Terriennes

La déferlante #MeToo contre le harcèlement sexuel : personnalité de l'année 2017 selon Time magazine

Le Time magazine choisit celles et ceux qui ont brisé le silence comme personnalité de l'année 2017.
Le Time magazine choisit celles et ceux qui ont brisé le silence comme personnalité de l'année 2017.
Capture d'écran

Toutes celles et ceux qui ont "brisé le silence" face au harcèlement sexuel, des premières femmes qui ont révélé l'affaire Weinstein aux milliers qui ont suivi via le hashtag #Metoo, ont été désignés "Personnalité de l'année" 2017 par Time magazine. Pour l'hebdomadaire américain, qui décerne sa palme annuelle depuis 1927, il s'agit d'un des "changements les plus rapides de notre culture depuis les années 1960".

dans
Une couverture après tant d'autres. Mais celle-ci fera date dans l'histoire contemporaine des femmes, et des hommes. On y voit l'actrice Ashley Dudd, Adama Iwu, lobbyiste américaine qui a lancé une campagne de dénonciation du harcèlement. On y trouve aussi la chanteuse Taylor Swift, qui a remporté un procès contre le DJ qu'elle accusait de harcèlement sexuel, la cueilleuse de fraises mexicaine Isabel Pascual, qui a dénoncé le harcèlement au travail, l'ex-employée d'Uber Susan Fowler, ainsi qu'une femme au visage caché, en référence à celles et ceux restés anonymes. 
 
Leur point commun ? Avoir été parmi les premières à briser la loi du silence pour révéler au grand jour l'un des plus retentissants scandales de harcèlement sexuel de ce premier quart de siècle : l'affaire désormais connue de tou.te.s, l'affaire "Harvey Weinstein".
 

"Les briseu.r.ses de silence, les voix qui ont lancé le mouvement", est-il écrit sur la Une du célèbre magazine américain, qui chaque année décerne sa palme.

Dans son éditorial, le journal explique les raisons de son choix : "C'est devenu un hashtag, un mouvement, un règlement de compte. Mais il a commencé, comme le fait presque toujours un grand changement social, par des actes individuels de courage."
 
Imaginez Rosa Parks avec un compte Twitter, et comment les droits civiques auraient pu progresser plus vite ! Edward Felsenthal, Time
"Les actions galvanisantes des femmes de notre couverture, avec celles de centaines d'autres, et beaucoup d'hommes également, ont déclenché un des changements les plus rapides de notre culture depuis les années 1960", précise le rédacteur en chef de Time Edward Felsenthal en dévoilant ce classement, publié depuis 1927.
 

"Les médias sociaux ont agi comme un puissant accélérateur, le hashtag #MeToo a maintenant été utilisé des millions de fois dans au moins 85 pays", poursuit le journaliste citant ce commentaire de l'actrice Alyssa Milano, "Je me suis réveillée et il y a eu 32 000 réponses en 24 heures".
 
 [Je suis fière de faire partie des personnalités de l'année. Pour chaque femme qui va de l'avant. Chaque femme qui a le courage de dire moi aussi. Je vous entend. Je suis avec vous. Je vous vois. Je suis vous. ]

"Imaginer Rosa Parks avec un compte Twitter, c'est se demander à quel point les droits civiques auraient pu progresser plus vite", ajoute-t-il. "Les racines de ce prix - identifier la ou les personnes qui ont le plus influencé les événements de l'année - reposent sur la théorie historique du +grand homme+, une expression qui n'a jamais paru aussi anachronique", a-t-il encore estimé.

Cette récompense du magazine reflète l'ampleur du mouvement qui a secoué les Etats-Unis et résonné dans le monde entier, avec #Balancetonporc ou #YoTambien, depuis les premières accusations publiées par le New York Times et le New Yorker contre le tout-puissant producteur de cinéma Harvey Weinstein début octobre.
Pas un jour ne passe depuis sans qu'une personnalité de premier plan ne soit accusée de harcèlement ou d'abus sexuels. Beaucoup ont été limogées ou suspendues.
Les hommes de pouvoir des milieux du divertissement, des médias, de la culture et de la politique sont en première ligne, mais les victimes viennent de tous les secteurs, souligne le magazine.  

Weinstein nie toujours

Après les actrices Ashley Judd, Rose McGowan, Angelina Jolie début octobre, plus d'une centaine de femmes ont accusé Harvey Weinstein, 65 ans, d'abus sexuels, allant du harcèlement au viol. Plusieurs d'entre elles ont révélé des accords entre avocats pour que rien ne filtre de ces abus. 
  Harvey Weinstein a démenti, par le biais de ses avocats, les accusations portées contre lui et ne fait pour l'instant l'objet d'aucune inculpation, même si des enquêtes criminelles ont été ouvertes à New York, Los Angeles et Londres.

L'annonce de ce prix mercredi 6 décembre coïncide avec la publication par le New York Times d'une grande enquête sur les multiples complicités qui ont permis au producteur de sévir des années durant. "Harvey Weinstein a construit sa machine de complicité à partir de l'esprit, les inconscients et ceux entre les deux. Il commandait des facilitateurs, silencieux ou espions, demandant à ceux qui découvraient ses secrets de ne rien dire. Il courtisait ceux qui pouvaient fournir l'argent ou le prestige pour améliorer sa réputation ainsi que son pouvoir d'intimidation", écrivent en guise de préambule les auteur.rice.s du dossier, Megan Twohey, Jodi Kantor, Susan Dominus, Jim Rutenberg et Steve Eder.

Donal Trump deuxième du classement             

On ne compte plus les stars déchues ces dernières semaines. Parmi les noms les plus connus figurent, outre Weinstein, des vedettes comme l'acteur Kevin Spacey, les journalistes Charlie Rose ou Matt Lauer, le chef d'orchestre James Levine, le photographe de mode Terry Richardson, le sénateur démocrate Al Franken ou le doyen de la Chambre des représentants américaine, le démocrate John Conyers, 88 ans, qui a démissionné depuis.

Beaucoup de personnalités ont été limogées ou suspendues. L'homme politique ultra-conservateur Roy Moore, candidat républicain à une élection sénatoriale dans l'Alabama le 12 décembre prochain, accusé par plusieurs femmes d'attouchements dans les années 1970 et 1980, a reçu en revanche le soutien du président Donald Trump. L'affaire déchire les républicains.

Donald Trump avait été désigné personnalité de l'année l'an dernier, juste après sa victoire surprise à la présidence américaine. Il arrive cette année deuxième du classement, pour avoir "changé la nature même de la présidence" américaine, a indiqué le rédacteur en chef Felsenthal. Son homologue chinois Xi Jinping arrive en troisième position.  
 
La Une de Time magazine, publié le 6 décembre 2017.
La Une de Time magazine, publié le 6 décembre 2017.