Comment survivre à la coupe du monde de football ?

Des supportrices belges lors du match France-Belgique à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 15 novembre 2011 - JACQUES DEMARTHON / AFP
Des supportrices belges lors du match France-Belgique à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 15 novembre 2011 - JACQUES DEMARTHON / AFP

Du 12 juin au 13 juillet 2014, durant un long mois, nulle et nul n'échappera sur la planète à la “footlitude“ dont les échos partis de Rio se feront entendre jusqu'au Groenland. Malgré un nombre grandissants de supportrices et de joueuses, le football reste un sport pratiqué et apprécié majoritairement par les hommes. Deux auteures, qui se font appeler la brune et la blonde, tentent avec humour dans un livre et dans un blog de rapprocher les femmes du ballon rond et de leur éviter des impairs avec leurs compagnons. Une démarche au 15ème degré, pas toujours bien comprise...

dans
"Ni pouf ni soumise"

Il leur a fallu se justifier. "Quel mal y a-t-il de parler de foot avec un ton non professoral, voire très léger pour les non initiés ? Le foot est le sport réservé au genre masculin testostéroné, créant à 88% des cas un clivage hommes/femmes", écrivent la blonde et la brune, Emilie Nemeth et Vanessa Gianini dans la "vraie vie" en réponse aux attaques multiples et virulentes dont leur blog "FootPouf, le foot pour les poufs mais pas que" est la cible. 

Les coups ont été portés des deux extrêmes : de certain-e-s féministes qui n'ont pas saisi l'humour décalé et l'autodérision dont elles font preuve à longueur de lignes ; et de machos sur-testostéronés qui veulent leur interdire de parler des matches et des règles (sportives...), pourtant simplissimes (qui expliquent le succès mondial, toutes géographies et classes sociales confondues, de ce jeu à une balle et 11 impétrant-e-s).

"Pourquoi se faire conspuer par les féministes ? Car nous ne parlons pas de sujets graves ? Car vous pensez que nous rabaissons la femme?
Pourquoi se faire conspuer par certains hommes? Car ce sont des femmes qui écrivent sur le foot ?
Certains nous reprochent de ne pas être des experts et d’en parler de manière trop légères.
Certaines nous reprochent de dégrader encore plus l’image de la femme.
Cliché ? Peut-être mais le parti pris est justement de se baser sur des clichés pour développer des thèmes autour du foot.
De nous moquer des footballeurs, des supporters, des femmes de joueurs, des femmes de supporters, de nous même, de ne pas de se prendre au sérieux.
"

Echapper à l'appel du 12 juin...


Pourtant, en marge du blog, leur petit opuscule "Mon mec aime le foot. Et alors ?" livré à la veille du Mondial 2014 pourrait presque être déclaré de salubrité publique. Il prodigue des informations pour comprendre ce qui se passe sur la pelouse (et pas qu'aux femmes, on connaît des hommes qui n'y connaissent rien non plus) afin de mieux suivre les matches et des conseils pour profiter de cet événement dont on pourra aussi se détacher grâce à un excellent calendrier alternatif. Le 18 juin, par exemple, nous sommes invité-e-s à répondre à "l'appel"... Et auparavant le 15 juin, nous aurons cherché, à l'occasion du matche Argentine/Bosnie-Herzégovine, à repérer ce petit pays européen sur une carte. Capitale Sarajevo, de quoi réviser la première guerre mondiale en ce centenaire... Mais le 13 juillet, il est superfétatoire de vouloir zapper la finale.

A lire aussi le "journal intime d'une femme de footballeur au Brésil", assassin certainement, imaginaire, peut-être...

Mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? A quand le rugby pouf ? Justement, la coupe du monde du ballon ovale c'est en... 2015. Et la brune et la blonde ont déjà commencé à tenter de comprendre les règles compliquées de ce sport qui conquiert pourtant, lui aussi, de plus en plus de joueuses, de supportrices et d'entraineures...
Un extrait du calendrier alternatif au Mondial proposé par la Blonde et la Brune
Un extrait du calendrier alternatif au Mondial proposé par la Blonde et la Brune

“Nous nous moquons de tout le monde, des footballeurs et des supporteurs, mais d'abord de nous mêmes“

12.06.2014propos recueillis via skype par Sylvie Braibant
Emilie  Nemeth, la "blonde" du duo, revendique le 15ème degré affiché du blog Foot Pouf et du livre qui en est issu. Elle revendique ce mot "pouf" parce qu'il est utilisé par "deux nanas qui ne se prennent pas au sérieux". Ronchons s'abstenir
Comment survivre à la coupe du monde de football ?


