L'hymne national canadien "O Canada" modifié par respect pour les Canadiennes

Mauril Bélanger, le député qui a renversé le vocabulaire de l'hymne canadien, tenait, malgré la maladie, à être en Chambre pour l’adoption de son projet de loi, le 15 juin 2016
Mauril Bélanger, le député qui a renversé le vocabulaire de l'hymne canadien, tenait, malgré la maladie, à être en Chambre pour l’adoption de son projet de loi, le 15 juin 2016
© Radio-Canada

Le 15 juin 2016, la Chambre des communes à Ottawa a adopté un projet de loi qui vise à changer des paroles du Ô Canada en anglais… parce que jugées exclusives de la moitié du pays… En réalité, il s'agit de modifier juste un tout petit mot, mais à la portée universelle. Applaudissements !

dans
"O Canada", c’est l’hymne national du Canada et comme le pays est officiellement bilingue, il se chante en anglais et en français. Si les paroles en français ne posaient pas de problème, il en allait autrement pour celles en anglais, en particulier la phrase : « true patriot love in all thy sons command » - ("Le vrai amour de la patrie guide tous ses fils") le mot « sons », qui veut dire fils, excluait de ce fait 52% de la population canadienne, c'est à dire les filles, de la même patrie.

Juste un petit mot


Mauril Bélanger, un député du Parti libéral du Canada, le parti du Premier ministre Justin Trudeau, a décidé qu’il fallait remédier à cette problématique. Il a proposé un projet de loi privé pour modifier l’hymne national afin que le mot « sons » soit remplacé par le mot « us », soit « nous », un NOUS qui inclut ainsi l’ensemble de la population canadienne, les « fils et les filles » du pays.

Son projet de loi a été adopté le 15 juin 2016 par la Chambre des Communes par 225 voix contre 74 au terme de débats intenses. Un projet appuyé par les députés libéraux et néo-démocrates mais auquel s’opposaient les députés conservateurs. Il reste maintenant l’étape du vote au Sénat, possible d’ailleurs que cela se fasse au retour du congé estival.

Ovation pour le député Bélanger


Modifier l’hymne national canadien est une cause qui tient à cœur à Mauril Bélanger depuis des années sauf qu’il vient de recevoir un diagnostic de sclérose latérale amyotrophique, une maladie dégénérative à l’issue fatale – il a déjà perdu la voix et est cloué dans un fauteuil roulant. Il y avait donc une sorte d’urgence à faire adopter son projet de loi.

Mauril Bélanger a reçu une ovation de ses pairs après le vote à la Chambre des Communes. Qui en retour a chaleureusement remercié ses pairs, par exemple sur son compte twitter.


Et applaudissements sur les bancs des féministes, femmes et hommes réunis... Cela s'appelle l'inclusion, l'antonyme d'exclusion, un concept que savait trop bien manier la révolution française, par exemple, qui s'était faite à l'exclusion des femmes, origine peut-être d'un hymne héxagonal plutôt sanguinaire... ("qu'un sang impur abreuve tes sillons").



Même si le Canada n'est pas pionnier en matière de dépoussiérage genré de son hymne national : en 2011, l'Autriche a transformé la ligne « Patrie des grands fils » en « Patrie des grandes filles et fils ». De quoi donner des (bonnes) idées à d'autres....


Les Canadiens et Canadiennes devraient réapprendre prochainement les paroles de leur hymne national. Une chanson écrite initialement en français en 1880, et sa version anglaise en 1908 seulement, mais qui est devenue officiellement l’hymne national canadien en 1980.

Voici les paroles du O CANADA, version bilingue ( avant changement à venir )

Ô Canada! Our home and native land !
 True patriot love in all thy sons command,
Car ton bras sait porter l’épée, 
Il sait porter la croix!
Ton histoire est une épopée, 
Des plus brillants exploits,
God keep our land glorious and free !
 O Canada, we stand on guard for thee.
O Canada, we stand on guard for thee.