Terriennes

Féminisme, mot de l'année 2017. Un néologisme français universel, et toute une histoire

Quand on a le bonheur d'être croquée à l'occasion d'un colloque sur les dessinatrices de presse (Cartooning for peace 2014 Montpellier) après la question d'une personne présente dans l'assistance qui demande : "êtes vous féministe ?"
Quand on a le bonheur d'être croquée à l'occasion d'un colloque sur les dessinatrices de presse (Cartooning for peace 2014 Montpellier) après la question d'une personne présente dans l'assistance qui demande : "êtes vous féministe ?"
copyright Julien Revenu ADAGP 2017

L'année 2017 fut celle des femmes, celle de cette vague planétaire de #MeToo #MoiAussi qui n'a épargné personne ni aucun continent. A tel point que Time Magazine a décerné son titre de « personnalité de l’année » aux initiatrices de #MeToo2017 et qu’un dictionnaire américain a décidé d’ériger « féminisme » comme mot de l’année 2017. Et pourtant, il n'y a pas si longtemps, ce beau néologisme était encore imprononçable...

dans
C'était presque devenu un gros mot, qu'on se chuchotait dans la clandestinité : alors toi aussi tu es féministe ? Oui mais chut s'il te plaît... Ce néologisme créé à partir du mot latin femina (féminin, femelle) et devenu international semblait entâché de désamour : il trainait derrière lui des visions de femmes dominatrices, un peu masculines, peu sexualisées, bref une série de clichés qui lui collaient aux basques, bien loin de ce qu'il signifiait vraiment. 

Malgré la révolution des femmes en 2017, malgré son élection comme mot de l'année par un dictionnaire américain, il reste mal aimé. Y compris par certaines qu'on n'attendait pas là, telle Sandra Muller, la lanceuse du discuté #BalanceTonPorc qui a connu un tel succès à l'automne 2017 en France, en écho au #MeToo anglosaxon : “Je sais que ça ne plaît pas que je dise ça mais je ne suis pas féministe, je n’aime pas ce mot. Pour moi, il suppose une opposition entre les hommes et les femmes qui me dérange. Il faudrait inventer un autre terme”, explique-t-elle à Terriennes sans craindre le paradoxe...
 

Et pourtant, c'est l'un de ces mots que la langue française a donné au monde entier (ou presque), au delà de la francophonie. Un mot qui ne se traduit pas, se prononce presque partout pareil, avec juste un suffixe rajouté, une accentuation différente, une graphie adaptée selon les alphabets... 

Féminisme, un mot français, transposé presque tel dans la plupart des langues et sur tous les continents, comme ici en allemand , anglais, espagnol-italien, islandais, en letton,  sans accent en néerlandais, danois, norvégien, ou suédois,<br />
en polonais ou en turc, en russe, en serbe ou encore en grec...
Féminisme, un mot français, transposé presque tel dans la plupart des langues et sur tous les continents, comme ici en allemand , anglais, espagnol-italien, islandais, en letton,  sans accent en néerlandais, danois, norvégien, ou suédois,
en polonais ou en turc, en russe, en serbe ou encore en grec...
(c) Sylvie Braibant

Un néologisme aux origines discutées

Pour le siècle tout le monde est d'accord, c'est le 19ème. Pour le lieu aussi, la France, donc. Mais si certain.es l'attribuent à un penseur "féministe" d'autres le mettent au contraire sous la plume d'un écrivain misogyne. 

Ainsi, sur le site du Sénat français, on peut lire que "Le mot "féminisme" apparaît vers 1830 ; il est attribué à Charles Fourier, chef de file d'un mouvement (le fouriérisme) qui se distingue par ses prises de position en faveur de la liberté des femmes." L'historienne américaine Karen Offen, spécialiste de l'histoire européenne au 19ème siècle à travers celle des femmes, des moeurs et de la famille, est plus prudente : "Il est d'usage d'attribuer le mot « féminisme » à Charles Fourier (1772-1837), ce penseur audacieux qui forgea tant de néologismes et qui comprit si bien que l'essence de l'émancipation des femmes fut leur subordination légale aux hommes, en même temps que leur dépendance économique. La date d'origine citée varie, néanmoins, de 1808 — date de publication de la première édition de la Théorie des quatre mouvements — à 1837, l'année de la mort de Fourier, et à 1841, date de la publication de la seconde édition (posthume) des Quatre dans ses Œuvres complètes."

A l'image d'autres philosophes utopistes européens, le français Charles Fourier voulait inventer une nouvel ordre, ou plutôt désordre, amoureux, essentiel à l'édification de son utopie libertaire et égalitaire qui se résumait dans l'organisation du phalanstère : « la terre de la Société harmonique sera divisée en trois millions de phalanstères, chacun regroupant 1 500 personnes des trois sexes (les mineurs, pour Fourier, appartiennent à un troisième sexe, un sexe neutre ou impubère) ». Ce célibataire réservé, comptable vertueux, pronaît l'amour libre parce que "Le bonheur de l'homme, en amour, se proportionne à la liberté dont jouissent les femmes" écrivait-il dans "La théorie des trois mouvements". Ou encore « La fidélité perpétuelle en amour est contraire à la nature humaine » dans Le Nouveau Monde Amoureux, oeuvre posthume.

