Mariages forcés : une expo photo et un clip vidéo dénoncent "Trop jeune pour être mariée"

Radha, 15 ans, la veille de son mariage, dans le nord de l'Inde. Ses soeurs de 13 et 5 ans se marient le même jour avec deux frères (droite)
Radha, 15 ans, la veille de son mariage, dans le nord de l'Inde. Ses soeurs de 13 et 5 ans se marient le même jour avec deux frères (droite)

Toutes les deux secondes, une petite fille est mariée contre son gré dans le monde. Près de 700 millions de femmes se retrouvent ainsi contraintes au mariage - la plupart sont mineures. A Paris, une exposition de photos réalisées par la journaliste américaine Stephanie Sinclair jette une lumière crue sur le mariage des enfants. Au Bénin, ce sont les artistes qui se mobilisent pour produire un clip.

dans

La photographe américaine Stéphanie Sinclair a fait ses premières armes sur le terrain pendant la guerre d'Irak. Voici quinze ans qu'elle parcourt l’Afghanistan, l’Ethiopie, l’Inde et bien d’autres pays où la tradition du mariage prématuré est encore bien ancrée.

De ces voyages, elle a gardé une série de clichés bouleversants qui racontent le destin de fillettes confrontées dès leur plus jeune âge à des contraintes et à des responsabilités de femmes, chargées d’assurer la gestion d’un foyer au quotidien. Au fil des années se lisent sur ces visages la peur, la dureté, l'usure, mais aussi parfois l'euphorie d'une liberté acquise avec l'aide de l'association fondée par Stéphanie Sinclair pour venir en aide à ces filles/femmes données trop tôt à des hommes qu'elles n'ont pas choisis.

Aux Etats-Unis aussi...

Au sommet de l'Arche de la Défense, à deux pas de Paris, près de 200 photos de tous formats - certaines occupent tout un panneau de mur - restituent les regards fiers, farouches, bravaches ou traqués de fillettes embarquées dans une union forcée. En occident aussi où, dans certaines communautés, de très jeunes filles sont mariées à des hommes polygames. La photographe américaine s'est notamment intéressée à l'Eglise des saints des derniers jours, une secte fondamentaliste mormone, qui prône le "mariage pluriel".

Improbables processions nuptiales pour des époux de 11 ans et autres couples incongrus avec une enfant flanquée d'un vieillard ridé qui pourrait être son grand-père, son futur. Stéphanie Sinclair témoigne aussi des violences, maladies et blessures dont les filles ne guérissent jamais, avec des images qui sont autant de claques, sans pour autant être crues.

Faiz, 40 ans et Ghulam, 11 ans, avant leur mariage, en Afghanistan (gauche)<br />
Yéménites mariées entre 14 et 18 ans.<br />
Radha, 15 ans, la veille de son mariage, dans le nord de l'Inde. Ses soeurs de 13 et 5 ans se marient le même jour avec deux frères.<br />
 
Faiz, 40 ans et Ghulam, 11 ans, avant leur mariage, en Afghanistan (gauche)
Yéménites mariées entre 14 et 18 ans.
Radha, 15 ans, la veille de son mariage, dans le nord de l'Inde. Ses soeurs de 13 et 5 ans se marient le même jour avec deux frères.
 

À aucun moment Stéphanie Sinclair ne juge. Elle ne fait que rapporter le destin caché vécu par des millions d’individus à travers le monde. Souvent, elle est retournée au même endroit pour suivre ces fillettes-adolescentes-jeunes femmes. Au bout du chemin, elle a saisi la désillusion de celles qui, malgré tout, voulait continuer à aller à l'école, mais que la réalité a rattrapées. L'épuisement de celles qui travaillent dix-huit heures par jour pour vivre et faire vivre. L'espoir de celles qui sont prêtes à tout pour que leurs propres filles s'en sortent. Mais aussi, parfois, la liberté pour celles à qui les ONG ont proposé un autre avenir. 

► Allez sur le site de Too Young to Wed, jusqu’au 24 septembre 2017.

Nujoud Ali, 12 ans, deux ans après son divorce, prononcé lorsqu’elle avait 8 ans. Son mari avait plus de vingt ans de plus qu’elle. L’histoire de Nujoud a fait l’effet d’une bombe dans le pays et a forcé le parlement à examiner un projet de loi fixant un âge minimum pour le mariage.
Nujoud Ali, 12 ans, deux ans après son divorce, prononcé lorsqu’elle avait 8 ans. Son mari avait plus de vingt ans de plus qu’elle. L’histoire de Nujoud a fait l’effet d’une bombe dans le pays et a forcé le parlement à examiner un projet de loi fixant un âge minimum pour le mariage.
©Stephanie Sinclair

En Afrique, 125 millions de filles mariées avant 18 ans

Niger, Mali et Burkina Faso se classent en tête des pays d’Afrique de l’Ouest où se pratiquent le plus de mariages forcés et précoces. Au Bénin, une fille sur 10 est mariée avant l’âge de 15 ans et trois filles sur 10 le sont avant l'âge de 18 ans. Là, des artistes populaires auprès des jeunes se sont mobilisés contre le mariage des enfants. Avec l’UNICEF, la chanteuse Angélique Kidjo et huit des plus grands artistes du Bénin ont produit ce clip :