Terriennes

Le vin, une - bonne - affaire de femmes

Une femme goûte du vin au salon Vinexpo à Bordeaux - AFP Photo, Nicolas Tucat
Une femme goûte du vin au salon Vinexpo à Bordeaux - AFP Photo, Nicolas Tucat

A l'heure du début des vendanges en France, terre bénie pour les vins et les fromages qui vont si bien ensemble, allez faire un tour sur la toile et tapez dans les moteurs de recherche : femme et vin ou women and  wine, ou vino e mujer, ou encore Wein und Frauen, etc, etc. Vous ne serez pas déçus. Un flot ininterrompu de propositions se déversera sur votre pauvre cerveau. Blogs, sites de ventes ou d'explications, discussions oenologiques, vidéos, photos, etc, etc… Voici donc notre petite pierre à cet édifice virtuel (mais pour des nourritures très terrestres) en érection. 

dans
Elles sont sur tous les fronts de la planète vinicoles. Ce sont les femmes, du moins les Françaises, qui s'en vont quérir le vin aujourd'hui : elle sont à l'origine de 70% des achats de la div bouteille. Sans doute parce qu'elles font bien plus souvent les courses que les hommes. Mais pas seulement. Les femmes sont advenues au vin et le vin leur est advenu. Ce qui était inconvenant jusque dans les années 1970, point de départ du Mouvement de libération des femmes en Europe et en Amérique du Nord, est désormais un signe de savoir vivre. Les femmes boivent, ne s'en cachent pas et prétendent aimer le vin différemment des hommes, c'est à dire moins et mieux.

Les producteurs, et maintenant aussi nombre de productrices qui se passionnent pour leurs vignes telles Philippine de Rothschild enterrée voilà un mois près de ses précieux cépages Mouton-Rothschild à Pauillac dans le Bordelais qu'elle aimait passionnément, orientent désormais leur marketing vers ce marché féminin en progression exponentielle : étiquettes, dessins, appellations "vin de femmes". Et en oenologie, domaine qu'elles ont conquis depuis les Amériques jusqu'en Europe, en passant par la Chine, ces sommelières aiment conseiller les consommateurs en usant de toute la gamme de des expressions à connotation sensuelle et féminine qui qualifient un cru - voluptueux, charnu, tendre ou encore soyeux...

Mme Ling, fondatrice du fonds d'investissement chinois spécialisé dans le vin, Dinghong, achète avant tout des bouteilles de grands châteaux bordelais - PHOTO AFP PETER PARKS
Mme Ling, fondatrice du fonds d'investissement chinois spécialisé dans le vin, Dinghong, achète avant tout des bouteilles de grands châteaux bordelais - PHOTO AFP PETER PARKS
Une jeune médecin, angiologue née et travaillant en Bourgogne, l'une des terres vinicoles de France, met cependant un bémol à ce déferlement de promotion qui vise le deuxième sexe. " 22% seulement des femmes sont sensibles à l’habillage des bouteilles, contre plus de la moitié qui orientent leur choix en fonction du prix, de l’origine du produit et du cépage. Cette évolution vers la qualité ne doit pas faire oublier que la France paye un lourd tribu à l’alcoolisme, à raison de 40 000 morts par an, ce qui représente en coût de santé, 65 milliards de francs."

Fanny Lorcerie, docteure en médecine, a donc rédigé un édifiant mémoire  sur le sujet "Femmes et vin", et retrace l'évolution de la fin d'un tabou, au XXème siècle en particulier, où le verre bien rempli passe entre les mains des dames d'arme de provocation à celle de séduction et même de médicament. C'est la faculté qui le dit. On lui pardonnera donc sa curieuse conclusion : « De nos jours, la femme est actrice incontournable et indiscutable dans ce milieu. Sans s'enfermer dans un féminisme sectaire, néfaste à cet univers basé sur l'échange et la convivialité, (c'est moi qui souligne, ndlr) la mixité dans un domaine faisant appel au sensitif est forcément enrichissante ». Et on lui rétorquera que l'on connaît nombre de féministes ne dédaignent pas lever le coude autour d'un nectar millésimé.

Et on lui dira qu'un peu de féminisme ne nuirait sûrement pas à cette activité économique qui, si elle compte beaucoup de passionnées, reste éminemment masculine...

Audrey Baccino, le goût des autres

10.09.2014Reportage de nos partenaires de France 3
On disait à son père à la naissance de ce bébé fille : "dommage tu n'auras personne pour prendre la succession". Aujourd'hui Audrey Baccino est associée à l'entreprise familiale, responsable de la vinification des crus du domaine de la tulipe noire à La Crau, au coeur des cépages de Provence (sud-est de la France). 
Audrey Baccino, le goût des autres

Sur le même thème dans Terriennes