes en ce sens afin que les femmes supportent les femmes. Il faut faire évoluer les mentalités, y compris chez les femmes elles-mêmes."

Regina Pessoa et Florence Miaihe, deux cinéastes phares du film d'animation
Regina Pessoa et Florence Miaihe, deux cinéastes phares du film d'animation
DR

Hommage aux pionnières

En marge des prix de l'édition 2015, les organisateurs ont choisi de récompenser celles qui se sont lancées avant d'autres. Ainsi Florence Miailhe se voit décerner un Cristal, la palme locale. Son style est atypique. Son univers poétique est reconnaissable entre tous et son travail a été souvent remarqué. En 1999, elle signe "Au premier dimanche d’août" (sélection officielle Annecy 2000, nominé pour le Cartoon d’or 2001 et César du meilleur court métrage en 2002). Réalisé en 2006, "Conte de quartier" obtient à son tour une mention spéciale du jury au festival de Cannes.

Parmi les hommages, on retiendra celui à Lotte Reiniger, née au crépuscule du 19ème siècle, femme de gauche, antinazie, auteure d'une filmographie impressionnante et remarquable, dont l'extraordinaire "Les Aventures du prince Ahmed" l'un des tout premiers longs métrages d’animation de l’histoire du cinéma, adaptation poétique des "Milles et une nuits", conçu de silhouettes de papier découpé. L'oeuvre de 65' comporte plus de 300 000 images. Trois années furent nécessaires à sa fabrication de 1923 à 1926.

Cadeau du Festival international d'animation d'Annecy aux fidèles de Terriennes, un montage de séquences réalisées par des artistes femmes, de tous les continents, et présentées lors de cette édition 2015.

Avec dans l'ordre d'apparition de ce florilège : "La tendre histoire du pingouin Cendrillon" de Janet Perlman ; "Entre deux soeurs" de Caroline Leaf ; "Un jour" de Marie Paccou ; "Quand les jours sombrent" de Wendy Tilby et Amanda Forbis ; "Au premier dimanche d'août" de Florence Miaïlhe ;  "Histoire tragique avec fin heureuse" de Regina Pessoa ; "Naissance" de Signe Baumane ; "Passages" de Marie-Josée Saint-Pierre ; "Miramare" de Michaela Müller : "Anna Blume" de Vessela Dantcheva ; "Tram" de Michaela Pavlatova ; "Ab ovo" de Anita Kwiatkowska-Naqvi ; "Pixel Joy" de Celia Florentine Grelier ;"Sidewalk" de Celia Bullwinkel ; "Futon" de Yoriko Mizushiri ; "Le chant" de Ines Sedan ; "Rocks in My pockets" de Signe Baumane ; "L'homme sur la chaise" de Dahee Jeong ; "Limbo Limbo Travel" de Zsuzsanna Kreif et Borbála Zétényi ; "Guida" de Rosana Urbes ; "Papa" de Jelena Girlin et Mari-Liis Bassovskaja ; "Tranche de campagne" de Hannah Letaïf ; "Haircut" (coupe de cheveux) de Virginia Mori ; "Sexy Laundruy" de Isabela  Plucińska ; "Night Hunter" (chasse nocturne") de Stacey Steers ; "Random Forces" (Forces aléatoires) de Stacey Steers.

Suivez Sylvie Braibant sur Twitter