Terriennes

La lapidation : des origines bibliques

Depuis 1979, environ 150 lapidations ont été effectuées en Iran. Une mise à mort qui tire ses origines de la bible.

dans
La lapidation de saint Étienne pour viol du sabbat. Crédit : Guiard des Moulins, Bible historiale, Paris, XIVe siècle. <br/>
La lapidation de saint Étienne pour viol du sabbat. Crédit : Guiard des Moulins, Bible historiale, Paris, XIVe siècle.
C’est devenu quasiment rituel : il ne se passe plus une semaine sans qu’une affaire « islamique » ne vienne défrayer la chronique.

De l’ annulation d’un mariage à Lille -pour « mensonge » de l’épouse quant à sa virginité- au choix de la chaîne Quick d’ouvrir des succursales « halal » en passant par le débat sur la burqa, la polémique autour de la candidate en foulard du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), le cas du polygame de Nantes, le sort de l’Iranienne Sakineh condamnée à mort par lapidation, c’est, à chaque fois, l’islam et non les individus ou les Etats impliqués qui est mis en cause, remis en question.



Scène biblique, Jésus et la prostituée.
Scène biblique, Jésus et la prostituée.
Et c’est là où le bât blesse. Car, imputer la lapidation, pratique aussi cruelle qu’infamante, au seul islam revient tout compte fait à dédouaner le régime iranien, lequel a pris la lourde responsabilité d’inclure ce châtiment inhumain dans son code pénal ; une sanction, préconisée par la « charia » en cas d’adultère -attesté, chose quasi impossible, par « quatre témoins oculaires hommes »- que la majorité écrasante des Etats musulmans ont d’emblée choisi de jeter aux orties.

La lapidation, toujours en vigueur au Nigeria, en Arabie saoudite, au Pakistan, au Soudan, au Yémen, en Afghanistan, aux Emirats arabes unis, au Népal –appliquée par la guérilla maoïste!- et en Iran, remonte à la nuit des temps. Pratiquée par les Grecs, préconisée par l’Ancien testament et le Talmud en cas d’adultère ou de blasphème, c'est un usage antique que la loi islamique reconduit également pour les mêmes « fautes ».

A propos de Sakineh, ne pourrait-on pas lancer aux juges iraniens ce que Jésus a dit aux hommes qui s'apprêtaient à lapider une femme adultère : « Que celui d’entre vous qui n’a pas péché lui lance la première pierre ? »



Les enfants de Sakineh lancent un appel au monde entier

Ne laissez pas notre cauchemar devenir une réalité. Opposez-vous haut et fort à la lapidation de notre mère! Aujourd’hui, nous demandons l’aide du monde entier. Depuis cinq ans, nous vivons dans la peur et l’horreur, privés de la présence réconfortante de notre mère. Le monde est-il assez cruel pour rester insensible à une telle tragédie?

Nous sommes Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani, les enfants de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Depuis notre tendre enfance, nous éprouvons une grande douleur, car nous savons que notre mère est emprisonnée en attendant de connaître son épouvantable sort. Le mot « lapidation » est tellement horrible pour nous que nous évitons de le prononcer. Nous disons plutôt que notre mère est en danger, qu’elle risque d’être tuée et qu’elle mérite l’aide de tous.

Maintenant que presque toutes les options ont échoué et que l’avocat de notre mère affirme que sa situation est très précaire, nous nous en remettons à vous, citoyens du monde, peu importe qui vous êtes et l’endroit où vous habitez. Nous nous en remettons à vous, peuples de l’Iran, à tous ceux et celles qui ont vécu l’enfer de perdre un être cher.

Aidez-nous à libérer notre mère!

Nous désirons particulièrement joindre les Iraniens qui vivent à l’étranger.?Aidez-nous à sortir de ce cauchemar. Sauvez notre mère. Vous ne pouvez imaginer la détresse qui nous accable à chaque instant de notre vie. Les mots ne suffisent pas à exprimer notre crainte…
Aidez-nous à secourir notre mère. Écrivez aux autorités pour leur demander de la libérer. Dites-leur qu’il n’y a aucun plaignant et qu’elle n’a rien fait de mal. Notre mère ne mérite pas de mourir. Y a-t-il quelqu’un qui peut nous entendre et nous venir en aide?

Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani