Terriennes

Les femmes dans leur propre regard

Alexis Hunter Approach to Fear: Voyeurism (Approche à la peur, voyeurisme), 1973
Alexis Hunter Approach to Fear: Voyeurism (Approche à la peur, voyeurisme), 1973

Les corps des femmes sur les affiches, dans les films, sur les murs des galeries, sont restitués le plus souvent par des objectifs masculins, des "projections mâles", comme le pensent ces femmes photographes, réunies dans l'exposition "Where We're at ! Other voices on gender", aujourd'hui accrochée au Bozar de Bruxelles.

dans
Elles sont une trentaine à avoir été invitées à Bruxelles, pour creuser les relations de "genre" dans les arts picturaux et plastiques. Ces artistes, apparues dans les années 70, voulaient replacé au coeur de leurs oeuvres des corps de femmes réinventés, et pas seulement des modèles occidentaux, figures majoritaires et imposées par les industries de la beauté et les magazines de mode. Les voici donc, ces trente artistes et leurs créations, femmes du Sud, d'Afrique, du Pacifique ou des Caraïbes. Elles proposent de regarder l'invisible corps féminin extra-européen, et de le contempler autrement.


Nombre de ses plasticiennes, peintres, photographes, vidéastes, etc ont eu elles-mêmes à lutter pour se faire une place, ne pas avoir honte de leur couleur de peau ou de leurs cheveux crépus, comme Lisa Hilli, venue de Papouasie… Ne pas se laisser enfermer dans les cases habituelles des genres humains. Et accepter, par exemple, loin des refus d'aujourd'hui, avec la marocaine Majida Khattari, que voile et sensualité ne sont pas incompatibles. Ou encore détruire les étiquettes formatées de genre à la suite de Alberta Whittle, née à La Barbade.


L'exposition révèle une formidable communauté d'esprit de ces artistes dont les travaux restent, pour la plupart, à découvrir.
 

Permettre au public de regarder la beauté des corps extra européens

09.07.2014
Avec humour, avec force, les artistes invitées présentent leurs oeuvres. 
Permettre au public de regarder la beauté des corps extra européens
 

La 5ème biennale “L'été de la photographie“ s'intéresse au genre

 

Femmes photographes, femmes photographiées, sur le même thème, dans Terriennes