L'avortement bientôt remboursé à 100% en France

Tous les actes médicaux autour de l'avortement seront pris totalement en charge en France à partir du mois d'avril.
Tous les actes médicaux autour de l'avortement seront pris totalement en charge en France à partir du mois d'avril.
Think Stock Photos.

L'intégralité des actes médicaux liés à l'interruption volontaire de grossesse sera remboursée à 100% en France à partir du 1er avril. 

dans
La prise en charge totale de l'acte lui-même était en vigueur depuis 2013. Mais à partir du 1er avril 2016, l'intégralité des actes médicaux autour de l'IVG sera remboursée par la Sécurité sociale française. C'est-à-dire, les consultations, les analyses ou encore les écographies.

La ministre de la Santé française, Marisol Touraine, a fait l'annonce ce vendredi 15 janvier lors d'une visite dans un centre du Planning familial de Paris. Le choix de l'endroit n'est pas anodin. En juillet 2015, ce centre situé en plein coeur de la capitale avait fait l'objet d'une attaque de militants anti-IVG. L'offensive contre ce droit acquis il y a plus de 40 ans grâce à la loi Veil ne s'est pas arrêtée là.

Alors que la campagne pour les élections régionales de décembre battait son plein, la candidate de l'extrême droite Marion Maréchal le Pen, a menacé de supprimer les subventions régionales accordées au planning familial de la région qu'elle briguait : Province-Alpes-Côte d'Azur dans le sud-est de la France. Les membres de l'organisation, des associations féministes et des centaines de citoyennes ont craint que cette promesse ne soit reprise par d'autres candidats Front national (FN).
La nièce de la patronne du FN n'a pas remporté l'élection. Et les attaques contre le droit à l'IVG en France n'ont pas cessé avec cette défaite.

Bataille en ligne

Des groupes "pro-vie" mènent une bataille intense en ligne pour que leurs sites de désinformation sur l'interruption volontaire de grossesse soient mieux référencés que celui du ministère de la Santé.

Au premier abord, la lectrice distraite pense qu'elle visite une publication qui prodigue des conseils, mais en réalité elle y lit des messages culpabilisants tentant de la dissuader d'avorter. Pour l'instant, cette offensive à échoué grâce à la mobilisation des internautes et à la nouvelle stratégie numérique du ministère de la Santé. Un système de référencement payant a été mis en place et les mots clés améliorés.
Avec le coup de pouce des internautes, cette campagne d'information pour rappeller aux femmes leurs droits a fait doubler le nombre de visites sur le site ivg.gouv.fr (entre 160.000 et 180.000 par mois).
 
Nouvelles mesures pour garantir l'accès à l'avortement

Les initiatives de Marisol Touraine pour garantir l'accès à l'IVG font partie du projet de loi de modernisation du système de santé français, voté en décembre. Celui-ci comprend la suppression du délai de réflexion d'une semaine et le renforcement de l'offre de proximité. Les sages-femmes pourront également réaliser des IVG médicamenteuses et les centres de santé, des IVG instrumentales. "Ces mesures seront mises en oeuvre avant l'été", a précisé la ministre.