Football féminin : un tweet sexiste de la Fédération anglaise indigne Internet

Les joueuses de l'équipe nationale anglaise : Ellen White et Karen Carney lors de la Coupe du monde féminine à Leverkusen (Allemagne), le 9 juillet 2011.
Les joueuses de l'équipe nationale anglaise : Ellen White et Karen Carney lors de la Coupe du monde féminine à Leverkusen (Allemagne), le 9 juillet 2011.
©AP Photo/Frank Augstein

Tollé sur la toile après la publication d'un tweet dans lequel la Fédération anglaise de foot félicite ses joueuses de retour de la Coupe du monde. Certains n'y voient rien d'offensant mais d'autres y perçoivent une bonne dose de sexisme à l'endroit de joueuses qui ont réalisé leur meilleur résultat dans le tournoi.

dans

Exploit. Jamais auparavant les joueuses de l'équipe nationale anglaise de foot n'avaient atteint ce niveau de la compétition. Dimanche 5 juillet, elles ont fini troisièmes sur le podium de la Coupe du monde féminine 2015 organisée au Canada. En petite finale, elles ont réussi à s'imposer 1-0 face à l'Allemagne tenante du titre mondial en 2003 et 2007.

A leur retour en Angleterre, lundi 6 juillet, la prouesse sportive des Anglaises a été saluée par la Fédération anglaise de football sur son compte Twitter :
 

"Nos lionnes reviennent à leur rôle de mères, compagnes et filles aujourd'hui mais elles ont endossé un autre titre, celui d'héroïnes", peut-on lire dans ce tweet qui a rapidement fait réagir les internautes.

Certains n'y voient rien d'offensant, ou une simple gaffe, quand d'autres y relèvent des propos très sexistes, blessants.

"Honnêtement, je ne vois ce qu'il y a de sexiste dans le tweet de la Fédération anglaise. Les Lionnnes nous ont tous rendus fiers."

"Il est évident que les gens lisent des choses dans le tweet de la fédération sur l'équipe féminine anglaise qui n'y sont pas"

Et les critiques de pleuvoir sur le réseau social :
 

"Eh bien, elles reviennent à peine à la paye et aux bénéfices dont les joueurs semblent profiter"

"Toujours vraiment agacée par ça, même si ce n'est pas une grande surprise. Quel foutu tweet idiot."

Submergée par les commentaires, la Fédération a rapidement supprimé le tweet de son compte, tentant aussi d'abréger le tollé soulevé sur la toile par cette publication. Alors que la Fédération a précisé que ces mots étaient sortis de leur contexte, leur éditeur de contenu James Callow publie un mea culpa sur son compte Twitter personnel :

"Désolé si j'ai offensé quelqu'un. Ce tweet devait résumé un instant agréable au moment où les joueuses ont retrouvé leur famille."

Pied-de-nez au sexisme

Lors de cette Coupe du monde de football organisée au Canada, d'autres joueuses avaient décidé de se moquer des propos sexistes souvent proférer à l'encontre des sportives. L'équipe norvégienne avait choisi de rire des préjugés de manière assez adroite dans une vidéo dont Le Huffington Post avait publié des morceaux choisis sur son site : 
 

Pari réussi car leurs interviews sont vite devenues virales sur la toile. Une autre manière de s'imposer dans le paysage médiatique lors d'un événement sportif international qui reste encore moins bien couvert par les médias que lorsqu'il s'agit de la Coupe du monde de foot masculine.

Mais cela s'améliore. Et les pouvoirs publics n'y sont peut-être pas étrangers. La France a par exemple lancé début 2014, une campagne pour accroître la visibilité des compétitions sportives féminines dans les médias. Elles représenteraient aujourd'hui 15% des retransmissions contre seulement 7% en 2012. Une bonne progression mais des efforts restent à faire...