Heureusement que Simone veille sur nous

Les quatre comédiennes de “Et pendant ce temps Simone veille“ - De gauche. à droite, Hélène Serres, Vanina Sicurani, Karina Marimon et sous les trois,  Bonbon<br/>
Les quatre comédiennes de “Et pendant ce temps Simone veille“ - De gauche. à droite, Hélène Serres, Vanina Sicurani, Karina Marimon et sous les trois, Bonbon

Chiantes, excessives, castratrices, insupportables... les féministes vous exaspèrent ? C’est bien. Vous êtes prêt(te)s à réviser les classiques du MLF. A gorge déployée. Si, si, c’est possible, j’y étais ! Prenez place aux côtés de quelques autres sceptiques et d’une multitude de convaincu(e)s à la Comédie Bastille. Attention, retour vers le futur ! La conquête de leurs droits par les femmes, aidées en cela par quelques hommes et sous le parrainage de l’emblématique Simone Veil. Révisions. Et prospectives... Réjouissances à la Comédie Bastille jusqu’au 4 janvier 2015

dans
« La femme est un musée ! Et comme pendant les journées du patrimoine, aujourd’hui l’entrée est gratuite. »

Vous pensiez acquis les droits des femmes et achevée leur lutte pour leur reconnaissance ? Innocents que vous êtes ! La lutte continue. Mais rien n’empêche d’en rire, que diable ! Simone veille encore, et avec elle, une bande de luronnes qui comme Desproges veulent bien rire de tout mais pas forcément avec n’importe qui. Ca tombe bien. Dans ce petit théâtre de Bastille, le public qui se presse est sinon acquis, à tout le moins prêt à se laisser séduire. Ici, on ne donne pas de leçons, on ne fait pas dans le marasme. Non, on rafraîchit la mémoire. On amuse avec l’Histoire et les histoires de plusieurs générations de femmes qui traversent le siècle et son cortège de bouleversements sociétaux. Le droit de vote, le divorce, la contraception ou l’avortement. Merci qui ?

En novembre 1974, Simone Veil ministre de la Santé, défend son projet de loi sur l'IVG


Simone Veil. Heureusement !
 
La pièce raconte l’histoire, sur période d’environ 70 ans, de trois femmes et de leur descendance. La bonne idée : faire se succéder sur ce banc de square ces quatre générations, des aïeules à leurs petites-filles. Entre le 20ème et le 21ème siècles , qu’est-ce qui va changer dans leur vie ? Elles obtiendront le droit de vote, le droit de jouir ou pas, le Robot Moulinex qui délivre la femme et bien d’autres choses. Mais ont-elles obtenu ce qu’elles revendiquaient : la parité, l’égalité de traitement, le partage des tâches ménagères, la prise en charge des enfants ?

Un spectacle créé pour la Journée de la femme... Et qui a flambé...

Un spectacle créé pour la Journée de la femme... Et qui a flambé...

Boum, boum, boum ! Voilà que résonnent les trois coups, c’est parti ! La truculente Bonbon présente les protagonistes. Sans flagornerie et avec malice. Marcelle l’ouvrière, « beauté brute des années 50, mariée, usée par la vie ». Jeanne l’épouse désespérément heureuse d’un employé de bureau: « beauté déterrée ... beauté éthérée ». France, l’héritière virée de son usine la guerre finie, par ses frères : « beauté ravagée, beauté raffinée ». Chacune représentant un type et de femme et de caste. Chacune agissant et réagissant selon son rang.

Extrait - De l'autonomie des filles


L’amusant : de l’arrière grand-mère à sa dernière descendante, les morpho et socio-types varieront peu, les suffragettes d’hier ayant assuré la transmission des valeurs familiales.

Les événements, annoncé s par la toujours facétieuse Bonbon, se succèdent. Les époques changent, pas les interprètes : Karina Marimon, Hélène Serres et Vanina Sicurani. Autour du banc, on discute, on danse, on chante, on s’engueule. Le féminisme, chacune le défend (ou l’enterre) à sa manière.

En France, un suffrage universel... à l'exclusion des femmes. C'est pas merveilleux ça ?

En France, un suffrage universel... à l'exclusion des femmes. C'est pas merveilleux ça ?

