Terriennes

L'hommage de la Nation française à Simone Veil

<p>Simone Veil, ministre de la Santé, parle de la dépénalisation de l'avortement devant le Parlement le 13 décembre 1974.</p>

Simone Veil, ministre de la Santé, parle de la dépénalisation de l'avortement devant le Parlement le 13 décembre 1974.

©AP Photo/Eustache Cardenas, archives

Des personnalités de tous bords étaient réunies dans la cour des Invalides en cette matinée du 5 juillet 2017 pour un dernier hommage à Simone Veil. Répondant à de nombreux appels en ce sens, le président français a annoncé que l'ancienne ministre reposerait au Panthéon avec son époux, Antoine Veil.

dans

Les funérailles de Simone Veil se sont tenues ce mercredi 5 juillet dans la cour des Invalides, à Paris. Grande figure de la politique et du féminisme, l'ancienne ministre de la Santé de Valéry Giscard d'Estaing a eu droit à un hommage national en présence d'une foule de personnalités de tous bords.

Car cette femme dont l’envergure et les combats transcendaient les mouvements politiques était unanimement reconnue, admirée de tous. Deux anciens présidents de la République étaient présents à cette cérémonie pour faire leurs adieux à celle qui fut une icône politique et morale de la fin du XXe siècle : François Hollande et Nicolas Sarkozy. Valéry Giscard ­d'Estaing n'a pu se déplacer, de même que Jacques Chirac, pourtant un proche de Simone Veil, immobilisé pour raison de santé.

C’est Emmanuel Macron qui a prononcé l'éloge funèbre de Simone Veil, rendant hommage aux combats de cette héroïne des temps modernes qui eut plusieurs vies : son engagement pour l'Europe - rescapée des camps de la mort nazis, elle était profondément convaincue qu'une construction européenne pouvait garantir que cela ne se reproduise plus jamais ; ses convictions féministes - c'est elle qui fit dépénaliser l'avortement - et le drame de la Seconde guerre mondiale

► Lire aussi dans Terriennes : 26 novembre 1974 : Simone Veil présente son projet de loi sur la légalisation de l'avortement, le témoignage du docteur Joëlle Kaufmann-Brunerie ​

► Lire aussi dans Terriennes : Décès de Simone Veil : une histoire de France

"Marquée par la douleur ineffaçable de la déportation, à laquelle elle survécut, mais où elle perdit ses parents et son frère, elle consacra sa vie aux plus nobles causes de la République", rappelait le président Macron après le décès de l’ancienne ministre, vendredi 30 juin. Ses deux fils, Jean et Pierre-François, lui ont rendu un hommage émouvant. Jean Veil se souvient de la façon dont sa mère distilla à ses enfants l'héritage d'une jeunesse en déportation :

Simone Veil au Panthéon

Le président Macron l'a annoncé lors de son hommage aux Invalides : Simone Veil reposera aux Panthéon aux côtés de son mari, Antoine, décédé en 2013.


Cette rapide décision fait suite aux appels unanimes pour demander le transfert au Panthéon de Simone Veil. Des personnalités de tous bords comme le président du MoDem François Bayrou, la présidente LR de la région Île-de-France Valérie Pécresse, la comédienne espagnole Rossy de Palma, Nicolas Dupont-Aignan, Christian Estrosi, Yves Jégo, l’ancienne patronne du Medef Laurence Parisot, Bernard-Henri Lévy, Florian Philippot, Laurence Rossignol ou encore la Femen Inna Shevchenko.

Ce mercredi matin, les pétitions adressées par différentes associations au président Macron pour réclamer la panthéonisation de Simone Veil recueillaient plusieurs centaines de milliers de signatures. Cependant, deux de ses petites-filles, Déborah, âgée de 30 ans, et Valentine, 23 ans, s'étaient dans un premier temps, montrées réticente à cette perspective qui, disaient-elles hier encore « n'est pas à l'ordre du jour ». Si elles jugaient « extrêmement touchant » le mouvement en faveur de l'entrée au Panthéon de leur grand-mère, elles étaient d’avis que leurs grands-parents « n’auraient pas été très heureux d’être séparés après 65 ans de vie commune ». Une réticence balayée par l'annonce d'Emmanuel Macron :

Féministe jusque dans la mort

Simone Veil rejoindra au Panthéon quatre autres femmes : la physicienne Marie Curie "panthéonisée" soixante ans après sa mort en 1995 ; l'ethnologue et résistante Germaine Tillion, ainsi que Geneviève de Gaulle-Anthonioz, nièce de Charles de Gaulle, toutes deux entrées en 2015. Mais aussi Sophie Berthelot - épouse du chimiste Marcellin Berthelot - entrée en 1907 pour rester aux côtés de son mari. Simone Veil reproduit ce précédent dans l'autre sens, car c'est la première fois qu'un époux, Antoine Veil, entre au Panthéon dans le sillage de sa femme.

Retrouvez ici les commentaires de la journaliste de Terriennes, sur le plateau du journal de TV5monde. 

vidéo plateau simone veil