La québécoise Françoise David quitte la politique : ovation et regrets unanimes

Françoise David, en démissionnant, a insisté sur sa confiance en la jeunesse, pour lui succéder
Françoise David, en démissionnant, a insisté sur sa confiance en la jeunesse, pour lui succéder
Facebook

Depuis des décennies, elle était de tous les combats, sur toutes les tribunes pour défendre toutes sortes de causes sociales ayant trait à la lutte contre la pauvreté et la défense des droits femmes. Et pourtant, Françoise David, militante de gauche, féministe, fondatrice du parti Québec solidaire, quitte la vie politique.

dans

Une si grande fatigue


Rarement une retraire de femme politique aura suscité tant d’hommages et d’inquiétudes mêlés. Cette femme de 69 ans respectée de tous dit tout simplement ressentir une grande fatigue et ne plus avoir l’énergie de poursuivre sa carrière de politicienne. « Je ressens depuis le début de l’automne 2016 une fatigue qui ne me quitte pas. Moi qui ai eu tant d’énergie par le passé, mes réserves sont épuisées. Je supporte de moins en moins le stress et le rythme inhérent à la vie politique » a-t-elle déclaré le 19 janvier 2017, lors de l’annonce de son départ. Alors pour éviter de tomber dans les bras meurtriers de l’épuisement professionnel, la militante se retire pour se reposer et profiter d’une retraite bien méritée. Laissant derrière elle une carrière impressionnante… Une décision qu’elle a annoncée, en direct, sur les réseaux sociaux.
 
 
 
 
 

Militante depuis toujours


Françoise David est tombée dans la marmite du militantisme très jeune. Après un diplôme universitaire en service social, elle travaille pour des organismes communautaires avant d’être nommée responsable, de 1977 à 1984, du comité sur la condition féminine au sein de l’un des principaux syndicats québécois, la CSN ( Centrale des syndicats nationaux ). Le comité en question avait aussi comme mandat de lutter contre les coupures budgétaires ordonnées alors par le gouvernement de René Lévesque. Mais c’est surtout en servant la cause des femmes que Françoise David a fait son nom sur la scène publique : elle est devenue la présidente de la Fédération des Femmes du Québec en 1994 et organise l’année suivante la marche « du pain et des roses », marche des femmes contre la pauvreté qui a fait marque dans le mouvement féministe québécois.

C’est dans les années 2000 que Françoise David lorgne du côté de la politique. Elle initie d’abord le mouvement « Option citoyenne » avant de fonder en 2006 le parti « Québec solidaire », le parti le plus à gauche sur la scène politique québécoise qui milite également en faveur de la souveraineté du Québec et qui se présente aussi comme écologiste féministe et altermondialiste. Un parti qui a réussi à faire élire 3 députés, dont Françoise David, aux dernières élections en avril 2014 – Mme David s’était fait élire pour un premier mandat en septembre 2012, dans la circonscription de Gouin, à Montréal.

Concert de regrets et de louanges

Les hommages ont afflué de toute part. « Merci Françoise David pour votre grand dévouement, votre service public, et votre travail à l’avancement des femmes » a salué le Premier ministre Trudeau dans les médias sociaux.
 


Le Premier ministre du Québec Philippe Couillard a salué « une femme estimée, respectée mais surtout aimée. Merci pour votre humanité et votre dévouement. Vous êtes une femme de talent et de cœur ». « A ma sœur, mon amie, ma collègue, merci pour tout ce que tu as fait pour le Québec » a dit pour sa part sa sœur Hélène, actuelle ministre de la culture du gouvernement Couillard.

Une grande dame qui a donné un nouveau sens au mot engagement
Laurence Lagouarde, Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec

Les organismes communautaires québécois ont salué l’engagement de cette femme qui ne les a jamais lâchés « Elle a fait beaucoup pour les personnes vulnérables, les locataires. Son bureau était toujours ouvert » a déclaré Martin Blanchard, du comité logement de la Petite Patrie. « Une grande dame qui a donné un nouveau sens au mot engagement, ajoute Laurence Lagouarde, agente de liaison et de mobilisation à la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec. Elle a mis toute son intelligence et sa ténacité pour mettre de l’avant des politiques solidaires et inclusives qui ne laissent personne sur le carreau. Une inspiration pour toutes les femmes qui veulent s’impliquer en politique et qui ont trouvé chez elle un modèle remarquable ».

Une pluie d’au revoir et d’adieux émouvants a, aussitôt, envahi le réseau twitter québécois.
 


« Françoise David représentait ses projets sur la société avec prestige et honneur ».
Tandis que certains s’interrogent même sur la survie de son parti après son départ.
 

Sentiment du devoir accompli et poursuite du combat

La dernière réalisation de Françoise David aura été de faire adopter un projet de loi qui protège les aînés qui sont locataires contre les évictions et les reprises de logement par les propriétaires. « Je quitte avec le sentiment du devoir accompli. J’essaie de me demander ce que j’aurais pu faire de plus et franchement, il n’y a pas de 25e heure dans une journée. On fait tout ce qu’on peut, a précisé Françoise David. Je pars en gardant confiance en mon parti en sa capacité d’avancer, de s’élargir, de se renouveler. »

La militante prend sa retraite mais veut continuer à militer au sein de son parti. Elle dit également qu’elle va continuer à combattre, mais différemment, « l’injustice, l’intolérance, le racisme, le sexisme et la destruction de la planète ».  Cette femme à l’intégrité infaillible sera difficile à remplacer sur la scène politique québécoise. Elle était la voix des plus démunis de la société qu’elle faisait résonner dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale du Québec.

En ces temps de cynisme, de montée d’extrémismes et de radicalisme dans nos sociétés, Françoise David offrait l’image de la modération et d’un humanisme réconfortant. Elle était un exemple et la preuve incarnée que oui, on peut faire de la politique en étant intègre, en respectant ses principes et ses convictions, en défendant sans compromis ses valeurs.
Merci pour tout Françoise, et bon repos.