Le prix Peter Mackler à Asma Shirazi, pakistanaise, journaliste, indépendante, courageuse, rigoureuse

Asma Shirazi cumule les “premières“ : première journaliste femme pakistanaise, correspondante de guerre, ayant couvert des conflits aussi durs que ceux entre le Liban et Israël en 2002 ou entre Talibans et Pakistan en 2009 ; première femme journaliste accréditée au Parlement de son pays. La voici désormais la deuxième femme à recevoir le prestigieux prix Peter Mackler, décerné par un groupe de journalistes appartenant à l'Agence France Presse, Reporters sans Frontières, ou encore Global Media Forum.

dans

Le groupe de presse multimédia pakistanais Dawn arbore fièrement la nouvelle dans son édition du 23 août : l'une de ses stars de son versant audiovisuel DawnNews est récompensée par l'un des prix journalistiques les plus prestigieux, le Peter Mackler Award, du nom d'un rédacteur en chef, chef de bureau et grand reporter de guerre de l'Agence France presse, l'AFP, décédé en juin 2008 d'une crise cardiaque. Asma Shirazi est la sixième à être couronnée par ce prix (créé à l'initiative de l'épouse de Peter Mackler), et la deuxième femme, après l'Hondurienne Karla Rivas.

Sur le site du Peter Mackler Award, les initiateurs affirment : "Le prix récompense les journalistes qui ont prouvé un engagement pour l'équité, la rigueur et qui n'ont pas hésité à énoncer ces vérités aux pouvoirs en place, en se battant pour le droit de les publier dans des journaux ou de les dévoiler".

Terrains de guerre

Asma Shirazi, 38 ans, a couvert de nombreux conflits, dont celui opposant Israël au Liban en 2006, les violences des Talibans à la frontière afghano-pakistanaise en 2009, et l'état d'urgence décrété par le général Pervez Musharraf au Pakistan en 2007. Elle a par ailleurs animé deux talk-shows très populaires, dont l'un consacré à la vie du parlement intitulé "Cafétéria du Parlement", une émission interdite par le général Musharaff.

"Sans se laisser décourager par les menaces de mort, Asma Shirazi a fait preuve de courage, de professionnalisme et de dévouement dans la recherche de la vérité, dans un pays où les talk-shows comportent autant de risques que les reportages de guerre", souligne le jury. "Nous sommes ravis de distinguer le courage et le dévouement à l'éthique journalistique qu'Asma Shirazi a montré tout au long de sa carrière", renchérit Camille Mackler, directrice du prix. "Au péril de sa vie, elle a toujours veillé à ce qu'une information objective et gratuite soit disponible au Pakistan. Elle incarne non seulement les valeurs que notre prix récompense mais représente également un modèle pour les jeunes femmes du Pakistan et du monde entier".

Etre journaliste au Pakistan

"En consacrant Asma Shirazi, nous rendons hommage au courage de ceux qui luttent pour la liberté de l'information au Pakistan, où sept journalistes ont été assassinés dans l'exercice de leur fonction en 2013. Face à une répression brutale, Shirazi démontre au quotidien des compétences journalistiques remarquables", déclare pour sa part Delphine Halgand, directrice pour les Etats-Unis de Reporters sans Frontières.

David Millikin, directeur de l'AFP pour l'Amérique du Nord abonde : "L'AFP est très heureuse d'être associée à cette reconnaissance du grand courage et de la persévérance d'Asma Shirazi pour rendre compte des conflits et de la politique au Pakistan, malgré les dangers auxquels elle fait face".

Le Pakistan est actuellement classé 158e sur 180 dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans Frontières.

Etre femme au Pakistan, nos autres articles et vidéos