A corps et à cris au Festival des films de femmes 2014

Jane Campion
Jane Campion

Pour sa 36ème édition, le Festival international de films de femmes de Créteil explore les corps, ceux des femmes et des hommes dans le viseur des caméras de réalisatrices du monde entier. L'écrivaine légendaire américaine Kate Millet et la réalisatrice comédienne sans frontières Maria de Medeiros accompagnent  ces dix jours d'immersion cinématographique, du 14 au 23 mars 2014. Un rendez vous dont Terriennes est partenaire.

dans
La question est toujours posée à Jackie Buet : mais pourquoi donc un festival "uniquement" de films de femmes ? Ne risque-t-on pas la ghettoïsation ? Interrogations auxquelles la fondatrice/directrice de cet ovni du paysage cinématographique mondial répond tranquillement et en souriant : "A Créteil nous présentons 90% d'oeuvres de réalisatrices. L'exacte proportion inverse de ce qui se passe au Festival de Cannes. Tant que ce déséquilibre perdurera, alors on continuera à se presser à notre manifestation." En 66 éditions, 8 femmes seulement ont présidé le jury de Cannes et depuis 1946, les réalisatrices ont représenté 3% de la sélection officielle et une seule, l'australienne Jane Campion, a reçu la palme d'or (elle sera aussi la 9ème femme à présider l'événement, en mai 2014...).

Les sportives dans l'objectif

Le Festival international de films de femmes de Créteil semble donc avoir de beaux jours devant lui, même si les réalisatrices investissent de plus en plus nombreuses et partout dans le monde le grand écran. Pour cette 36ème édition, après un focus sur "les bonnes" en 2013, les organisatrices ont choisi de jeter un coup de projecteur sur le sport (JO et Mondial du foot en arrière plan), terrain d'exploration habituellement réservé aux réalisateurs ou aux acteurs. Quel dommage, se dit-on, quand on sort de la projection du formidable "Joue la comme Beckham" de l'anglo-indienne Gurinder Chadha, que l'on pourra (re)voir cette année à Créteil.

Bande annonce de Joue la comme Beckham


Envol

Le corps au féminin, Kate Millet l'a exploré, magnifié, réinventé, au fil de ses oeuvres écrites, depuis La politique du mâle, en 1970 (Sexual politics), livre fondateur et émancipateur pour plusieurs générations de femmes, en passant par "En vol" (Flying), sa bouleversante autobiographie.

La Une de l'hebdomadaire américain Time Magazine en 1970, consacrée à Kate Millet.
La Une de l'hebdomadaire américain Time Magazine en 1970, consacrée à Kate Millet.
L'écrivaine américaine, 80 ans aujourd'hui, qui fit la Une de Time en son temps, est l'invitée d'honneur de cette 36ème édition. Elle y présentera "Three Lives" (Trois vies), un documentaire qu'elle réalisa dans la foulée de "La Politique du mâle", portrait croisé de trois femmes et dont le New York Times écrivait en 1971 : "Three lives est un documentaire émouvant, fier, calme, à l'agressivité contenue, tourné par une équipe exclusivement féminine, sur ce qu'est être l'une de ces trois très différentes femmes, qui parlent de leur vie, devant la caméra de Mme Kate Millet, avec sensibilité et suffisamment de surprises pour que chacun-e puisse être intéressé-e."

Autre invitée phare du festival, l'actrice réalisatrice Maria de Medeiros, portugaise et sans frontière, qui promène sa caméra d'un continent à l'autre, et creuse les pays soumis à des dictatures, corps et vies brisées, mais aussi révisités et restitués.

La présence de ces deux artistes exceptionnelles ne peut qu'inviter à se précipiter à Créteil, du 14 au 23 mars 2014.

En France, les réalisatrices représentent 25% de la production

13.03.2014propos recueillis par Sylvie Braibant
Jackie Buet, fondatrice et directrice présente les priorités de la 36ème édition du Festival international des films de femmes : donner à voir du beau et vrai cinéma et explorer les domaines où les femmes peinent encore à être reconnues.
En France, les réalisatrices représentent 25% de la production