Bibiana Steinhaus, une femme arbitre en première division allemande

Bibiana Steinhaus, arbitrant le match de Bundesliga Hertha Berlin/ Werder Breme ce dimanche 10 septembre 2017
Bibiana Steinhaus, arbitrant le match de Bundesliga Hertha Berlin/ Werder Breme ce dimanche 10 septembre 2017
© MICHAEL SOHN | AP PHOTO

À jamais la première ! Bibiana Steinhaus est la première femme arbitre d'une rencontre professionnelle... masculine de football. C'est elle qui a encadré ce dimanche 10 septembre 2017, l'opposition en Bundesliga (NDLR : le championnat de première division allemande) entre le Hertha Berlin et le Werder Brême.

dans
10 ans ! Dix saisons de football passées en deuxième division.
Et pendant presqu'autant d'années à arbitrer des matchs de joueuses.
 
Steinhaus, période arbitre assistante en 2005
Steinhaus, période arbitre assistante en 2005
© MICHAEL SOHN | AP PHOTO
 Une histoire commencée dans le football amateur en 1999. Bibiana Steinhaus, a alors 20 ans. Elle deviendra ensuite fonctionnaire de police à Hanovre. Un gage, sans doute, d'autorité. Elle l'a d'ailleurs démontré à plusieurs reprises.

Les grands arbitres possèdent cette psychologie si particulière à la fonction. Tous les observateurs du football se sont aperçus du potentiel de Bibiana Steinhaus, face au farceur Franck Ribéry. Elle avait déjà croisé l'attaquant français du Bayern Munich, il y a quelques saisons, quand elle était encore arbitre assistante le long de la ligne de touche.

Mais, le mois dernier, lors du premier tour de la Coupe d'Allemagne, entre le Bayern Munich (et une équipe de troisième division), celle qui fût désignée arbitre de la rencontre, a eu droit à un petit bizutage de la part du Français. Franck Ribéry, jamais avare de facéties, avait discrètement défait les lacets de la jeune femme après un but. L'arbitre l'a gentiment rappelé à l'ordre, avec le sourire, indiquant au passage à tout le monde que lui défaire ses lacets ne signifie pas qu'elle se laissera marcher sur les pieds.

Arbitre des garçons et des... filles

Sa personnalité, son sens du contact, sont autant d'élements qui ont motivé la Fédération allemande (DFB) à lui confier le sifflet central dans un championnat masculin de première division.

Une nomination saluée par Fatma Samoura. La secrétaire générale de la FIFA, soit le bras droit de Gianni Infantino, le grand patron de la confédération internationale, s'était félicitée de cette nomination décidée en fin de saison dernière.  

Cette saison (NDLR : 2017/2018), Bibiana Steinhaus dirigera plusieurs matches de Bundesliga, au même titre que les 24 autres arbitres du panel du championnat d'Allemagne.

Une révolution culturelle qui s'affirme

Mais rien n'a été simple. Pour en arriver, là, Bibiana Steinhaus a dû patiemment bâtir son parcours. 
La Bundesliga 2 (NDLR : le championnat de deuxième division allemande) fût son premier terrain de jeu dans le monde masculin. Celle qui fût en D2 allemande, dès 2007, arbitre centrale, a subi les effets du machisme ambiant. Quand en 2015, elle fait expulser le joueur du Fortuna Düsseldorf, Kerem Demirbay, il s'emporte en arguant que "les femmes n’ont rien à faire dans le football masculin".  Il sera suspendu pour cinq matchs et contraint par la fédération allemande d’aller arbitrer une rencontre de jeunes filles.
 
Je n'ai jamais fait cela dans un but d'émancipation

Bibiana Steinhaus, arbitre professionnelle
Une mésaventure que cette native de Basse-Saxe en Allemagne ne connaît pas dans le milieu du football féminin. Bien au contraire, Bibiana est une référence en matière d'arbitrage chez les joueuses professionnelles. Elle tiendra le sifflet sur trois matchs de l'Euro 2009 avant d'arbitrer la finale de la Coupe du monde, le 17 juillet 2011 qui opposait alors le Japon aux États-Unis. 
Finale de Ligue des Champions féminine à Cardiff avec la Française Laura Georges
Finale de Ligue des Champions féminine à Cardiff avec la Française Laura Georges
© NICK POTTS | AP PHOTO
Bibiana Steinhaus, le répète : "Je fais seulement ce que j'aime". "Mais si je suis un exemple pour beaucoup de jeunes filles, ou même une pionnière pour faire avancer l'égalité des droits, je m'en réjouis évidemment" disait-elle quelques jours à l'AFP, avant ce premier match de Bundesliga. Ce qui est certain, c'est le retentissement mondial de cette avancée. C'est un signal fort qui dépasse les frontières de l'Allemagne et s'inscrit dans une dynamique qui ne devrait plus faire marche arrière.

Et pour cause !  De plus en plus de femmes s'emparent de rôles-clé dans le football. Laura Georges (cf: photo), défenseure du Paris Saint-Germain, bientôt à la retraite, est d'ores et déjà, secrétaire générale de la Fédération Française de football (FFF). Bibiana Steinhaus lui avait d'ailleurs infligé un carton jaune, lors de la récente finale de Ligue des champions, le 1er juin 2017.

Corinne Diacre, ancienne capitaine des Bleues a été entraîneure en Ligue 2. Elle a sû s'imposer au sein du vestiaire de l'équipe masculine de Clermont, de 2014 à 2017. Elle vient de quitter ses fonctions pour succéder à Olivier Echouafni, à la tête de l'équipe de France féminine. Ambitieuse, elle a en tête un objectif : remporter la Coupe du monde que la France organise chez elle, à l'été 2019.