A peine libérée, Nadia Savtchenko prête à se sacrifier de nouveau pour l'Ukraine

Nadia Savtchanko, libre, lors de son arrivée à Kiev (Ukraine), mercredi 25 mai 2016.
Nadia Savtchanko, libre, lors de son arrivée à Kiev (Ukraine), mercredi 25 mai 2016.
©AP Photo/Efrem Lukatsky

Après deux ans de détention en Russie, Nadia Savtchenko a été libérée ce mercredi 25 mai 2016 en échange de deux militaires russes retenus en Ukraine. La pilote ukrainienne avait été condamnée à 22 ans de prison pour le meurtre de deux journalistes dans l'Est séparatiste de l'Ukraine. 

dans
Regard frondeur, cheveux courts et inflexibilité devant la justice russe, la pilote militaire Nadia Savtchenko, 35 ans, incarne pour les Ukrainiens une sorte de"Jeanne d'Arc", telle une icône nationale dressée face à Moscou.

Accueillie sur le tarmac de l'aéroport à Kiev par sa mère et sa soeur, ce mercredi 25 mai, elle a ensuite été reçue par le président Petro Porochenko qui lui a remis une médaille traditionnellement décernée aux "héros de l'Ukraine".

"Je suis prête à me sacrifier de nouveau sur le champ de bataille pour l'Ukraine", a-t-elle lancé, l'air fatigué, devant la foule de journalistes qui l'attendaient à l'aéroport Borispil de Kiev. "Un grand merci à tous, car vous vous êtes battus pour moi. (...) Si les gens n'avaient pas pris la parole, les hommes politiques se seraient tus. Alors un grand merci à tous", a ajouté cette femme connue pour son tempérament combatif.

©youtube
La jeune femme avait été condamnée en Russie à 22 ans de prison pour le meurtre de deux journalistes, Anton Volochine et Igor Korneliouk, dans l'est séparatiste de l'Ukraine. Elle était accusée d'avoir fourni à l'armée ukrainienne la position de ces deux employés de la télévision publique russe tués par un tir de mortier dans l'est séparatiste de l'Ukraine en juin 2014. A l'énoncé de son verdict, elle avait réagi en effectuant un spectaculaire bras d'honneur à l'adresse du pouvoir russe. La vidéo avait alors fait le tour des médias mondiaux et des réseaux sociaux.

©France2

L'an dernier, Nadia Savtchenko avait observé une grève de la faim durant 80 jours. Début mars, après avoir appris que le parquet requérait 23 ans de prison, et avoir été privée de son droit de parole par le tribunal de Donetsk (Russie), la pilote, mais aussi députée ukrainienne avait entamé une nouvelle grève de la faim. Mais aussi de la soif.
Le président ukrainien remet la médaille de "Héros de l'Ukraine" à Nadia Savtchenko, après sa libération et son retour à Kiev, le mercredi 25 mai 2016. (
Le président ukrainien remet la médaille de "Héros de l'Ukraine" à Nadia Savtchenko, après sa libération et son retour à Kiev, le mercredi 25 mai 2016. (
©AP Photo/Sergei Chuzavkov

Entretien téléphonique Poutine, Hollande, Merkel, Porochenko


La libération de la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, détenue pendant presque deux ans en Russie, est intervenue "conformément aux engagements pris (lundi) lors de l'entretien téléphonique en format Normandie" entre Vladimir Poutine, François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko, indique mercredi 25 mai 2016 l'Elysée.

"Le président de la République salue les échanges de prisonniers qui ont eu lieu aujourd'hui conformément aux engagements pris lors de l'entretien téléphonique en format Normandie du 23 mai. Ils ont en particulier permis le retour sur le territoire ukrainien de la pilote d'hélicoptère Nadia Savtchenko", a indiqué l'Elysée dans son communiqué. "C'est un geste significatif pour la mise en oeuvre des accords de Minsk qui doit intervenir le plus rapidement possible", conclut-il.

"Une bonne nouvelle longtemps attendue Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne
La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a salué mercredi une "bonne nouvelle longtemps attendue", après la libération de la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, détenue pendant presque deux ans en Russie.


"Nadia Savtchenko est libre et est de retour en Ukraine", a commenté sur Twitter Mme Mogherini, se félicitant d"une "bonne nouvelle longtemps attendue, que l'UE célèbre avec son pays".

La Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères avait appelé les autorités russes à libérer "immédiatement et sans conditions" la pilote ukrainienne.
"Il ne s'agit plus seulement d'une affaire judiciaire ou politique: désormais c'est une question de compassion et d'humanité. Son état de santé se détériore rapidement et nous craignons tous des conséquences dramatiques", avait-elle souligné en mars.

Soulagement en Europe


Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, s'est lui aussi dit "heureux et soulagé" de la libération de la pilote ukrainienne. "C'est une bonne nouvelle, pour laquelle nous avons longtemps travaillé et que nous avons dû attendre longtemps", a poursuivi M. Steinmeier, par ailleurs président de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE).

L'Allemagne avait appelé début mars la Russie à libérer "immédiatement" et "pour motifs humanitaires" la pilote ukrainienne.

Manifestation de soutien à Nadia Savtchenko, dimanche 1er mars 2015, à Kiev (Ukraine).
Manifestation de soutien à Nadia Savtchenko, dimanche 1er mars 2015, à Kiev (Ukraine).
@AP Photo/Sergei Chuzavkov

Echange de prisonniers entre la Russie et l'Ukraine


Peu avant l'annonce par sa libération, l'avocate d'un des deux militaires russes présumés détenus en Ukraine avait annoncé leur libération, suite à une amnistie.
Les deux hommes, Evgueni Erofeïev et Alexandre Alexandrov,  "ne se trouvent déjà plus en Ukraine, ce qui signifie que l'amnistie a eu lieu. Ils ont déjà franchi la frontière ukrainienne", a déclaré à l'AFP Oxana Sokolovska, l'avocate de M.Erofeïev.

Présentés par Kiev comme appartenant au GRU, les services de renseignements de l'armée russe, ils avaient été condamnés en avril à 14 ans de prison, reconnus coupables d'avoir combattu aux côtés des rebelles prorusses contre l'armée ukrainienne dans l'Est.

Les Ukrainiens assurent qu'ils sont des soldats d'active de l'armée russe, preuve, selon Kiev, de la présence de troupes russes dans la zone de conflit. Moscou, qui dément tout déploiement de son armée en Ukraine, assure qu'ils ont quitté l'armée russe en décembre 2014, plusieurs mois avant de venir en Ukraine.

L'idée d'un échange avec la pilote ukrainienne était évoquée depuis des mois.
Peu après la condamnation des deux Russes, les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Petro Porochenko avaient ainsi parlé au téléphone de leur sort et de celui de la pilote ukrainienne, selon le Kremlin.

L'Ukraine est en proie depuis deux ans à un conflit opposant son armée à des séparatistes prorusses, soutenus militairement par la Russie selon Kiev et les Occidentaux, ce que Moscou dément.

Le conflit ukrainien a fait près de 9.300 morts et plus de 1,5 million de déplacés depuis son déclenchement en avril 2014.