La maison rose de Barbie rend certains Berlinois verts de rage

Derniers préparatifs dans la maison Barbie avant ouverture le 16 mai 2013 - AFP
Derniers préparatifs dans la maison Barbie avant ouverture le 16 mai 2013 - AFP

Avec l'ouverture de la première maison de Barbie à taille réelle le 16 mai 2013 en Europe, le rêve de nombreuses fillettes devient un cauchemar pour ceux qui y voient un symbole rétrograde. La célèbre poupée aux mensurations irréelles invitera les passants à lui rendre visite en plein centre de Berlin. Cliché sexiste ou symbole d'émancipation, le débat n'est pas fermé... Les opposants s'organisent. Les adoratrices se préparent.

dans

Une poupée de haine et de passion

Une longue structure rose de métal et de toile plastique prend forme dans le décor peu glamour d'un vaste parking entre la voie ferrée et des tours d'habitations. Ce qui se veut la réplique de la demeure de Barbie offrira sur 2.500 m² la possibilité aux petites filles de faire des cupcakes (petits gâteaux aussi colorés que Barbie…) virtuels dans sa cuisine, de fouiller dans sa garde-robe pleine de paillettes, de visiter son salon - rose évidemment - ou d'admirer les centaines de figurines exposées.

"Pour 22 euros, tu peux avoir deux carrières : mannequin ou popstar ! Quelle image cela transmet-il aux jeunes femmes ?", s'énerve l'activiste Michael Koschitzki, tête du mouvement contre cette "Barbie Dreamhouse" et membre de la section jeunesse du parti de la gauche radicale allemande Die Linke, l'équivalent germain du Front de gauche français de Jean Luc Mélenchon.

Le groupe Facebook de la campagne "Occupy Barbie-Dreamhouse", créé en mars en référence au mouvement populaire new-yorkais "Occupy Wall Street", compte plus d'un millier de sympathisants, regrettant que "la grande majorité des petites filles jouent avec une poupée qui dans la réalité serait anorexique et dont la vie consiste à attendre Ken dans la voiture", selon les mots de M. Koschitzki. A moins que ce ne soit l'inverse, tant le falot Ken semble transparent et inexistant à coté de sa bombe peroxydée… Les avis sont du reste fort partagés sur l'image de Barbie.

Deux Barbie noires - ces déclinaisons ont également été sujets à controverse... Les figurines noires étaient par exemple vendues moins cher que les blanches...
Deux Barbie noires - ces déclinaisons ont également été sujets à controverse... Les figurines noires étaient par exemple vendues moins cher que les blanches...
Dans la famille Barbie, je demande la mère

Barbie est d'abord une affaire de familles. Elle est née officiellement le 9 mars 1959, au salon du jouet de New York : la société Mattel y présente, à l'initiative d'une femme d'affaires américaine, Ruth Handler, une poupée mannequin à la poitrine opulente et à la taille de guêpe. Le tout en plastique, dernière trouvaille de l'industrie du pétrole. Se substituant aux poupons asexués en celluloïd, la poupée au corps de femme connaît un succès commercial foudroyant.

Ruth Handler  est marié à l'entrepreneur  Elliot Handler, cofondateur des célèbres jouets Mattel. Voyageant fréquemment après guerre en Europe, elle a repéré Lili, une mascotte publicitaire créée par la Bild-Zeitung, un quotidien très (trop) populaire allemand. Elle donne à sa créature le nom de Barbie, diminutif de Barbara, le prénom de sa fille. Et elle affublera le benêt compagnon de l'explosive dame miniature du patronyme de Ken, condensé de Kenneth, prénom de son fils…

Les hommes pots de fleur

Les défenseurs de Barbie voient d'abord dans cette longiligne dame, une hyper active, dominante, exerçant tous les métiers, même les plus audacieux, et n'ayant besoin de personne pour s'accomplir, son compagnon Ken étant réduit au rôle de faire valoir ou de pot de fleurs, en général réservé aux femmes. Par ailleurs, elle a donné naissance à de nombreuses "vraies" soeurs à la peau plus ou moins foncée, aux yeux plus ou moins allongés, en minijupe ou voilée, toujours prêtes à travailler - sans compter ses nombreuses contrefaçons aux quatre coins du monde, y compris dans des pays où elle est interdite de résidence, pour des raisons religieuses comme en Iran, idéologiques comme en Russie ou économiques, comme en Argentine.

Barbie exerce tous les métiers, médecin, astronaute, thésarde, peintre, chirurgienne, parachutiste, informaticienne etc. Ici, elle est pilote... Les professions de Barbie ont été répertoriés, par exemple sur ce site : http://barbieodyssee.e-monsite.com/pages/articles/les-metiers-de-barbie.html
Barbie exerce tous les métiers, médecin, astronaute, thésarde, peintre, chirurgienne, parachutiste, informaticienne etc. Ici, elle est pilote... Les professions de Barbie ont été répertoriés, par exemple sur ce site : http://barbieodyssee.e-monsite.com/pages/articles/les-metiers-de-barbie....
Ses détracteurs ne voient que sa poitrine surdimensionnée et ses autres formes généreuses, sorte d'appel non dit à devenir un objet sexuel, ainsi que sa boulimie consumériste d'objets ménagers réservés aux femmes. Sans oublier qu'au temps de la guerre froide, elle symbolisait l'impérialisme américain. Dans certaines familles communistes françaises, par exemple, elle était interdite de séjour. Et les petites filles de ces maisons un peu strictes devaient aller jouer clandestinement chez des amies moins réprimées…

Toujours en voyage...

Ceux qui se font entendre à Berlin se rangent surtout dans le camp des pourfendeurs, les adorateurs attendant eux que le musée/maison de leur idole soit enfin accessible - une autre pouponnière à Barbie, copie conforme de la Berlinoise, fera attraction en Floride à la même date.

Dès la fin août 2013, Barbie demandera à son fidèle et bêta Ken de faire les valises et quittera Berlin. Structure provisoire, sa maison de rêve doit ensuite voyager dans différentes villes d'Europe qui n'ont pas encore été déterminées. En attendant, un poing rageur transperçant la publicité de l'attraction a été imprimé sur 10.000 tracts pour diffuser la lutte contre cette "propagande sexiste" dans un pays où, pour les femmes, avoir une famille et travailler ne va pas toujours de soi.

Il faudrait rappeler aussi que Barbie est avant tout une affaire industrielle et commerciale. Les promoteurs de la maison berlinoise ne s'y sont pas trompés...

Barbie est née le 9 mars 1959

Rappel de Jakob Schlüpmann, 1'39


Barbie, poupée totem. Un ouvrage passionnant consacré à la poupée fétiche par l'anthropologue Marie-Françoise Hanquez-Maincent et publié aux Editions Autrement, Paris, 1998