'Mater, mulier', les femmes vues par les candidats aux primaires républicaines

John Kasich, Carly Fiorina, Marco Rubio, Ben Carson, Donald Trump, Ted Cruz, Jeb Bush, Chris Christie, et Rand Paul, 8 hommes, 1 femme, du noir et du rouge, il y a comme quelque chose qui clochait lors du 5ème débat pour les primaires républicaines aux Etats-Unis
John Kasich, Carly Fiorina, Marco Rubio, Ben Carson, Donald Trump, Ted Cruz, Jeb Bush, Chris Christie, et Rand Paul, 8 hommes, 1 femme, du noir et du rouge, il y a comme quelque chose qui clochait lors du 5ème débat pour les primaires républicaines aux Etats-Unis
AP Photo/Mark J. Terrill

L'excellent site américain d'informations Mother Jones revient à sa manière sur le 5ème débat, le dernier de 2015, des candidats aux primaires républicaines américaines en vue de la présidentielle de 2016. Alors que la plupart des médias américains reviennent sur les peurs provoquées par l'Etat islamique, Mother Jones s'est intéressée à la façon dont les impétrants évoquent les femmes. Cela fait rire… jaune.

dans

Rideau donc sur les joutes républicaines de 2015 riches en extrémismes trumpiens (nouvel adjectif né de Donald Trump) et sur l'incapacité des candidats à parler d'autre chose que des sorties du populaire populiste milliardaire qui tire à vue aussi bien sur ses concitoyens musulmans que sur les femmes dès que l'occasion se présente. Preuve nouvelle que misogynie et xénophobie vont très bien ensemble.

Ce 15 décembre  2015, avant ce que l'on appelle médiatiquement "la trêve des confiseurs", période de fêtes où presque tout s'arrête en particulier dans les régions d'influence chrétienne, neuf + quatre candidats républicains à la fonction suprême américaine s'affrontèrent devant dix huit millions de téléspectateurs, l'une des trois audiences les plus importantes de ce genre d'exercice.

Monochrome


La photo de la tribune où les concurrents argumentent côte à côte est d'ores et déjà éclairante : huit mâles pour une femme, que l'on repère tout de suite à sa robe rouge, même si ces messieurs, tous vêtus de noir, arborent pour beaucoup une cravate rouge. Mais la dame, Carly Fiorina, ex pédégère de Hewlett Packard,  n'est pas spécialement prête à défendre la condition des femmes. Elle ferraille contre le Planned Parenthood,  équivalent du Planning familial français, lui aussi menacé, n'hésitant pas à brandir des vidéos de foetus dont la fausseté à été prouvée, et voudrait restreindre fortement le droit à l'avortement, rejoignant en cela les positions défendues par les figures de proue du parti d'extrême droite français, le FN.
 

Carly Fiorina, ex pédégère de Hewlett Packard devant la presse après le débat "républicain" du 15 décembre 2015
Carly Fiorina, ex pédégère de Hewlett Packard devant la presse après le débat "républicain" du 15 décembre 2015
AP Photo/Mark J. Terrill


De ces sujets, de toute façon, il ne fut point question durant cette joute toute virile, entièrement dédiée à la guerre au Moyen Orient. Pourtant et à ces conséquences sur le sol américain, après l'attentat de  Sans Bernardino en Californie. Des femmes, les candidats ont tout de même parlé, mais pas pour s'interroger sur les inégalités ou violences sexistes dont elles sont victimes, tant à la maison qu'au travail. Non, ces messieurs/dame n'avaient en bouche que leurs références suprêmes en la matière : "mater, mulier", mère, épouse, dichotomie incontournable et éternelle, à laquelle on rajoute quelques fois, "meretricium", prostituée ou courtisane. Mother Jones a isolé leurs remarques à ce sujet. Le résultat est un montage désopilant mais qui fait rire jaune…

Ma femme pense par elle-même...

Mike Huckabee


"Je suis un type avec une femme et deux enfants" dit Rick Santorum. "Ma femme et moi sommes mariés depuis presque 25 ans" dit Rand Paul. "Ma femme et moi, on est mariés depuis 27 ans", surenchérit le sénateur Marco Rubio. "Moi, ma femme, c'est aussi ma meilleure amie", commente Ted Cruz. Ben Carson s'attendrit à l'évocation "d'une union de 40 ans avec ma femme qui est présente ce soir, ainsi que mes fils et leurs épouses". "Ma femme peut penser par elle-même, s'enthousiasme Mike Huckabee. Elle s'appelle Janet, ce qui fait que dès que l'on parle de Janet Yellen (Directrice de la Fed, ndlr) je pense tout de suite à mon épouse." Chacun vente les qualités d'éducatrice et de maîtresse de maison de sa chère moitié. Et tous de rendre hommage à leurs petites mamans, surtout si elle est irlando-italienne  et si elle vit ses vieux jours avec eux.

Mother Jones ne dit pas si Carly Fiorina a parlé de son mari, de son père, ou de ses enfants. On rappellera alors ce jour de septembre 2015, lorsque Donald Trump donna une fois de plus la mesure de lui-même. "Mais regardez cette tête !" avait-il confié au magazine Rolling Stones à propos de sa concurrente Carly Fiorina, après l'avoir vue sur le petit écran. Il avait alors essayé de rétro-pédaler en disant qu'il voulait parler de sa "beauté", l'interpellée lui avait sèchement répondu : "toutes les femmes des Etats-Unis ont parfaitement compris ce que vous vouliez dire…". Au moins ça…

Pendant ce temps la démocrate Hillary Clinton poursuit, sur ces sujets, son petit bonhomme de chemin, à moins que ce ne soit "sa petite bonne femme de route"…

A relire dans Caravane, le blog de Sylvie Braibant

> Hillary Diane Rodham Clinton elle même en personne