Terriennes

L'amour en ligne défie les tabous dans la douleur au Pakistan

Sania et Mohammed, le 11 novembre 2012 à Muzaffarabad, Cachemire pakistanais - AFP
Sania et Mohammed, le 11 novembre 2012 à Muzaffarabad, Cachemire pakistanais - AFP
dans
Sania n'était qu'une étudiante lorsqu'elle a rencontré Mohammed sur un forum en ligne. Ils sont tombés amoureux, puis se sont mariés, défiant nombre d'interdits au Pakistan, une société conservatrice où les fiancés sont choisis par les familles. Pour Sania, 22 ans, fille d'un chauffeur de camion pakistanais, la romance en ligne s'est traduite par des gifles et des menaces de mort de sa propre famille. Et une nouvelle vie loin des siens dans l'anonymat. Sania vient de Rawalpindi, ville jumelle de la capitale Islamabad, dans la province du Pendjab ; Mohammed, lui, est de Muzaffarabad dans la partie du Cachemire administrée par le Pakistan.

Ils se sont rencontrés en ligne, ont échangé des textos et demandé des années durant à leurs parents de les marier. En vain. Un beau jour, Sania a pris la poudre d'escampette et s'est rendue en car dans la ville de son Roméo. Son amoureux l'a cueillie à son arrivée et ils se sont aussitôt mariés. La famille de Mohammed a accepté leur union, mais celle de Sania ne décolère pas. Deux ans après leur brève lune de miel, le couple vit toujours dans la peur.

L'amour en ligne défie les tabous dans la douleur au Pakistan