Frappées, voire torturées, les domestiques immigrées de Hong Kong se révoltent

Le drame d'une jeune domestique indonésienne a mobilisé des milliers de manifestantes à Hong Kong. Elles ont dénoncé les violences courantes faites aux employées de maison dans ce territoire semi-autonome chinois ©AFP
Le drame d'une jeune domestique indonésienne a mobilisé des milliers de manifestantes à Hong Kong. Elles ont dénoncé les violences courantes faites aux employées de maison dans ce territoire semi-autonome chinois ©AFP

Des milliers de domestiques indonésiennes et philippines manifestent depuis plusieurs semaines à Hong Kong après les graves maltraitances infligées par ses "patrons" à une employée de maison. Elles dénoncent les violences exercées sur ces travailleuses immigrées ainsi que la passivité des autorités. Tandis qu'au Maroc, après des affaires similaires, le Parlement a mis à son agenda une loi pour mieux protéger les "petites bonnes".

dans
De graves blessures aux jambes et le visage gonflé par des hématomes. C'est dans cet état qu'Erwiana Sulistyaningsih, une jeune Indonésienne, est rentrée dans son pays le 10 janvier 2014. Employée pendant huit mois comme domestique à Hong Kong, elle aurait été maltraitée et torturée par sa patronne, une femme de 44 ans, chez qui elle était contrainte de vivre. L'affaire de trop. Des milliers de domestiques, en majorité indonésiennes et philippines, sont descendues dans les rues de Hong Kong pour soutenir la jeune femme. Elles ont dénoncé les mauvais traitements infligés aux employées de maison qui travaillent dans cette ancienne colonie britannique. Le président indonésien leur a apporté son soutien.  Médiatisée par ces manifestantes et les associations de défense des droits humains, le cas d'Erwiana a ému l'opinion publique indonésienne, et au delà. 

Erwiana Sulistyaningsih, jeune domestique indonésienne, apparemment sous-alimentée et torturée par son ancien employeur à Hong Kong (Cliquer pour agrandir) ©AFP
Erwiana Sulistyaningsih, jeune domestique indonésienne, apparemment sous-alimentée et torturée par son ancien employeur à Hong Kong (Cliquer pour agrandir) ©AFP
Deux tiers des domestiques victimes de violences

Et pour cause, Hong Kong compte 300 000 domestiques. Elles sont pour la plupart originaires de Philippines, de Thaïlande et surtout d'Indonésie. Selon Amnesty International, elles sont recrutées dans leur pays par des agences qui leur font miroiter des salaires élevés. Arrivées à destination, elles sont à la merci des agences de placement qui les privent de leurs droits : confiscation de leurs papiers d'identité, endettement forcé pour payer leur formation, injection de produits contraceptifs, restriction de leur liberté, sous-alimentation, etc. De leurs patrons, elles subissent des violences physiques graves et travaillent en moyenne 17h par jour. Amnesty International a comparé ces conditions de travail à de "l'esclavage moderne". Dans la dernière étude sur les domestiques indonésiennes à Hong Kong publiée en novembre 2014 par l'ONG, deux tiers des migrantes interrogées disent avoir été victimes de violences physiques et psychologiques de la part de leurs employeurs.

De "l'esclavage moderne" impuni

Jusqu'ici les autorités fermaient les yeux sur ces délits qu'elles considéraient comme de faible gravité. L'indignation des manifestantes, puis de la presse locale et internationale autour du cas d'Erwiana, a poussé la police de Hong-Kong à agir. Elle a lancé une enquête criminelle fin janvier et a arrêté l'employeuse incriminée alors qu'elle s'apprêtait à fuir vers la Thaïlande. Pourtant Hong Kong, territoire semi-autonome chinois considéré comme protégeant le mieux les domestiques en Asie du Sud-Est, reste une destination prisée par les candidates homosexuelles au travail d'entretien de maison. Pour elles, venues de pays voisins conservateurs (Indonésie et Philippine), Hong Kong est un lieu de liberté, malgré les mauvais traitements infligés. 

Pendant ce temps au Maroc

La condition des domestiques n'est pas seulement pointée du doigt en Asie. Au Maghreb, le Maroc est invité à concrétiser son projet de réglementation de ce secteur, afin de renforcer la lutte contre le fléau des "petites bonnes", récemment mis en lumière par la condamnation d'une employeuse pour la mort d'une adolescente victime de sévices. Fatima, une domestique de 14 ans, était morte en mars 2013 de brûlures aux mains et au visage. En janvier 2014, à Agadir, au Sud du pays, son employeuse a été condamnée à 20 ans de prison. Cette affaire a été perçue comme un symbole du calvaire parfois vécu par les dizaines de milliers de "petites bonnes" marocaines. Le Parlement marocain a inscrit à son agenda un projet de loi du gouvernement visant à réglementer le secteur : salaire minimum (environ 100 euros par mois), jour de repos hebdomadaire, congés annuels ou encore sanctions financières envers les employeurs - jusqu'à 5000 dirhams (450 euros) - en cas d'infraction. Reste que ce texte n'interdirait pas d'exploiter des mineures de 15 ans.

“Nous sommes des travailleuses immigrées, pas des esclaves“

12.02.2014Reportage TV5MONDE : Stéphane Leroyer
“Nous sommes des travailleuses immigrées, pas des esclaves“
Erwiana Sulistyaningsih, jeune domestique indonésienne âgée de 23 ans, est rentrée dans son
pays le 10 janvier 2014. Souffrant de graves blessures aux jambes, elle était incapable de marcher. Son employée, une femme de 44 ans, l'aurait torturée pendant huit mois. Cette dernière a été arrêtée alors qu'elle comptait fuir vers la Thaïlande. Une affaire qui a soulevé une vague de protestation des employées de maison à Hong-Kong et ailleurs dans le monde.