Au Canada, c'est le 8 mars au sommet

De gauche à droite, de bas en haute : Pauline Marois, Première ministre du Québec, Christine Clark aux commandes de la Colombie, britannique, Eva Aariak à celles du Nunavut, Kathy Dunderdale élue de Terre Neuve, Alison Redford qui veille sur le riche Alberta, et enfin Kathleen Wynne, à la tête du parti libéral de l'Ontario
De gauche à droite, de bas en haute : Pauline Marois, Première ministre du Québec, Christine Clark aux commandes de la Colombie, britannique, Eva Aariak à celles du Nunavut, Kathy Dunderdale élue de Terre Neuve, Alison Redford qui veille sur le riche Alberta, et enfin Kathleen Wynne, à la tête du parti libéral de l'Ontario

Le Canada est le deuxième plus grand pays du monde, il est composé de 10 provinces et 3 territoires… Cinq de ces provinces et 1 territoire sont actuellement gouvernés par des femmes ! Autrement dit, 87% des Canadiens ont actuellement une femme comme Première ministre ! Une petite révolution qui s’est faite en douceur, année après année, et qui ouvre de nouvelles perspectives pour toutes les Canadiennes qui ont envie de sauter dans cette arène impitoyable qu’est la politique… Il reste aux femmes à s'emparer de la direction de la Fédération dans son ensemble !

dans
Des « BORGEN » au pouvoir

Cet automne, alors que Pauline Marois rentrait dans l’histoire au Québec en devenant la première femme première ministre du Québec, je découvrais la série danoise BORGEN qui raconte justement l’accession d’une femme au poste de Premier ministre, ses défis de former un gouvernement de coalition avec des adversaires qui ne cherchent que sa chute, et de concilier travail-famille en restant une femme et une mère pour son mari et ses enfants malgré une vie de fou.

Je regardais donc cette série et je me disais : parfois, la réalité dépasse la fiction, puisqu’au Québec, Pauline Marois, surnommée la « dame de fer » ou la « dame en béton », devait elle aussi former un gouvernement fragile puisque minoritaire et se frotter à la dure réalité du pouvoir… Les premiers mois n’ont d’ailleurs pas été faciles pour la nouvelle première ministre et son gouvernement, une période de rodage délicate, elle semble avoir repris les choses en main depuis le début de 2013.

C'est le premier pas qui compte...

Pauline Marois n’est pas la seule première ministre à batailler ferme au pouvoir… Il y a aussi Christy Clark, qui dirige la Colombie-Britannique – Vancouver – depuis 2010, après sa victoire à la chefferie du Parti libéral provincial. Il y a aussi Alison Redford, aux commandes de la très riche province de l’Alberta, qui a réussi à se faire élire première ministre en 2012 au terme d’une âpre bataille contre une autre femme, cheffe d’un parti très à droite. Signalons également sur le front atlantique du pays que la province de Terre-Neuve est dirigée depuis avril 2011 par Kathy Dunderdale, qui a réussi à se faire élire majoritairement en octobre de la même année. Enfin le territoire du Nunavut est aux mains d’EVA AARIAK depuis 2008, un territoire dans le grand nord canadien aux immenses défis, taux de chômage de 14%, problème d’alcoolisme, de violence familiale, de décrochage scolaire chez les jeunes, etc.

Et en Ontario, la nouvelle première ministre affiche ouvertement son homosexualité…

La dernière femme à prendre le pouvoir au Canada s’appelle Kathleen Wynne, elle vient d’être élue cheffe du Parti libéral de l’Ontario au terme d’une longue course à la succession et de devenir Première ministre – non élue en revanche. Autre fait notoire, Mme Wynne affiche très ouvertement  son homosexualité, ce qui est loin d’être le cas de beaucoup de politiciens et politiciennes. Elle a un gros défi sur les bras puisque son gouvernement est minoritaire et peut donc être renversé à tout moment, auquel cas, elle devra se faire élire comme première ministre…

Pauline Marois s’est réjouie, l’automne dernier, lors de la rencontre des premiers ministres des provinces et territoires du Canada, d’avoir autant de femmes à ses côtés. L’image n’était pas banale en effet… Six femmes, six pionnières, aux parcours personnel et professionnel impressionnants, dont 4 qui mènent les destinées des plus grandes économies provinciales canadiennes (Ontario, Québec, Alberta et Colombie-Britannique)… D’un bout à l’autre de cet immense pays, le rose donc s’impose et qui sait, il n’a peut-être pas fini de colorer le paysage politique canadien…  A quand une femme première ministre ÉLUE du Canada ?

Les Canadiennes et la politique, quelques chiffres


-    87% des Canadiens sont donc actuellement dirigés par des femmes premières ministres.

-    41 femmes ont été élues à l’Assemblée nationale du Québec qui en compte 125 lors des élections de septembre 2012, soit 33,6%, un record !

-    Alexa McDonough a été la première canadienne à devenir chef d’un parti politique national, le Nouveau Parti Démocratique, en 1980.

-    Et il y a 20 ans, Kim Campbell a été la première femme à devenir première ministre du Canada – mais elle n’a jamais été élue.

Non seulement le Canada aime les femmes en politique mais en plus, selon une étude menée par la Fondation Thomson Reuters menée en juin 2012, c'est dans ce pays qu'elles vivraient le mieux ! De quoi donner des fourmis migratoires dans les jambes...
Immigrantes pour le service domestique à Québec, vers 1911. Le célèbre photographe canadien William Topley a photographié ce groupe de domestiques immigrantes, probablement dans une gare maritime ou ferroviaire, puisque les femmes portent des vêtements de voyage. http://www.collectionscanada.gc.ca/immigrants/
Immigrantes pour le service domestique à Québec, vers 1911. Le célèbre photographe canadien William Topley a photographié ce groupe de domestiques immigrantes, probablement dans une gare maritime ou ferroviaire, puisque les femmes portent des vêtements de voyage. http://www.collectionscanada.gc.ca/immigrants/