Le saviez-vous : l’acte fondateur de la revendication féministe remonte à 1791, dans le sillage de  la révolution française. « La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune. » Elle ne manquait pas d’audace, cette Olympe de Gouges, auteure de la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ». Femme de lettres devenue femme politique, elle milite pour les droits humains, esclaves noirs d’abord, femmes ensuite. Pour ses consoeurs, elle revendique le droit d’être citoyenne à part entière. Elle demande et obtient le droit au divorce, premier et seul droit conféré aux femmes par la Révolution.

Victime de ses convictions girondines, elle périra, pied de nez funeste, par l’échafaud. Pour seul éloge funèbre, le procureur de la Ville de Paris raillera cette « femme-homme, l’impudente Olympe de Gouges qui la première institua des sociétés de femmes, abandonna les soins de son ménage, voulut politiquer et commit des crimes ».

Et pendant ce temps (heureusement), l’étranger veille

Tandis que la France fait de la résistance, le monde bouge. En 1869, l'État américain du Wyoming instaure le vote des femmes, suivi par la Nouvelle-Zélande en 1893 et par l’Australie en 1902. En 1918, à la fin de la Première guerre mondiale qui a vu les femmes suppléer leurs maris morts ou enrôlés, la Grande-Bretagne, la Suède, l'Allemagne, la Russie soviétique et la Pologne instaurent le vote des femmes. La Turquie suit, en 1934. Un an plus tard, tatam ! les femmes votent dans la plupart des pays d'Europe, à l'exception de la Suisse, l'Italie, des Balkans. Et de la France.

Dès que ça avance pour les femmes, les hommes veillent...

Dès que ça avance pour les femmes, les hommes veillent...

Dans la patrie des droits de l’homme mais toujours pas de la femme, on se hâte lentement.  1848 : création de quelques clubs féministes vite interdits. 1876 : Hubertine Auclert fonde le premier mouvement suffragiste Le droit des femmes. 1903 : début de la lutte des institutrices pour l’égalité de traitement avec les hommes. Trois ans plus tard, à Paris, à l’occasion des élections municipales, les suffragettes manifestent pour le droit de vote. En 1911, le 19 mars, la 1ère journée internationale des femmes est célébrée. Elle rassemble plus d'un million de femmes.
 
Pour que la France, toujours patrie des seuls droits de l’homme accorde aux femmes le droit de glisser leur bulletin dans l’urne, il faudra attendre le 29 mars 1944. Alléluia ! L'amendement Fernand Grenier est adopté par 51 voix contre 16 à l'Assemblée consultative provisoire. Les femmes ont enfin le droit de vote, 75 ans après les américaines, 26 ans après les britanniques.

« Moulinex libère la femme »

 
Résultat : jusqu’à l’orée des pétulantes années 60, une société patriarcale dominée par le mâle triomphant, faisant régner dans son foyer la Pax Familia. Lui, seigneur économique tenant Madame par le bout du portefeuille. Elle souvent inféodée faute de revenus propres. Le cadeau de fête des Mères idéal en 1961 ? Le robot Moulinex, la marque qui libère la femme.

Extrait - Le robot qui “libérait“ les femmes...


1975 : Début des grandes campagnes contre le viol. Après le viol en réunion de deux touristes belges à Marseille, la France s’enflamme. L’ont-elles bien cherché ? D’aucuns le pensent, d’autres le disent. Lors du procès de Marseille, Gilbert Collard, défenseur des accusés, le confie : la femme reste l’éternel serpent suscitant la convoitise masculine qui mérite ce qui lui arrive. Vous avez trouvé Eve, cherchez donc Adam, la pomme et le serpent. Et tant que vous y êtes, DSK, Dominique Strauss Kahn et sa suite 2806 du Sofitel de Manhattan, indirectement responsable de ce spectacle humoristique.

Le révélateur du spectacle a été l'affaire DSK

Le révélateur du spectacle a été l'affaire DSK

Rappelons que le viol est un crime passible de la cour d'assises depuis décembre 1980 et qu’une loi le définit précisément. Le viol est tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, réalisé aussi bien avec une partie du corps (sexe, doigt, ...) qu'avec un objet.  Acte commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise.

Il faut manifestement rafraîchir la mémoire de certains... La bande de « Pendant ce temps, Simone veille »  s’en charge. Avec humour et efficacité. Une révision des droits des femmes largement proposée en France puisque le spectacle va tourner en province à partir de janvier 2015. Et le monde francophone n’est pas oublié. Bruxelles l’accueillera en avril, c’est sûr. Et toute la troupe rêve désormais de Montréal. A suivre.

Extrait - Ma petite libido...