Terriennes

L'allumette israélienne

A 25 ans, Dafni Leef voulait simplement protester contre l'augmentation de son loyer. Elle a réussi à fédérer près d'un demi million d'Israéliens autour d'elle samedi dernier. Contre la vie chère.

dans
Elle avait presque l'air d'une lycéenne, frange dans les yeux et air ébahi, quand elle a pris la parole, samedi soir dernier, devant plus de 400 000 personnes à Tel Aviv. A 25 ans en effet, la jeune Dafni Leef, vidéaste de profession, n'a rien d'une militante endurcie. Presque malgré elle, elle est pourtant devenue l'une des des chefs de file du mouvement « indignado » israélien. Des centaines de milliers de membres de la classe moyenne, diplômés, salariés, mais qui ne peuvent plus joindre les deux bouts tant la vie est chère, désormais, dans le pays.

Tout a commencé pour Dafni avec l'augmentation de son loyer, avant l'été. Impossible de s'acquitter du surcoût. Et surtout, pas question de l'accepter. Mais que faire ? Pour symboliser son problème, elle décide de quitter son logement et de camper. Mais pas n'importe où : sur l'avenue Rothschild, l'équivalent, peu ou prou, des Champs-Elysées à Tel Aviv. Les passants se sentent concernés, les médias s'en mêlent, et voilà le mouvement des tentes lancé ! Il ne fallait sans doute pas grand chose pour allumer la mèche. Toujours est-il que cette jeune fille a réussi à fédérer le mécontentement de toute une population autour d'elle.

Depuis quelques semaines, alors que les manifestations, comme celle de samedi dernier, se succèdent et même s'étendent dans le pays, le gouvernement Netanyahu a cherché à diviser le mouvement, en donnant des avantages aux seuls étudiants en mal de logement ou en prônant une plus grande concurrence entre producteurs de denrées alimentaires, par exemple. Mais le vent s'est levé. Et celle que certains journaux israéliens ont surnommé « l'allumette », semble bien avoir lancé un mouvement qui ne semble pas près de s'essouffler.

Lysiane J.Baudu

Ancienne grand reporter à La Tribune, Lysiane J. Baudu a rencontré, pendant ses 20 ans de journalisme international, des femmes du monde entier. 

Ces "rencontres" feront l'objet de billets, qui lui permettront de faire partager ses impressions, ses analyses, son ressenti au contact de ces femmes, dont l'action professionnelle fait sens pour toutes les autres, de même que pour la société.