Les Bâtisseuses de paix prônent l'éducation pour rapprocher juifs et musulmans de France

Affichette préparée par les Bâtisseuses de paix http://www.batisseusesdepaix.fr/
Affichette préparée par les Bâtisseuses de paix http://www.batisseusesdepaix.fr/

Après trois jours de deuil nation, une incroyable marche républicaine et une Marseillaise entonnée à l'Assemblée nationale… que fait-on pour que juifs et musulmans de France ne se tournent pas le dos dans un contexte de vives tensions ? Cette question, les Bâtisseuses de paix se la posent depuis une douzaine d'années et y répondent toujours par la force de l'éducation. Rencontre. 

dans
Une semaine après l'attentat contre Charlie-Hebdo, revendiqué par Al Qaeda au Yemen, plus d'une cinquantaine d'actes anti-musulmans ont été décomptés par l’Observatoire contre l’islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM). Dans des établissements scolaires, la minute de silence, décrétée par le président Hollande en hommage aux victimes, a été malmenée. Certains élèves n'ont pas voulu s'y soumettre, allant jusqu'à soutenir l'action des terroristes. Sur les réseaux sociaux, ont déferlé des vagues d'injures racistes. 4700 policiers et gendarmes ont été déployés pour protéger mosquées, synagogues et écoles juives.

Dans ce contexte de crise, malgré les discours officiels d'apaisement et d'unité, « les gens sont naturellement sur un quant-à-soi et un repli. Beaucoup de chefs d'établissements juifs et de leaders religieux sont protégés à l'intérieur et à l'extérieur de leur maison, 24 heures sur 24. Il y a de la défiance dans les deux communautés », déplore Annie-Paule Dercansky, la présidente des Bâtisseuses de paix.

Mais pour cette association parisienne composée uniquement de femmes juives et musulmanes, le constat n'est pas nouveau et sa réponses est systématiquement la même : l'éducation à l'acceptation de l'autre.

Depuis leur création en 2002, lorsque la deuxième Intifada débuta dans les Territoires occupés, les Bâtisseuses de paix mènent des actions pédagogiques entre écoles privées de confession juive et établissements publics laïcs, organisent des rencontres entre adolescents juifs et musulmans, encouragent des ateliers d'écriture… Le tout dans un seul but : désamorcer les conflits, notamment ceux importés du Moyen-Orient, briser les incompréhensions, tisser des liens.

La force d'une histoire

En réaction aux derniers événements, l'association veut faire revivre une histoire qui « n'est pas sue, qu'on ne veut pas savoir et qu'on ne fait pas suffisamment savoir » : celle de la Grande Mosquée de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale qui protégea des juifs et notamment des enfants juifs. Une histoire racontée dans un livre jeunesse par Karen Gray Ruelle et Deborah Durland DeSaix. « Nous sommes en train d'en commander 500 exemplaires pour les distribuer dans les établissements scolaires », précise la présidente des Bâtisseuses de paix. « Mais pour réaliser cette opération, nous avons besoin tout de suite de 4000 euros », alerte la militante. L'appel aux dons est lancé : batisseuses@gmail.com !

« Il faut un réancrage idéologique »

15.01.2015
Entretien avec la présidente des Bâtisseuses de paix, Annie-Paule Dercansky de confession juive, et Tannyt Tkalèche, collégienne de confession musulmane qui participe aux actions de l'association. Pour la présidente de l'association, il s'agit de remettre des mots sur des réalités et de raconter des faits historiques méconnus pour revaloriser les uns et les autres.
« Il faut un réancrage idéologique »

Une minute de silence... contestée par quelques uns

15.01.2015
Tannyt Tkalèche, collégienne de confession musulmane qui participe aux actions de l'association raconte comment cela s'est passé, dans son collège (de la 6ème à la 3ème, de 11 à 15 ans) du nord-est parisien. Avec des précisions d'Annie-Paule Dercansky sur certains élèves réfractaires. 
Une minute de silence... contestée par quelques uns

« Tu likes, tu partages... »

09.01.2015
Texte écrit et slamé par Tannyt Tkalèche, en hommage aux dessinateurs de Charlie-Hebdo assassinés.
« Tu likes, tu partages... »

Sur le même thème dans Terriennes