L’orchestre symphonique de Téhéran interdit de jouer pour cause de musiciennes

L'orchestre symphonique de Téhéran en 2010
L'orchestre symphonique de Téhéran en 2010
AP Photo/Vahid Salemi

L'orchestre symphonique de Téhéran n'a pas pu jouer comme prévu lors d'une compétition internationale de lutte parce qu'il comprenait des femmes.

dans

Fondé en 1933, et malgré les aléas de l'histoire, l'orchestre symphonique de Téhéran continuait vaille que vaille à jouer. Certains de ses musiciens immigrèrent après la révolution islamique de 1979. Heshmat Sanjari, l'un des ses chefs d'orchestre décéda même d'une crise cardiaque en 1995, malmené par la pression incessante du nouveau pouvoir iranien. Ce dimanche 29 novembre 2015, la formation musicale a connu l'un de ces nouveaux aléas, la renvoyant aux heures les plus sombres de son existence.

Juste avant de jouer l'hymne national, ils ont soudainement annoncé que les femmes ne pouvaient pas jouer sur scène

                                                                                                Ali Rahbari, chef d'orchestre

Une prestation de l'orchestre prévue lors d'une manifestation sportive, qui devait en particulier jouer l'hymne national iranien, a été annulée au dernier moment, alors que "les chaises avaient été installées et que tout semblait bien se passer", a déclaré Ali Rahbari, cité par l'agence de presse Isna.

"Mais, juste avant de jouer l'hymne national, ils ont soudainement annoncé que les femmes ne pouvaient pas jouer sur scène", a-t-il ajouté, sans préciser qui étaient ces "ils".

Le chef d'orchestre s'est alors déclaré "offensé", estimant qu'il lui était "impossible d'accepter une telle insulte". "Ou bien nous jouons tous ensemble, ou bien nous partons", a-t-il dit avoir affirmé aux organisateurs de la compétition de lutte. "Pourquoi (les femmes) ne seraient-elles pas autorisées à jouer l'hymne national de leur propre pays ?", s'est il interrogé, indigné.

Les voix malmenées des musiciennes


Les femmes, chanteuses ou musiciennes, n'ont pas le droit de se produire seules sur scène depuis la révolution islamique de 1979, mais sont théoriquement autorisées à jouer d'un instrument dans un orchestre. Toutefois, plusieurs concerts avec des groupes comprenant des femmes ont par le passé été interdits, plus particulièrement en province.

Mais c'est la première fois, selon Isna, qu'une prestation de l'orchestre symphonique de Téhéran, l'un des plus anciens d'Iran, est interdite sous prétexte qu'il comprend des musiciennes.

Plusieurs concerts en public ont par le passé été annulés à la dernière minute, en dépit d'autorisations officielles et sans la moindre explication.

Le président Hassan Rohani, un religieux modéré élu en 2013, estime pourtant qu'à partir du moment où des artistes et des musiciens ont une autorisation du ministère de la Culture, personne ne devait les empêcher de se produire.

Des chefs religieux stigmatisent régulièrement dans leurs prêches les concerts et les plus conservateurs affirment que la musique peut "exciter" les jeunes et les détourner des principes de la révolution islamique.

Dans le documentaire "Iranien" (2014), de Mehran Tamadon, une scène savoureuse, oppose le réalisateur à quatre dignitaires chiites, lors d'un échange autour de la tonalité acceptable d'une voix de chanteuse : si elle est grave et se rapproche de celle d'un homme, on peut l'admettre ; si elle s'envole vers les aigüs, elle devient intolérable...

Et le guide suprême d'Iran lui-même, l'ayatollah Ali Khamenei, ne cesse de mettre en garde contre les risques "d'infiltration" américaine dans la société iranienne depuis la signature en juillet d'un accord nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances, dont les Etats-Unis.

Depuis 1979, la télévision d'Etat ne diffuse que très rarement des concerts.