Terriennes

Madagascar 2016 : madame Yvonne, guérisseuse à Nosy Komba

Guérisseuse Madagascar
Reportage de Sarah Tétaud

Dans les régions reculées de la Grande Île, les médecines traditionnelles prennent le relais des hôpitaux pour soigner petits bobos et grandes maladies. A Nosy Komba, madame Yvonne, à 80 ans, prépare la relève.

dans
Au Nord-Ouest de Madagascar, dans le canal du Mozambique, la petite île de Nosy Komba est un bijou de biodiversité. Située dans l’archipel de Nosy Be, elle renferme des espèces endémiques à faire pâlir les botanistes. Mais cette richesse a un prix : l’isolement. 

Ici, l’hôpital le plus proche est à 40 minutes en bateau. Alors, les habitants continuent de pratiquer la médecine traditionnelle, encore très répandue à Madagascar, pour soigner petits bobos et grandes maladies. Rencontre avec la guérisseuse de l’île, qui met un point d’honneur à transmettre son savoir à la génération suivante.

Nosy Komba, loin de tout

C’est un petit caillou vert qui culmine à plus de 600m d’altitude. Ici pas de voiture, pas d’électricité, pas d’eau courante. Mais une sérénité que les 4300 habitants n’échangeraient pour rien au monde.

A bientôt 80 ans, Madame Yvonne est un petit bout de femme énergique. A Nosy Komba, elle est LA guérisseuse.  Diabète, ulcère, diarrhées ou juste lendemains de soirée trop arrosée... Madame Yvonne a un remède pour tout. Son secret : les plantes médicinales de la forêt. Ses connaissances, elle les tient de son père.

Madame Yvonne sait qu’elle n’est pas éternelle. Alors depuis toujours, elle emmène ses petits-enfants et arrière-petits-enfants avec elle, pour leur transmettre ses connaissances en médecine traditionnelle. « Si un jour, elle part. C’est nous qui la remplaçons. Moi j’aime bien faire le guide et plantes médicinales. Parce que peu de gens connaissent ça, » dit Jacky Abdallah, petit-fils de madame Yvonne.

La nature recèle des trésors

Aujourd’hui, la vieille dame doit ramener une plante pour soigner une jeune fille en pleine crise de paludisme. Sur le chemin, elle dispense quelques astuces à ses jeunes élèves : savon, brosse à dents, lime à ongles… la nature recèle des trésors. 

"Ca c’est anti-verrue. Tu mets le jaune sur les verrues," explique Francisco "Cisco" Andriamanampy, arrière-petit-fils de madame Yvonne, en montrant l'intérieur d'une lamelle d'écorce qu'il vient de prélever sur un arbre. Plus tard, Cisco veut être médecin. Pour madame Yvonne, les deux sciences se complètent : "Cisco, il apprend là comme ça, il connaît bien les plantes médicinales et en même temps il fait ses études de docteur.

"C’est facile de guérir les gens après, explique Cisco. S'il n'y a pas de médicaments à l’hôpital, tu prends les arbres comme ça, tu donnes". Cisco ne prend pas de notes, il mémorise tout ce que lui transmet son arrière-grand-mère, dans la plus pure tradition orale.
 

Je préfère ce type de médicaments que ceux qu’on me propose à l’hôpital.
Tina

Rosine Abdallah, nièce de madame Yvonne, boit les paroles de sa tante : "Ca, c’est pour soigner les allergies. Et ça, quand tu as des contractions, auand le travail commence, tu le fais bouillir et tu bois, et après, tu accouches facilement." La guérisseuse, n'oublie pas de couper du lantana pour soigner une jeune fille du village atteinte du paludisme. "Je suis guérie, je reprends des forces petit à petit, explique Tina. Je préfère ce type de médicaments que ceux qu’on me propose à l’hôpital. Parce que ya plein de produits chimiques. C’est pas bien !"

Placébo ou effets réels ? A chacun son avis. Une chose est sûre, pourtant, c'est que madame Yvonne peut partir en paix. La relève est assurée.

Quatre jours après la réalisation de ce reportage, en septembre 206, l’île a subi un violent incendie. Aucun blessé, mais 4 hectares de forêt sont partis en fumée, soit 1/5ème de l’île. Une catastrophe, pour les 4300 habitants. Madame Yvonne, elle, a quand même repris le chemin de la montagne.