Interdire ou encadrer la prostitution ? Dans la 'tolérante' Allemagne, le débat est relancé

Le site des Pussy Club, établissements franchisés à travers toute l'Allemagne affiche ses promotions du moment : 20 minutes de sexe pour 20 euros
Le site des Pussy Club, établissements franchisés à travers toute l'Allemagne affiche ses promotions du moment : 20 minutes de sexe pour 20 euros

En Allemagne, où la prostitution est légale et réglementée, avec des conséquences plutôt catastrophiques pour les femmes, la féministe (et très médiatique) Alice Schwarzer mène la bataille pour son abolition, via son bimestriel Emma. Premier succès de son appel : un débat sans précédent avec pour conséquence le retour partiel à la pénalisation des clients, ceux des prostituées illégales, inscrit à l'agenda de l'accord de coalition entre le SPD et la CDU, signé le 27 novembre 2013.

dans
Philippe est un homme poli. "Merci Vanessa d'avoir bu du champagne avec moi.. on se voit l'année prochaine", écrit -il dans le livre d'or sur le site internet du bordel Artemis à Berlin. Ricardo n'hésite pas à dénombrer toutes les filles avec qui il avait à faire: "J'ai passé presque neuf heures à l'Artemis... wow ! Encore merci et bisous à toutes les filles, Carla (quel cul), Silvia (de la Roumanie, quel corps), Susie (une blonde allemande, mignonne), une moldave en guêpière dont j'ai oublié le nom..."

Depuis la légalisation de la prostitution il y a douze ans, l'Allemagne est devenue l'eldorado du sexe tarifé. La coalition de l'époque, la gauche social-démocrate avec les verts, voulait encadrer le travail des prostituées pour mieux les protéger. Depuis, la prostitution est un travail comme un autre. Les femmes peuvent déclarer ouvertement leur activité, elle paient des cotisations sociales et sont protégées par le droit de travail.

Le numéro de novembre décembre de Emma (Cologne) avec à sa Une quelques uns des signataires de l'appel pour pénaliser les “prostituteurs“, clients des prostituées.
Le numéro de novembre décembre de Emma (Cologne) avec à sa Une quelques uns des signataires de l'appel pour pénaliser les “prostituteurs“, clients des prostituées.
Satisfait ou remboursé

Les maisons closes ont largement ouvert leurs portes, plus besoin de se cacher. Le Pascha à Cologne, un bordel de dix étages et 126 chambres, met en avant son service "satisfait ou remboursé". L'Artemis à Berlin offre des tarifs spéciaux pour les retraités et les chauffeurs de taxi, et au Pussy Club (une chaîne installée dans la capitale et dans d'autres grandes villes), le buffet et les boissons sont inclus. "20 minutes seulement 25€" affiche le site internet de l'établissement, et "sodomie sur demande". D'autres maisons proposent même des "forfaits", du sexe à volonté pour toute une nuit.

L'approche libérale du gouvernement de l'époque est aujourd'hui mise en question : le magazine féministe "Emma" vient de publier un appel virulent en faveur de l'abolition de la prostitution. Parmi les premiers signataires se trouvent des femmes de droite et de gauche, des actrices, une évêque protestante - et aussi un bon nombre d'hommes.

Un esclavage organisé et moderne

"L'Allemagne ne tolère pas seulement, elle encourage cet esclavage moderne", constatent-ils. "Le système de la prostitution dégrade les femmes et les rend achetables." Ils demandent entre autres la pénalisation des clients - comme la proposition de loi qui sera débattue fin novembre à l'Assemblée nationale française.

Alice Schwarzer : “Notre appel a changé la donne en Allemagne“

26.11.2013
Depuis son bureau de Cologne, Alice Schwarzer se félicite des effets de la pétition qu'elle a initiée avec Emma, le magazine qu'elle dirige.

La nouvelle coalition SPD/CDU a même mis à l'agenda de son programme de gouvernement une (re)pénalisation partielle des clients des prostituées, afin d'enrayer ce colossal marché du sexe qui règne outre Rhin, et qui rapporte autant que ceux de la drogue ou des armes.
Interdire ou encadrer la prostitution ? Dans la 'tolérante' Allemagne, le débat est relancé


Ce plaidoyer a suscité un tollé. "Ridicule, on ne pourra jamais interdire la profession la plus ancienne du monde", écrit un internaute. "Si la prostitution est interdite, les femmes seront encore moins protégées", prétend un autre.

Le Pasha à Cologne, et ses dix étages de lupanars ultra-modernes - Wikicommons
Le Pasha à Cologne, et ses dix étages de lupanars ultra-modernes - Wikicommons
Une association de prostituées défend la liberté de chacun à disposer son corps. "Nous ne nous laissons pas définir par d'autres comme victimes", s'énerve Simone Wiegratz, directrice d'un centre d'accueil pour des prostituées à Berlin. "La grande majorité des femmes font ce travail de leur propre gré" affirme-t-elle. "Alice Schwarzer ne sait pas de quoi elle parle."

Ne pas changer la loi, mais le regard sur les prostituées

Selon elle, les lois existantes sont suffisantes pour protéger les femmes contre la violence ou des dérives de ce métier "comme un autre". En revanche, il faudrait changer l'image négative de la prostitution dans la société. "Nous avons bien le droit de nous faire enregistrer comme prostituées, mais peu de femmes osent le faire. Elles préfèrent se déclarer comme masseuse pour ne pas être stigmatisées", dit encore Simone Wiegratz.

Ce n'est que par un hasard du calendrier que le plaidoyer d'Alice Schwarzer d'un côté et celui des "343 salauds" de l'autre (en réalité seulement une vingtaine de personnes l'ont signé et l'appellation est juste une provocation à destination des féministes en référence au manifeste des 343 "salopes" qui avaient avoué avoir avorté) - parmi lesquels l'écrivain Frédéric Beigbeder ou Richard Malka, l'avocat de Dominique Strauss-Kahn - ont été publiés au même moment.

Le débat entre abolitionnistes et défenseurs de ces relations tarifées entre partenaires consentants ne vient que de commencer sur les deux rives du Rhin. 

Que faire des prostituées et prostitués ? Valse hésitation d'un pays à l'autre

02.11.2013Récit Laure de Matos, 64' TV5MONDE
S'il est une certitude, c'est que les Européens, les Occidentaux en général, hésitent sur la conduite à tenir, vis à vis de ce secteur marchand qui ne connaît pas la crise. Petit tout du monde des lois en vigueur...
Interdire ou encadrer la prostitution ? Dans la 'tolérante' Allemagne, le débat est relancé