Terriennes

Femmes et leadership en Méditerranée, une formation pratique à l'ENA

Crédit : Laura Mousset, TV5MONDE

Du 19 au 30 octobre, dix-neuf femmes, haut-fonctionnaires, venues de différents pays de la Méditerranée suivent une formation à la prestigieuse Ecole nationale d’administration (ENA). Le but du programme est de permettre aux participantes de mieux se positionner dans leur environnement professionnel et d’acquérir les outils de l’égalité femmes-hommes.

dans
Le 19 octobre 2015, dix-neuf femmes, haut-fonctionnaires, venues de différents pays de la Méditerranée (Egypte, Tunisie, Algérie, Maroc, Palestine, Jordanie et Liban) intégraient la prestigieuse Ecole nationale d’administration (ENA). « Elles sont toutes choisies en fonction de leur engagement sur les questions d'égalité femmes-hommes et sur leur potentiel, explique Nathalie Loiseau, directrice de l'ENA. On les renforce dans leur leadership mais nous attendons d'elles qu'elles soient des relais dans leurs pays »

La formation "Femmes et leadership en Méditerranée" est mise en place par l'ENA sur demande du Ministère des Affaires étrangères et du développement international et en partenariat avec ONUfemmes. Le but est de permettre aux participantes de mieux se positionner dans leur environnement professionnel et d’acquérir les outils de l’égalité femmes-hommes.« C'est important qu'en politique, dans les entreprises et dans les administrations, il y ait une représentation équilibrée de la société, souligne Nathalie Loiseau. Il y a des femmes qui ont du talent et les pays ne peuvent pas se priver de ces talents-là. Souvent, elles apportent une vision nouvelle car elles sont pionnières. (...) Pour des pays en pleine transformation, un regard nouveau est très utile. »

Le programme de l'ENA est donc là pour accompagner les changements dans des pays qui, malgré les efforts entrepris par les gouvernements pour favoriser l’égalité des sexes, ont encore des progrès à faire. Plusieurs participantes se sont exprimées sur le sujet.
 
- Touria El Afti, Ingénieure générale chargée du pôle Genre au Ministère déléguée chargée de l'eau, au Maroc. 

- Majeda Abdalrazeq, Cheffe des relations publiques et médias au Ministère des Affaires des femmes en Palestine.

- Soumaya Chaib, sous-directrice de la communication extérieure au Ministère de la Communication algérien.

- Jeanane El Khourhy, Cheffe du département juridique à la Faculté de Droit et l’Université libanaise de Beyrouth

- Nada Draz, Directrice pour les Affaires francophones au Ministère des Affaires étrangères égyptien.

Ena web 1
Images : Laura Mousset, TV5MONDE


Des ateliers pratiques

Lundi 26 octobre, lors d’un atelier intitulé "Appropriation des outils égalité femmes-hommes" et animé par Pauline Chabbert, directrice associée du groupe Egalis, les participantes ont pu découvrir l’outil "sensibilisation des ministres à la lutte contre le sexisme". Cet outil a été mis en place par Caroline de Haas, directrice associée du groupe, initiatrice d'une liste féministe aux Européennes de 2014, et ex-conseillère en charge des politiques féminines au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes. Il avait notamment servi à sensibiliser les membres du gouvernement de François Hollande en 2012.

Durant 45 minutes, Pauline Chabbert leur a donc proposé un diaporama de 45 minutes reflétant les mentalités et la réalité, avec des chiffres clef et des exemples concrets du sexisme au quotidien. Ainsi, on y (ré)apprend qu’en France, l’écart de salaire entre femmes et hommes est de 27%, que selon Egalis "83 000 femmes sont violées chaque année" (selon les dépôts de plainte, il y en aurait 13000) ou encore que 40% des femmes voient leur carrière impactée par la naissance de leurs enfants…

Ajoutées à ces chiffres, des publicités discriminatoires prouvent que l’égalité est loin d'être appliquée. Le groupe Egalis parle même « d’illusion d’égalité ». A travers cette sensibilisation, le but est de « provoquer un intérêt, une réaction chez le ou la ministre » qui regarde le diaporama, explique Pauline Chabbert.
 

Comment comptez-vous faire réagir vos ministres ?

Pauline Chabbert, Directrice associée du groupe Egalis

Mais cet outil n’est qu’une base pour les participantes. L’objectif est qu’elles « puissent le réutiliser et le réadapter en fonction de leurs réalités », explique Pauline Chabbert. C’est pourquoi, après la présentation, la formatrice leur propose de se répartir en plusieurs groupes afin qu’elles puissent imaginer la sensibilisation appropriée à leur pays. « Comment comptez-vous faire réagir vos ministres ? », leur demande Pauline Chabbert pour les aider à réfléchir.

Durant la première semaine, les participantes ont également assister à un atelier d’affirmation de soi et de développement du leadership. Une manière pour elles d’apprendre à maîtriser les techniques managériales et d’avoir confiance en elles. Durant leur dernière semaine, elles vont continuer à s’enrichir de différents outils pour favoriser l’égalité femmes-hommes et apprendre à constituer des réseaux de femmes dans leur région et plus généralement dans le monde. Certaines d'entre elles ont confié leurs principales attentes concernant la formation.

Dans l'ordre : Soumaya Chaib, sous-directrice de la communication extérieure au Ministère de la Communication algérien ; Jeanane El Khourhy, Cheffe du département juridique à la Faculté de Droit et l’Université libanaise de Beyrouth ; Amel Khamari, Sous-directrice des Ressources humaines au Ministère du développement, de l'investissement et de la coopération internationale en Tunisie ; Nada Draz, Directrice pour les Affaires francophones au Ministère des Affaires étrangères égyptien ; Latifa Benayad, Cheffe du service de l'approche genre au Ministère marocain de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration et Touria El Afti, Ingénieure générale chargée du pôle Genre au Ministère déléguée chargée de l'eau, au Maroc. 
 

Ena 2
Images : Laura Mousset, TV5MONDE

La programme se termine le 30 octobre. Ce jour-là, les participantes recevront un certificat qui valide leur formation. Ce sera ensuite à elles de mettre en application leur plan d'action et les outils de l'égalité femmes-hommes qui leur auront été transmis.

A retrouver sur Terriennes, cette autre expérience menée en 2010


> 18 femmes d'affaire africaines sur les bancs de l'Ena