Le "familisme" de Charles Fourier

Mais personne ne parvient à citer précisément le mot dans l'oeuvre de Fourier, sans doute parce qu'il n'y existe pas... On n'y trouverait que « famillisme ».

Ce que confirment Geneviève Fraisse ou Christine Fauré. La philosophe et la sociologue balayent d'un revers de texte cette origine "socialiste" du mot féminisme, qu'elles attribuent au contraire à l'un des plus misogynes des auteurs français, Alexandre Dumas fils (l'auteur de La Dame aux camélias). "Les néologismes féminisme et féministe apparaissent de manière sporadique dans le vocabulaire médical des années 1870 pour décrire une féminisation du corps et, sous la plume d’un écrivain à succès, Alexandre Dumas fils qui, dans son pamphlet L’homme-femme (1872), taxe de « féministes » les partisans de la cause des femmes. Dix ans plus tard, une journaliste, Hubertine Auclert, pionnière du suffragisme en France2, qualifie son combat de féministe. Avec la création d’une Fédération française des sociétés féministes en 1891 et une campagne européenne pour l’émancipation des femmes, cet usage des mots se popularise dans la décennie 1890-1900." énonce Christine Fauré

Le curieux de la chose est que la création de ce néologisme est daté de l’année de la mort de Fourier. L’apparition de l’adjectif « féministe » est remarqué chez un auteur connu pour son attitude passionnelle à l’égard des revendications des femmes de son temps. Derrière Fourier le socialiste et féministe, se trouve donc Dumas-fils, républicain et antiféministe.
Geneviève Fraisse, philosophe

Tandis que Geneviève Fraisse pense, dans "Muse de la raison" (ed Gallimard 1995), l'une de ses oeuvres les plus connues, que le féminisme fut une notion médiccale avant de devenir politique ou philosophique  : "Le mot « féminisme » est abusivement attribué depuis la fin du XIXe siècle à Fourier et le dictionnaire Robert de la langue française perpétue encore cette erreur. On comprend bien pourquoi : outre que Fourier est un auteur enclin aux néologismes, il assiste en 1830 à l’apparition du premier mouvement féministe et joue bien évidemment un rôle d’éclaireur dans l’histoire de l’égalité des sexes et de la liberté des femmes. Le curieux de la chose est que la création de ce néologisme est daté de l’année de sa mort. Or ce mot n’est pas dans ses textes, même si la chose s’y trouve. En revanche, l’apparition de l’adjectif « féministe » est remarqué chez un auteur connu pour son attitude passionnelle à l’égard des revendications des femmes de son temps, Alexandre Dumas-fils. Il publie en 1872 L’homme-femme, pamphlet à propos d’une affaire de moeurs, débat sur l’adultère et l’interdiction du divorce. Derrière Fourier le socialiste et féministe, se trouve donc Dumas-fils, républicain et antiféministe. Il n’est pas anodin que le mot vienne de ce côté-ci de la vie politique du XIXe siècle. Mais plus surprenant encore : le mot « féminisme » préexiste à l’adjectif politique, il appartient au vocabulaire médical, ce qu’attestent d’ailleurs encore certains dictionnaires médicaux du XXe siècle. En effet, en 1871 parait une thèse de médecine intitulée 'Du féminisme et de l’infantilisme chez les tuberculeux' dont l’auteur est l’étudiant Ferdinand-Valère Faneau de la Cour, élève du professeur Jean lorain, en fait le véritable auteur du mot nouveau."

In-définitions, entre politique et physiologie

Selon les dictionnaires, les définitions s'infléchissent, se brouillent, se complexifient ou se réduisent. 
Larousse : « Mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société.
Attitude de quelqu'un qui vise à étendre ce rôle et ces droits des femmes : Un féminisme actif.
État d'un individu du sexe masculin présentant des caractères de féminité plus ou moins marqués (développement des seins et des hanches, absence de barbe, finesse de la peau, etc.). [On attribue cet état à l'absence ou à l'insuffisance des sécrétions internes testiculaires.] 
»

L’Internaute : « Tendance préconisant l'indépendance des femmes et l'amélioration de leur situation.
Synonyme : émancipation
 »

Encyclopaedia universalis : « Le féminisme est une notion à la fois trop générale et trop complexe pour qu'on puisse évaluer son contenu, ses objectifs, ses argumentations, son importance historique, avant d'avoir posé la question du terme lui-même. »

Le Dictionnaire Robert : « Féminisme, doctrine qui préconise l’extension des droits, du rôle de la femme dans la société »

Quand un mot devient une pensée et une action

C'est dans la dernière décennie du 19ème siècle que le féminisme passe d'un mot à un mouvement, plus précisément en 1892, selon Christine Fauré. "Le premier congrès annuel de la Fédération des sociétés féministes se tient en 1892 et bénéficie d’une importante couverture de presse. Le quotidien Le Temps suit l’événement du 14 au 17 mai. L’utilisation de ce terme se généralise en Europe, notamment en Belgique et dans la Suisse francophone. La Revue politique et parlementaire publie, à partir d’août 1896, une série d’articles sur le féminisme en Angleterre, France, Italie, États-Unis, Australie et Allemagne.