“Je compte bien vivre le Mondial à ma manière : sans mettre les pieds une seule fois au stade“

12.06.2014propos recueillis par Sylvie Braibant

Vanessa Gianini, la "Brune", s'est envolée pour le Brésil, afin de ne pas suivre la Coupe du Monde. Cela s'appelle l'esprit de contradiction et de provocation, partagé depuis Rio Sao Paulo avec Terriennes...


Le concept du footpouf, c'est quoi ?

C'est d'aider les nanas dont le mec, le collègue ou le voisin aime le foot tout en la faisant rire.
On explique le foot à notre manière, sans détour, on écrit comme on parle, sachant que les analyses de match, clairement, on s'en fout !

Le mot pouf, à connotation négative pour les femmes, ne prête-t-il pas à confusion ?

C'était le but, on a choisit de prendre des clichés masculins (foot) et féminins (pouf), de les coller ensemble et d'en faire une nouvelle espèce. On se moque de tout le monde dans le blog, le livre, tout le monde en prend pour son grade. Ces messieurs peuvent aussi apprendre beaucoup sur le fonctionnement des femmes, tout comme nos, nanas on peut un peu mieux comprendre les hommes.

Le foot reste-t-il masculin ? N'est-il pas en train de devenir aussi un sport pratiqué et aimé des femmes, sans que ce soit nécessairement pour plaire à leurs compagnons et conjoints ?
Je pense qu'on est encore loin des brésiliennes, qui elles apprennent les règles du foot pour choper et non pas parce que son mec aime le foot. C'est un niveau au dessus. On est encore en équipe poussine nous à ce niveau là.

Vous êtes à Sao Paulo à l'heure du mondial, c'est un hasard ?

Ohhh nooooon ! Je compte bien vivre le Mondial à ma manière : sans mettre les pieds une seule fois au stade et profiter de l'ambiance et de la cachaça locale !

Vous même aimez vous le foot ? Vous y jouez ?

Je ne suis pas une passionnée depuis ma plus tendre enfance mais j'ai une affection particulière pour le foot. Cette capacité à transformer mes hommes en homo sapiens football football m'emeut toujours autant.

Vous ne voudriez pas lancer un rugby pouf (dont les règles nécessitent bac + 10) ?
On y pense sérieusement ! Ca me permettra peut etre de comrendre les règles !

Le foot féminin plus télégénique ?

D’après certains spécialistes, en l'absence de gros enjeux pécuniaires, le foot féminin a des qualités que le foot masculin n’a plus : la passion du jeu, l’envie de s’amuser, comme en témoigne la dernière coupe du Monde, emportée par les Japonaises en 2011. Ne pas juste se contenter de retenir la balle pour éviter d'encaisser un but. "Tout cela rend le football féminin attractif et télégénique. Les diffuseurs commencent à s’en apercevoir," affirme la réalisatrice de Ladies' Turn, sur le football féminin au Sénégal.

Le football un sport d'homme ?

Le football s’est construit comme un sport d’homme. Sur le foot se sont greffées toutes les identités de genre masculin : l'endurance physique, les muscles saillants, le spectacle devant un public, dans un stade ouvert avec des joueurs érigés au rang de quasi demi-dieu... Toute cette rhétorique masculiniste fait que les femmes n'ont pas leur place sur le terrain.
Exception à la règle, les États-Unis. Dans ce pays, le "soccer", tel qu'ils l'appellent, est considéré comme un sport de femme. Les vrais "mecs", eux, jouent au football… américain.
La gardienne de l'équipe de football féminin des Etats-Unis, Hope Solo © AFP
La gardienne de l'équipe de football féminin des Etats-Unis, Hope Solo © AFP