Terriennes

« Maternité, la face cachée du sexisme », un manifeste pour l’égalité parentale au Québec

La sainte trinité - papa, maman, bébé -, une image d'épinal qui ne correspond pas à la réalité vécue des mères
La sainte trinité - papa, maman, bébé -, une image d'épinal qui ne correspond pas à la réalité vécue des mères
wikicommons

Quand va-t-on installer des tables à langer dans les toilettes des hommes ? C’est l’une des questions que pose la journaliste québécoise Marilyse Hamelin dans son livre « Maternité, la face cachée du sexisme – plaidoyer pour l’égalité parentale ». Un pamphlet de près de 200 pages dans lequel elle affirme qu’il n’y a toujours pas d’égalité des sexes dans la parentalité et que la maternité reste un noyau dur du sexisme.

dans
Des employeurs frileux à l’idée d’embaucher des jeunes femmes parce qu’elles sont en âge de procréer et pourraient s’absenter pour un congé maternité ; un candidat préféré à une candidate pour décrocher un emploi parce que Monsieur sera moins souvent absent que Madame si jamais les enfants sont malades ; une jeune mère qui perd son emploi ou qui se fait enlever des responsabilités professionnelles au retour de son congé maternité ; une jeune femme qui ne trouve pas d’emploi parce qu’elle s’est absentée du marché du travail pour prendre soin de son enfant durant les deux premières années de sa vie ; autant d’exemples, autant de cas désolants présentés par la journaliste Marilyse Hamelin, auteure du blogue "La semaine rose" dans son dernier essai  "Maternité, la face cachée du sexisme – plaidoyer pour l’égalité parentale ".

Pour elle, aucun doute : « La discrimination professionnelle liée à la maternité s’opère de manière systémique à l’encontre de toutes les femmes, qu’elles soient mères ou non, et ce, peu importe leur âge ». En effet…
La journaliste Marilyse Hamelin évoque au micro de Radio-Canada l'inégalité parentale
La journaliste Marilyse Hamelin évoque au micro de Radio-Canada l'inégalité parentale
(c) Radio-Canada / Olivier Lalande

Parent responsable ou par défaut, une autre "charge mentale" des femmes

La journaliste poursuit son raisonnement en expliquant que la femme est également pénalisée dans sa vie professionnelle parce qu’elle est toujours et encore vue comme le « premier » parent responsable ou le « parent par défaut », celui qui va aux rencontres parents/professeurs à l’école, celui qui reste à la maison quand bébé est malade, celui qui quitte le travail en cas d’urgence avec le p’tit dernier, etc. « Tant que la parentalité sera considérée comme une responsabilité naturellement féminine, il n’y aura pas de vraie égalité des chances pour les femmes, toutes les femmes, au travail comme à la maison » déclare Marilyse Hamelin. « Comment peut-on faire en sorte que le fait d’avoir des enfants soit accueilli favorablement, ou à tout le moins considéré comme un passage normal de la vie, plutôt qu’un problème ? » s’interroge la journaliste.
 
Moi la première, j’ai fait des choix professionnels en très grande partie liés à ma condition de mère : dans ce métier de journaliste aux horaires parfois atypiques, j’ai toujours privilégié des postes qui me permettaient de concilier travail et famille, de rentrer à la maison pas trop tard pour veiller aux devoirs de mes filles, préparer le repas, etc. Si je n’avais pas eu d’enfant, j’aurais profité d’une « liberté » qui m’aurait permis d’emprunter d’autres chemins dans ma carrière. Je n’ai aucun regret bien sûr, car ma priorité a toujours été mes enfants, sans négliger au demeurant ma vie professionnelle, mais ces choix, ce sont effectivement encore beaucoup plus les mères que les pères qui les font. Et pourquoi ? Qu’est-ce qui justifie encore cette situation au 21ème siècle ?

Dans la majorité des unions, c’est la mère qui porte le fardeau mental de la planification familiale
Marilyse Hamelin 

Maternité sexiste donc et parentalité inégalitaire. C’est ce que constate avec dépit Marilyse Hamelin : non, il n’y a toujours pas d’égalité entre l’Homme et la Femme dans la parentalité. Une réalité indéniable !  

« Dans la majorité des unions, c’est la mère qui porte le fardeau mental de la planification familiale » écrit Marilyse Hamelin, qui va encore plus loin : c’est sur les épaules des femmes que pèsent aussi, en quelque sorte, le poids du bonheur familial.

