Les femmes de la Commission européenne : difficiles à trouver, difficiles à caser

De gauche à droite et de bas en haut, les 9 nouvelles Commissaires européennes : Federica Mogherini, Vera Jourova, Marianne Thyssen, Corina Cretu, Alenka Bratus?ek, Kristalina Georgieva, Margrethe Vestager, Elzbieta Bienkowska, Cecila Malmström
De gauche à droite et de bas en haut, les 9 nouvelles Commissaires européennes : Federica Mogherini, Vera Jourova, Marianne Thyssen, Corina Cretu, Alenka Bratus?ek, Kristalina Georgieva, Margrethe Vestager, Elzbieta Bienkowska, Cecila Malmström

Lors de sa conférence de presse dédiée à la présentation de la future Commission européenne, son nouveau président Jean Claude Juncker est revenu sur sa quête difficile de femmes. "Je suis parti avec trois femmes en juillet, et il m'a fallu me battre pour arriver à neuf. Ce n'est certainement pas un bon signe donné à l'égalité entre les sexes." De fait, les femmes ne sont ni plus ni moins que dans la Commisssion précédente. Un seuil minimum fixé par le Parlement pour sa ratification. Une absence de parité qui ne satisfait pas, loin s'en faut, l'eurodéputée Sylvie Goulard.

dans
Durant le marathon de deux mois qui a occupé le nouveau président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, désigné et élu en juin 2014, la quête de femmes n'a pas été la moindre des difficultés. Ce sont les Etats qui, le plus souvent dans un subtil mélange de politique et de raisons politiciennes, désignent LEUR commissaire (un par pays membre).

Il aura donc fallu menacer, tempêter, sous la pression du Parlement européen pour arriver au seuil précédent de neuf commissaires au féminin, en dessous duquel la Commission n'aurait pas passé l'épreuve de la ratification. Ce qui ne constitue pas un tiers de cette commission (prise de fonction le 1er novembre 2014) de 28 membres...

Voici donc la liste des élues :  Federica Mogherini, ministre des Affaires étrangères italienne, et reste à ces affaires-là en  héritant du titre de Haute représentante de l'Union pour la politique étrangère et la sécurité ; la Bulgare Kristalina Georgieva, commissaire sortante à l'Action humanitaire, qui y reste ; la Suédoise Cecila Malmström, commissaire sortante aux Affaires intérieures qui passe au Commerce ; Vera Jourova, ministre tchèque du Développement régional qui se voit attribuer un fourre tout de Justice, consommation et égalité des sexes ; la Belge et eurodéputée Marianne Thyssen se battra pour les Affaires sociales ; la ministre danoise de l'Economie Margrethe Vestager part pour la Concurrence ; la vice-Première ministre polonaise Elzbieta Bienkowska s'occupera du Marché intérieur ; à la Première ministre sortante de Slovénie Alenka Bratusek échoit l'Energie  ; tandis que la roumaine Corina Cretu, eurodéputée jusque-là s'intéressera, à la politique régionale.

Les domaines "durs" restent aux hommes

Mais si l'on regarde de plus près, et malgré trois vice-présidences accordées à des femmes (ce qui fait qu'il en reste tout de même quatre + la présidence aux messieurs, les bons comptes de la parité n'y étant pas), les représentantes choisies sont affectées, en quelque sorte, à des attributions "secondaires", les priorités - économiques - restant entre les mains des hommes : le français Pierre Moscovici aux Affaires économiques, le britannique Jonathan Hill aux Services financiers et l'allemand Günther Oettinger à l'Economie numérique, le finlandais Jyrki Katainen à l'emploi et à la croissance, et le letton Valdis Dombrovskis, à la coordination des politiques de "l'euro" et du "dialogue social".

Quant au poste de cheffe de la Diplomatie, en apparence si prestigieux, les commentateurs avisés rappellent qu'il est purement honorifique tant les Etat membres de l'Union sont jaloux de leurs prérogatives en ce domaine. Et que c'est justement pour cela que l'on y met une femme, la sortante Catherine Ashton ou l'entrante Federica Mogherini...

Pour l'euro-députée Sylvie Goulard, “C'est un peu triste d'en être là“

Membre du groupe centriste de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, Sylvie Goulard est l'une des plus vaillantes combattantes de la parité. Sur le plateau du 64' de TV5MONDE, elle se désole que cet objectif ne soit pas atteint en 2014...