Ensuite, de rassemblements en revendications, le mot s'incarnera au 20ème siècle, d'abord dans le combat des suffragettes pour le droit de vote des femmes, puis dans le mouvement de libération des femmes (MLF) des années 1970, aux ambitions plus larges - pour une égalité entre les sexes dans le travail, la politique, les religions etc -, avant de se diviser en branches plus ou moins bien acceptées par le courant occidental dominant - LGBT, black feminism, féminisme islamique, féminisme décolonial, formes d'un féminisme intersectionnel. 

Banderole « Les filles affranchies » pour le 8 mars, préparée par des féministes lesbiennes
Banderole « Les filles affranchies » pour le 8 mars, préparée par des féministes lesbiennes
Wikicommons
Et puis, il tomba dans une certaine forme de désuétude, voire de rejet, par les trentenaires de la fin du 20ème siècle et du début du 21ème, jeunes femmes qui pensaient le combat pour l'émancipation des femmes achevé, voire contreproductif à force d'être trop vindicatif.
Et voici que ce mot, le féminisme, semble avoir retrouvé toute sa vigueur en 2017, grâce, pourrait-on dire, à l'avènement de Donald Trump, un ultra-machiste à la tête des Etats-Unis, première puissance mondiale, au retour, un peu partout dans le monde, au pouvoir d'ultra conservateurs porteurs des théories les plus rétrogrades puisées aux sources de toutes les religions monothéistes, mais aussi au refus de plus en plus exprimé à voix haute des violences et autres formes de harcèlement sexuel de plus en plus nombreuses à l'encontre les femmes. 

Féminisme, l'occurence la plus recherchée dans les dictionnaires en 2017

Merriam-Webster, l'une des plus anciennes maison d'édition américaine,  spécialisée dans la publication de dictionnaires et d'ouvrages scientifiques, dont le palmarès annuel est toujours très attendu, est formelle : "2017 aura vu un nombre conséquent de recherches autour mot féminisme avec des pics de consultation liés à des événements précis."

Pour ce classement surprenant (on y trouve aussi "complicité", "récuser", "empathie", "radoteur", "gaffe", "fédéralisme" ou encore "ouragan") avec ce "féminisme" arrivé en tête des dix mots de l'année, les éditeurs expliquent leur choix : "L’augmentation générale et continue des recherches autour de ce mot nous disent qu’il intéresse beaucoup de gens, et les pics de consultation nous donnent un aperçu des raisons qui ont accompagné ce regain d’intérêt. C’est d’abord après la couverture médiatique marche des femmes à Washington DC en janvier 2017 que le mot féminisme a atteint un sommet. Il s’agissait de savoir si l’événement était féministe, et si oui, de quel féminisme il s’agissait. Le mot a rebondi lorsque Kellyanne Conway (conseillère personnelle de Donald Trump, ndlr) a dit, lors d'une interview, qu'elle ne se considérait pas féministe. Le féminisme est alors devenu une interrogation en soi. 
La recherche dans les dictionnaires a aussi été stimulée par l’industrie du divertissement : nous avons constaté un pic de consultations avec la sortie de la série télé « La servante écarlate » et du film « Wonder woman » (autour d’une héroïne guerrière de fiction du conflit de 1914-1918). 
Plus récemment, les recherches sur le féminisme se sont multipliées après les nombreux reportages sur les agressions et cas de harcèlement sexuels. Beaucoup de femmes se sont exposées afin de partager leurs histoires avec des journalistes, et encore plus ont témoigné via les réseaux sociaux en utilisant le mot dièse #MeToo pour dire qu'elles aussi ont été victimes de tels comportements. Le flot continu dans la presse autour des démissions, licenciements d'hommes accusés de harcèlement sexuel ou d'agressions sexuelles a maintenu cette quête autour du féminisme.
"

Et puis, ce nouveau point culminant, le choix de Time Magazine début décembre pour sa personnalité de l'année 2017 : les initiatrices du mouvement #MeToo.

Le dictionnaire Merriam-Webster livre en conclusion sa propre définition de ce mot : « Les définitions actuelles du féminisme sont les suivantes : "la théorie de l'égalité politique, économique et sociale des sexes" et "l'activité organisée au nom des droits et des intérêts des femmes." »

Et mise en pratique immédiate avec Time Magazine dans sa dernière Une de 2017 avant de passer à 2018, avec quatre femmes puissantes pour "le plus fantastique des voyages. 
 
Il reste à espérer que le "féminisme" restera le mot de l'année 2018, 2019, 2020 etc, et cela jusqu'à ce qu'il tombe dans les mots oubliés, parce qu'il ne sera plus nécessaire. Malheureusement il a sans doute de beaux jours devant lui, parce que comme nous l'écrivons souvent dans Terriennes : #yaduboulot !

Suivez Sylvie Braibant sur Twitter > braibant1