Terriennes

Femmes au volant, moins d'accidents, plus d'argent !

Au nom du principe de non discrimination, le genre ne pourra plus être un argument des compagnies d'assurance pour pratiquer des bonus auprès de ses assurés les plus vertueux, en l'occurrence les femmes, puisque que celles-ci sont impliquées (et cela sur pratiquement tous les continents) dans trois fois moins d'accidents que les conducteurs. Les assureurs français, qui pratiquaient ces tarifs préférentiels, ont jusqu'en 2013 pour ce conformer à cette décision.

dans
On trouve toujours sur la toile les clichés les plus éculés et les plus faux sur les femmes au volant...
On trouve toujours sur la toile les clichés les plus éculés et les plus faux sur les femmes au volant...
La nouvelle a tout de même fait la Une de la République du centre, le grand quotidien de la région centre et du Loiret réunis, qui va de Chartres à Auxerre… La Cour de justice de l'Union européenne demande de toute urgence à la France de se conformer au principe de non discrimination en administrant les mêmes tarifs d'assurance aux conductrices qu'aux conducteurs. Le tarif d'assurance imposé aux femmes au volant était bien le dernier (et sans doute le premier) domaine où le deuxième sexe était favorisé.

Souples, calmes, prudentes, épargnées de la testostérone qui amène aux excès de vitesse et aux bras d'honneur, les conductrices françaises provoquent beaucoup moins de taule froissée que les hommes. C'est la statistique qui le dit, pas un jugement moral, politique ou sexiste, en dépit de tous les clichés et blagues imbéciles qui assurent le contraire. Comme la plus courue : "Femmes au volant, mort au tournant !" Comme aux États Unis , les Françaises provoquent trois fois moins d'accidents mortels que les hommes. Et dire que "Lobby européen des femmes" qui représente plus de 2500 associations de femmes à travers l'Europe, s'est réjoui de cette décision...

ÉGALITÉS À PLUSIEURS VITESSES

À ce titre, les femmes, en particulier les jeunes, bénéficiaient d'un bonus, réduisant d'environ un quart les tarifs de leur souscription d'assurance. Et voilà que le Conseil européen vient de rappeler à l'ordre les Compagnies françaises d'assurance qu'ils menacent de sanctions pour cette discrimination sexiste, intolérable selon ces vertueux bureaucrates, à l'heure du combat pour l'égalité des sexes.

Mais alors vont-ils menacer les entreprises françaises de punitions pour ne pas pratiquer l'égalité des salaires : il convient de rappeler à ces messieurs dames que les femmes gagnent en moyenne à travail égal, moins de 25% que les hommes. Que le travail précaire les touchent et les clochardisent beaucoup plus vite que les messieurs, et qu'on ne parle même pas des travaux ménagers qui selon le dernier rapport de l'Insee sur les familles restent le noyau dur de la domination masculine.