Terriennes

L'égalité salariale - dans le tennis aussi ?

Pourquoi les tournois du Grand Chelem offriraient-ils la même somme d'argent aux femmes qu'aux hommes, s'est demandé récemment un joueur français. Les joueuses lui ont vite renvoyé la balle. 

dans
La joueuse américaine Serena Williams a remporté jusqu'à présent 27 tournois du Grand Chelem.
La joueuse américaine Serena Williams a remporté jusqu'à présent 27 tournois du Grand Chelem.
« Too much » ! Oui, trop, c'est trop : alors que le tournoi de Wimbledon, qui se tient actuellement au Royaume-Uni, a été l'un des derniers - avec celui de Roland Garros, en France - à offrir, à partir de 2007 seulement, les mêmes sommes d'argent aux joueuses qu'aux joueurs pour leur participation, certains hommes n'arrivent toujours pas à s'y faire. Pourtant, l'US Open le fait depuis... 1973, et le tournoi d'Australie, depuis 1984.
 
C'est un Français, Gilles Simon, treizième joueur mondial, qui a lancé le débat il y a quelques jours, à l'occasion du tournoi britannique. « On parle souvent de l’égalité dans les salaires, je trouve que ce n'est pas un truc qui marche dans le sport », a-t-il déclaré.

Pourtant le tennis est l'un des rares sports à pratiquer l'égalité salariale, au moins au niveau des grands tournois. Sur l'année, à performance égale, les femmes gagnent moins que les hommes sur le circuit. Mais selon Gilles Simon, les hommes sont non seulement « meilleurs » pour « le spectacle », mais en plus, ils passent plus de temps sur les courts... 

Les joueuses lui ont vite renvoyé la balle. « Il y a bien plus de spectateurs quand je joue que quand il est sur un court », a lancé Maria Sharapova. « Le tennis féminin est vraiment génial », a renchéri Serena Williams, et Maria Sharapova a raison, elle est bien plus « sexy » sur un court que Gilles Simon. Et les joueuses sont unanimes : elles méritent les mêmes sommes d'argent que les hommes dans les grands tournois. 

Alors qu'il vient d'être élu au conseil des joueurs de l'Association du Tennis professionnel (ATP), les prises de positions du Français ont de quoi laisser pantois - et pantoises. A commencer par Stacey Allaster, la présidente de l'association des joueuses. Shocking, en effet, « qu'à notre époque, on puisse penser que l'égalité n'est pas de mise », a-t-elle déclaré.

De quoi clore le débat ? Pas forcément. Gilles Simon persiste et signe : « Dans les vestiaires, tout les joueurs sont d'accord avec moi », a-t-il insisté. Mais aucune des grandes stars du tennis masculin n'a voulu le suivre publiquement. Parce que ces joueurs croient en l'égalité hommes/femmes, ou parce que, tout simplement, cela ne serait pas « politiquement correct » de faire preuve d'un machisme d'un autre âge ? Nul ne le sait - et c'est bien dommage...

Lysiane J.Baudu

Ancienne grand reporter à La Tribune, Lysiane J. Baudu a rencontré, pendant ses 20 ans de journalisme international, des femmes du monde entier. 
 
Ces "rencontres" feront l'objet de billets, qui lui permettront de faire partager ses impressions, ses analyses, son ressenti au contact de ces femmes, dont l'action professionnelle fait sens pour toutes les autres, de même que pour la société.