Terriennes

Les disparues d'Orsay : invitation à une visite atypique

sujet BD Carla
Carla Boï, Aïn Varet, Guillaume Gouet

A quoi ressemblerait le musée d'Orsay sans ses femmes ? Le dessinateur Stéphane Levallois signe "Les disparues d'Orsay", un conte sensuel et irrévérencieux.

dans
Où sont passées Vénus sortant des eaux, la danseuse de Degas, les vahinés de Gauguin et toutes ces femmes qui inspirent et dictent l'esthétique depuis l'origine du monde ? Dans le conte de Stéphane Levallois, les muses d'Orsay ont disparu. Par qui elles ont été enlevées ?

Polart

Virgile Gautrey, gardien du musée d'Orsay depuis 30 ans, se met en quête du coupable. Au pied de la mythique horloge, il cherche des indices. Soudain un train surgit dans ce qui fut la gare d'Orsay. Un homme masqué y embarque. Virgile lui emboîte le pas pour un voyage fantastique à la recherche des muses, modèles et égéries perdus. Dans sa quête, il passe d'un compartiment à l'autre, à la rencontre de celles et ceux qui ont fait l'histoire de l'Art. Un voyage à rebrousse-temps dans un endroit mystérieux, magique, et brillamment représenté par les dessins de Stéphane Levallois.

Ce roman graphique peut se lire comme un polar, ou plutôt un "polart".
Ce qui pourrait être une histoire assez classique se révèle finalement être un conte onirique, fantastique. 
Il s'agit avant tout d'un voyage dans les tripes du Musée d'Orsay. Comme dans un rêve éveillé, on sent les œuvres avant de les voir...
Et comme dans un rêve éveillé, les œuvres sont animées par des désirs.
Le buste de Goethe, se libère de son socle et part mener sa propre enquête, en traversant les allées du musée avec les pattes de la mythique araignée de Louise Bourgeois ; la petite danseuse de Degas sort de sa boîte en verre pour enfin danser ; les Oréades jouent du pipeau ; l'Héraclès de Bourdelle se mue en impitoyable contrôleur de billets.

Une BD comme un film

Artiste diplômé de l'Ecole supérieure d'Art graphique Penninghem, Stéphane Levallois a été l'élève de l'affichiste polonais Roman Cieslewcz. Il a contribué aux storyboards de nombreux réalisateurs de films fantastiques, dont Jan Kounen, Wong Kar-Wai, Steven Spielberg, Ridley Scott ou Christopher Nolan.

Et le cinéma est bien présent dans cet ouvrage ; aussi bien dans le dynamisme, le rythme, que Stéphane Levallois arrive à insuffler dans ses planches, mais aussi par le renvoi à l'univers de la science-fiction. Les citations cinématographiques sont multiples, de 2001 Odyssée de l'espace de Kubric, à Alphaville de Godard, en passant par La jetée de Chris Marker et Crime sur l'Orient Express... et les cinéphiles s'amuseront à en repérer bien d'autres.