Google accusé de sexisme dans ses publicités pour des emplois

<p>L'algorithme utilisé par Google dans ses publicités, notamment pour des offres d'emplois, serait biaisé en faveur des hommes...<br />
	 </p>

L'algorithme utilisé par Google dans ses publicités, notamment pour des offres d'emplois, serait biaisé en faveur des hommes...
 

©Thinkstock/maurusone

Selon une étude de l'Université Carnegie Mellon, aux Etats-Unis, l'algorithme utilisé par Google dans ses publicités, notamment pour des offres d'emplois, serait biaisé - en faveur des hommes...

dans

Comment une information se retrouve-t-elle en tête du classement Google dans le cadre d'une recherche ? Mystère, le géant américain a toujours refusé de divulguer la manière dont fonctionne son algorithme. Au point de créer la polémique, comme dans le cas d'une recherche Google sur des photos de Pd-G : les premiers exemples qui montent à l'écran sont exclusivement des hommes, presque tous blancs, de surcroît.... De fait, les photos de femmes ne représentent que 11% de la totalité des illustrations proposées par le moteur, alors qu'elles sont 27% à exercer des fonctions exécutives dans les entreprises américaines....

Google est-il sexiste ?

Et voici qu'à la suite d'une étude menée par des spécialistes de l'Université Carnegie Mellon, à Pittsburgh, aux Etats-Unis, le géant mondial de la recherche sur Internet est accusé de sexisme, dans le cadre de ses activités publicitaires. Son outil, qui peut être personnalisé, notamment en fonction de l'utilisation faite du moteur de recherche (visites passées sur des sites d'offres d'emplois, par exemple) propose en effet moins de postes de managers de haut vol s'il a intégré le fait qu'il s'agit d'une utilisatrice derrière l'ordinateur...

Les chercheurs de Carnegie Mellon s'en sont rendus compte après avoir créé plusieurs fausses identités, dans le but d'effectuer des recherches, notamment d'emplois. Les informations fournies au système étaient identiques - à une différence près : le genre. Le groupe test composé d'hommes s'est ainsi vu proposer des offres d'emplois attrayantes 1852 fois, tandis que le groupe de femmes, seulement 318 fois !

Cibler un profil particulier

Google s'est défendu, en déclarant que les donneurs d'ordres, entreprises ou cabinets qui voulaient afficher des offres d'emplois, pouvaient lui avoir demandé de cibler un type de profil particulier... Peut-être, mais cela n'affranchit pas le moteur de recherche.

D'abord, parce que quels que soient leurs préjugés contre les femmes, les clients sont clairement rois chez Google. Ensuite, parce que la réaction de Google laisse de côté un autre phénomène, lié à son fameux algorithme. Si son moteur personnalisé analyse bien le comportement passé des utilisateurs - ce qui implique d'ailleurs qu'en fonction des recherches sur un certain type d'informations, le moteur en proposera ensuite d'autres du même type à l'utilisateur - dans le cas de l'étude de l'Université Carnegie Mellon, il s'agissait de nouveaux utilisateurs - sans passé, donc. Et qui se sont bien vus proposer plus d'offres d'emplois attrayantes en cas d'identification “masculine” de la part du système. Or le moteur, aussi complexe et secret soit-il, est programmé par des humains. Des hommes, sans doute....