En Norvège, l’injonction de muscles et de beauté faite aux accouchées

Elles courent, elles courent mais où vont-elles ? Photo parue dans le Aftenposten du 5 juillet 2014 http://www.aftenposten.no/
Elles courent, elles courent mais où vont-elles ? Photo parue dans le Aftenposten du 5 juillet 2014 http://www.aftenposten.no/

Les Norvégien-ne-s aiment courir paraît-il. Mais savent-ils seulement vers où ? La question peut être posée à la vue de ces mamans qui joggent, sautent, dansent dans les rues et les jardins d'Oslo ou de Bergen, jamais sans leurs bébés et les poussettes qui vont avec. Ce qu'elles veulent ? Exhiber un ventre plat d'adolescente au sortir de la maternité. Au risque de leur santé. Au Nord de l'Europe, mais aussi au Canada ou en France, les médecins commencent à s'inquiéter de cette frénésie de gymnastique post-partum et de la “mummyrexie“, contraction créée pour désigner les mamans anorexiques.

dans
Qu’est-ce qui fait courir les jeunes mamans d’Oslo ? Avec bébé. D’abord dans la poussette, à vive allure, puis - toujours près de maman, allongé sur la pelouse si verte du parc de Frogner. De loin, cela ressemble à un nouveau jeu ou rituel étrange. De près, il en est bien autrement. Ici on ne rigole pas: Contrôle! Stabilité! Travaillez la périnée! crie le seul homme du groupe – en l’occurrence l’instructeur de ce « minibootcamp » pour jeunes femmes qui viennent d’accoucher. Objectif : retrouver non seulement la ligne mais la meilleure forme physique et ce le plus rapidement possible. Comme Kate Middelton, Victoria Beckham ou encore Kim Kardasian, pour ne citer qu’elles. Ou la vedette locale Caroline Berg Eriksen, blogueuse et « femme de footballeur », qui avait affolé la Norvège et le monde entier avec son 'selfie', quatre jours seulement après l’accouchement de sa fille. Ventre plat comme en béton armé, parfaitement musclé, le tout dans des sous-vêtements affriolants rose bonbon. Comment, un ventre si plat si vite? Un exploit pour certaines. Une provocation, voire une déclaration de guerre pour beaucoup d’autres. « Tu n’es pas comme nous », lui disait-on sur les réseaux sociaux. Affolée par tant de buzz, Caroline ne blogue plus.

En réalité, le concept vient des Etats-Unis et du Canada. « Baby Boot Camp » et « Stroller fitness » (gym avec poussette) dit-on là bas. L’une des pionnières fut Kristen Holder, écrivaine et diplômée en fitness, Pilates (méthode de gymnastique douce, ndlr) et anthropologie physique de l’Université de Californie. Frustrée à la naissance de son premier bébé, elle ne trouva aucune vraie possibilité de remise en forme, sauf en prenant une baby-sitter, en s’inscrivant dans un centre de gym ou en ayant recours à un entraîneur professionnel. L’idée de Kristen : utiliser la poussette comme seul équipement, et emmener bébé pour des exercices en plein air. Au Canada, une autre maman eut la même idée, y compris en hiver, sous la neige (faisant alors un traineau de la poussette). En France, ça commence tout juste à prendre. Dans les pays scandinaves, le concept explose, et plus particulièrement en Norvège.

La photo postée par Caroline Berg Eriksen quatre jours après son accouchement et qui a provoqué tant de colère
La photo postée par Caroline Berg Eriksen quatre jours après son accouchement et qui a provoqué tant de colère
"Forest gump" au féminin pluriel

La raison est simple. Il suffit de s’y rendre pour s’apercevoir que tout le monde fait du sport dans ce royaume béni. Les joggeurs sont partout, les centres de gym également. Il font même des rabais en ce moment de vacances, pour ne pas oublier la forme… cruciale aux yeux des Norvégiens. Pour tous, il faut un corps sain, bien entrainé, musclé. En toute circonstance. Les grands sportifs forment la seule élite du pays. Les jeunes mamans en sont bien conscientes. Un petit bedon post-partum, que l’on regarde attendri dans d’autres pays, n’est pas acceptable dans un pays où le sport est roi. Il y a trois ans, le premier centre d’entraînement dédié aux femmes enceintes ou nouvellement accouchées, Femme, ouvrit à Trondheim. Actuellement, les listes d’attente sont longues.


Alors, un esprit sain dans un corps sain? Oui et non. Dès leur plus jeune âge, les Norvégiennes sont élevées dans un grand respect de la nature et de la vie en plein air. Mais dans le cas présent, n’en font elles pas trop ? Ici, on ne plaisante pas avec la maternité. Le congé est d’un an – à partager entre les deux parents. Le problème n’est pas tant post -, mais pré partum. L’obsession de la minceur poussent certaines à ne pas s’alimenter suffisamment pendant la grossesse. Jetez un coup d’oeil sur #fitmom. 500 000 mamans ultra-minces vous donnent des complexes à vie. Plus grave: les médecins s’inquiètent de cette tendance de « mummyrexie » (mamans anorexiques) qui peut nuire aux bébés... et aux femmes.

Ne jamais s'arrêter...
Ne jamais s'arrêter...
Etre mère sans l'être

"Ce trouble alimentaire
, s'il reste encore marginal en France, se développe ces dernières années. Je vois de plus en plus de patientes qui refusent de prendre du poids alors même qu'elles sont enceintes. Certaines futures mamans un peu rondes veulent également en profiter pour perdre quelques kilos", confirme le psychiatre Gérard Apfeldorfer au magazine l’Express.

"Les stars légitiment cette pratique, mais la mummyrexie s'inscrit dans un contexte plus général d'intolérance social au surpoids, nuance le psychiatre. Ces femmes vivent une sorte de déni de grossesse: elles veulent l'enfant mais pas la grossesse. Or, ce ne sont pas elles qui grossissent mais leur enfant". Les gynécologues recommandent une prise de poids d'au moins sept kilos. Car à eux seuls, le foetus, le placenta et le liquide amniotique pèsent sept kilos.  

Autre phénomène à la mode : les femmes qui accouchent, mais reprennent leur vie professionnelle immédiatement après. En France, le record dans le domaine appartient probablement à Rachida Dati, alors ministre, de retour au ministère cinq jours après l’accouchement. Record battu largement par Cathrine M. Lofthus, directrice d’un grand hôpital d’Oslo. Elle a accouché de son quatrième enfant un samedi à 16h45, et se mit au travail (à la maison) le dimanche dés 8 heures du matin. Avec l’aide de son mari, ayant pris un congé les deux premières semaines. Tout en allaitant bébé – ce que font plus de 90 % des norvégiennes. Il y a quelques années, une femme ministre venait d’accoucher. Le ministère (des Affaires étrangères) lui accorda sans sourciller plusieurs poses d’allaitement quotidiennes. D’ailleurs, l’allaitement est tellement naturel que cela se fait partout: dans les lieux publiques, au restaurant… Là les Norvégiennes ont une large avance sur les Françaises. Qui ne pourraient sans doute pas non plus faire leur gym avec la poussette au Jardin du Luxembourg ! Sa créatrice, Catherine de Médicis pourrait s’en offusquer, et elle ne serait pas le seule...