Terriennes

Canada: le nombre de femmes autochtones disparues largement sous-estimé

sujet 64 autochtones
©RadioCanada

Après des années de mobilisation et d'enquête, la lumière commence tout doucement à se faire sur la disparition et l'assassinat de milliers de femmes autochtones au Canada. Leur nombre serait bien plus élevé que le chiffre avancé jusqu'ici, et pourrait s'élever à 4 000. 

dans

Le nombre de femmes autochtones disparues ou assassinées est «bien plus grand» que 1200, a déclaré lundi la ministre des Affaires autochtones, Carolyn Bennett.

La ministre des Affaires autochtones Carolyn Bennett et la ministre de la Condition féminine Patty Hajdu ont effectué une tournée partout dans le pays depuis le début du mois de décembre pour rencontrer les familles des femmes autochtones disparues ou assassinées, en vue de lancer la Commission d'enquête nationale commandée par le gouvernement Trudeau.

Carolyn Bennett a dit la semaine dernière qu'elles avaient écouté 1300 personnes, et que la plupart d'entre elles croyaient que la police avait ignoré leurs préoccupations.

D'une certaine façon, la partie la plus dure, est l'espoir que beaucoup de ces participants entretiennent, le fait qu'ils parlent à des gens qui peuvent faire une différence dans leur vie et la responsabilité que nous ressentons. Et que nous devons poser des gestes concrets pour arrêter cette tragédie. Carolyn Bennet, ministre canadienne des Affaires autochtones
©blogue.Sblouin
©blogue.Sblouin


Un rapport de 2014 par la GRC a conclu que 1017 femmes autochtones avaient été assassinées entre 1980 et 2012 et que 164 autres étaient considérées comme disparues.

L'ancien premier ministre conservateur Stephen Harper a refusé à répétition de lancer une enquête sur le sort de ces femmes, argumentant qu'elles avaient besoin de voir des gestes concrets, pas d'autres études.

©premièresnations


Par contre, le premier ministre Justin Trudeau a promis lors de l'élection fédérale de lancer immédiatement une enquête comme partie de sa promesse d'établir une nouvelle relation de « nation à nation » avec les peuples autochtones.

 

Page Facebook du groupe "Justice for Missing and Murdered Indigenous Women"
Page Facebook du groupe "Justice for Missing and Murdered Indigenous Women"
©captured'écran