Changement climatique, les femmes sous pression au Népal aussi

Alina Saba, deuxième en partant de la gauche, intervenait lundi 30 novembre à la COP21 dans la cadre d'une conférence sur les femmes et le changement climatique. 
Alina Saba, deuxième en partant de la gauche, intervenait lundi 30 novembre à la COP21 dans la cadre d'une conférence sur les femmes et le changement climatique. 
L.Baron/TV5MONDE

La COP21 s'intéresse aussi aux femmes. Davantage touchées que les hommes par le changement climatique, elles sont aussi en première ligne pour mener des actions. Rencontre avec la Népalaise Alina Saba. Elle est membre du programme pour la justice climatique de l’ONG Asia Pacific Forum on Women, Law and Development.
 

dans

Alina Saba est une jeune activiste népalaise, très engagée dans la cause des femmes au Népal, qu'elle conjugue avec la bataille pour une justice climatique. Elle travaille comme chercheure à l'Institut pour la promotion des femmes. Elle a été remarquée parmi 500 candidats par les Nations Unies pour participer aux sommets sur le Climat. Léa Baron l'a rencontrée au Bourget, où elle participe à la COP21.

Les Népalaises n’ont accès ni aux pouvoirs  de décision, ni à l’éducation, ni aux ressources financières … C’est cette combinaison qui les rend plus vulnérables au changement climatique.

Pourquoi les femmes sont-elles plus affectées que les hommes par le changement climatique, notamment dans votre pays au Népal ?
 

United Nations

Parce qu’il existe déjà une grande inégalité entre les hommes et les femmes du fait de notre société patriarcale,  notre culture, nos traditions, les impacts dus au changement climatique les accentuent encore.

Les femmes sont les premières durement touchées et tout le temps laissées de côté, alors que ce sont souvent elles qui fournissent la nourriture, travaillent pour la famille et s’en occupent aussi en général, et plus particulièrement, en cas de désastres.

Mais elles n’ont accès ni aux pouvoirs  de décision, ni à l’éducation, ni aux ressources financières … C’est cette combinaison qui rend les femmes les plus vulnérables au changement climatique. Elles sont déjà affectées par les catastrophes environnementales, comme les inondations, mais le sont aussi autrement.

Ainsi, lorsque la production de nourriture décroît, ce sont les femmes qui doivent assumer l’entière responsabilité des conséquences : comment nourrir la famille, les enfants ? Dans de nombreuses communautés, ce sont elles qui s’occupent de l’agriculture, des semences. Cela leur impose une certaine pression sociale : comment survivre ?

Rien ne se fera sans nous, alors ne nous laissez pas de côté

Lors de la conférence dans laquelle vous interveniez, vous avez dit « Rien ne se fera sans nous alors ne nous laissez pas de côté. » Pourquoi est-ce important d’informer  les femmes sur le changement climatique et ses conséquences ? 

Chacune constate des modifications climatiques au gré des sécheresses ou des inondations, mais elles n’ont pas toujours connaissance de ce qu’il se passe à l’échelle internationale. C’est important de leur expliquer ce qu’il se passe afin qu’elles puissent se battre contre les effets dévastateurs du réchauffement de la planète.

Quelles solutions trouvent les femmes ? 

Au Bangladesh, des femmes ont commencé à exploiter leurs cultures dans des jardins suspendus parce qu’elles ne pouvaient plus faire pousser leurs graines sur la terre à cause des montées d’eau de mer.

Au Vietnam, des femmes bousculent la société patriarcale pour former le premier groupe de femmes agissant pour la réduction des risques liés aux désastres climatiques.  En se réunissant pour mener des actions contre les impacts du changement climatique, elles luttent aussi contre les inégalités entre hommes et femmes qui subsistent dans nos sociétés.

Elles mènent des actions au niveau local, basées sur ce qu’elles connaissent déjà et en fonction de leurs ressources. Mais le changement climatique devient si important que les solutions dépassent souvent leurs connaissances traditionnelles.

L'enjeu également aujourd’hui, c’est de faire connaître leurs actions afin de les répandre davantage.

"Le pouvoir des femmes pour changer le système !" Dès son arrivée à Paris pour la COP21, Alina Saba, 2ème à partir de la gauche, s'est fait remarquer en compagnie de quelques compagnes de bataille...