Terriennes

A Madagascar, "Women in Tech" veut pousser les filles vers l'informatique

Faneva Andriamiadanisoa, l'une des fondatrices de l'association malgache "Women in tech" qui veut pousser davantage de filles à se tourner vers l'informatique. 
Faneva Andriamiadanisoa, l'une des fondatrices de l'association malgache "Women in tech" qui veut pousser davantage de filles à se tourner vers l'informatique. 
©L.Baron/TV5MONDE

Huit femmes malgaches ont décidé de se réunir pour créer une association dont le but est de prouver aux filles qu'elles aussi ont leur place dans l'informatique, une discipline méconnue dans le pays, et encore l'apanage des hommes.

dans
"Pendant mes études d'informatique, nous étions seulement 6 filles sur 60 étudiants. 6 seulement !" insiste Faneva Andriamiadanisoa. Cette étudiante de 23 ans termine ses études universitaires d'informatique.

Elle fait partie des huit fondatrices de l'association "Women in tech Madagascar". Etudiantes, mères, salariées, elles ont décidé de remédier à ce déséquilibre qui reflète en fait une méconnaissance de cette discipline dans le pays, et un manque d'accès aux services informatiques. 
 

Promouvoir l'informatique auprès des filles

Venant d'universités différentes, elles ont toutes été mises en contact par une ONG qui leur a suggéré de se regrouper pour promouvoir l'informatique auprès des filles, pour les pousser à s'engager dans ce secteur. En somme, devenir des ambassadrices.

Elles se sont saisies de cette idée, pour lancer seule leur association, en cet été 2016. "Parce que nous, les filles, on est sérieuses, courageuses et travailleuses, nous les filles pouvons beaucoup apporter", souligne Faneva Andriamiadanisoa.

Faneva y croit, car pour elle, les nouvelles technologies sont riches de promesses et d'innovations qui participeront, elle en est sûre, au développement de son pays, qui figure parmi les plus pauvres au monde. "Rien que le téléphone portable et les applications que l'on peut créer permettent d'inventer de nouveaux services pour tous", souligne-t-elle. 


A Madasgascar, l'informatique reste méconnue.

Faneva


Beaucoup de travail reste à faire selon elle, ne serait-ce que pour faire connaître l'informatique. "A Madasgascar, l'informatique reste méconnue, assure-t-elle. On me dit souvent 'ah, tu fais de la bureautique alors !'"

L'un des objectifs de l'association, c'est donc de mieux informer sur les nouvelles technologies, ce que recouvre "l'informatique". "Peu de gens utilisent leur smartphone, ou les emails, alors nous voulons commencer par ça, davantage former les gens à ces pratiques, même si c'est compliqué pour certains qui n'ont même pas l'électricité. "

Et surtout, ces "women in tech" (femmes dans la technologie) veulent impliquer les femmes ! "On aimerait même former des femmes qui ne savent pas forcément écrire. C'est un grand défi !"

L'autre défi de taille auquel ces huit femmes ambitieuses vont devoir se confronter : le financement de leur association. "Pour l'instant, nous n'avons pas de moyens. Alors nous participons à des concours pour décrocher des bourses, et nous cherchons des partenaires." Leur aventure ne fait que commencer.