La journaliste revient également sur les fortes pressions sociales pour être LA mère parfaite où les réseaux sociaux semblent avoir pris le relais des commérages des décennies passées.

Bref, encore aujourd’hui, la femme en a plein les bras et ce, même si l’homme en fait plus à la maison, même s’il y a un meilleur partage des tâches domestiques, même si l’homme assume davantage son rôle de père, même si des progrès notables ont été enregistrés dans ces domaines.

Les fruits du RQAP : le régime québécois d’assurance parentale

Et ces progrès, au Québec, on les doit notamment au RQAP, le régime d’assurance parentale, un programme mis en place en 2006 unique en Amérique du nord et qui suscite bien des envies dans le reste du Canada et ailleurs. Il s’agit d’une sorte de caisse collective à laquelle cotisent tous les travailleurs québécois via un prélèvement dans leurs salaires afin d’offrir des congés maternité, paternité et parental aux nouveaux parents. Le régime de base prévoit 5 semaines de congé paternité, 18 semaines de congé maternité et un congé parental de 32 semaines qui peut se partager entre le père et la mère. On parle ici de congés payés bien entendu, mais selon une échelle dégressive et pas à 100% du salaire – l’employeur peut verser une compensation financière à son employé pour compléter le revenu – je me souviens, quand j’ai bénéficié de ce programme, que je touchais 55% de mon salaire durant les semaines du congé parental.

Ainsi, 85% des pères prennent le congé paternité qui leur est offert : plus du tiers ne le prennent pas à la naissance de l’enfant mais après, et la majorité le prennent durant l’été ou durant le temps des fêtes – ah ben tiens... Par ailleurs, seulement 35% des pères profitent du congé parental et dans 80% des cas, en parallèle à celui de la mère. 

Le congé paternité au Québec, une réalité en demi-teinte

Autrement dit, malgré la possibilité qui leur est offerte, peu de pères se prévalent des semaines de congé parental. Pourquoi ? Parce que, explique la journaliste dans son livre, il existe encore bien des préjugés à combattre, notamment au sein des employeurs, pour le père qui veut passer du temps auprès de son bébé.

Marilyse Hamelin cite des exemples de ce père à qui l’employeur demande s’il peut faire un peu de boulot pendant son congé parental, ou de cet autre à qui on demande de déplacer son congé pour que cela convienne à l’entreprise, etc.

Faire une marche avec bébé dans la poussette, c’est charmant, mais prendre 32 semaines de congé parental, faudrait pas charrier !
Marilyse Hamelin

Un sondage mené auprès de travailleurs par l’Ordre des conseillers en ressources humaines du Québec avait été publié en novembre 2015 : il révèle qu’un travailleur québécois sur trois croit qu’un employeur voit d’un mauvais œil le fait que le père prenne congé à la naissance de son enfant et la moitié des hommes interrogés estiment que cela peut nuire à leur carrière s’ils prennent leur congé paternité.

« La société valorise les hommes qui prennent soin de leur enfant, mais pas trop quand même. Faire une marche avec bébé dans la poussette, c’est charmant, mais prendre 32 semaines de congé parental, faudrait pas charrier ! » ironise Marilyse Hamelin !

Alos comment rendre égalitaire la parentalité ? Marilyse Hamelin est tout d’abord d’avis qu’il faut bonifier le RQAP : ce programme a indéniablement du bon et il a fait avancer les choses positivement au Québec au cours de la dernière décennie mais il est imparfait et on peut l’améliorer. Il est par exemple peu adapté aux travailleurs qui ont des revenus autonomes ou à faibles revenus, ainsi qu’à ceux qui ont des horaires flexibles et qui se retrouvent parfois tributaires des humeurs du boss. Marilyse Hamelin propose donc que les allocations ne soient plus calculées par semaine mais par jour pour rendre le système plus flexible et mieux adapté à cette catégorie de travailleurs.

Père et fils au début du 20ème siècle
Père et fils au début du 20ème siècle
Wikicommons

Elle suggère également d’allonger le congé paternité ainsi que le congé parental afin que le père en profite davantage sans pour autant empiéter sur celui de la mère. Et elle conseille que le père soit en congé alors que la mère est au travail : ainsi seul à la maison avec son enfant, le père mesure davantage l’ampleur des tâches domestiques et il resserre fortement ses liens avec son enfant.

J’ai vu récemment un de mes contacts Facebook qui vient d’avoir un bébé et qui profite d’un congé parental écrire sur son mur : « Je trouve qu’on devrait changer le terme « congé parental » par « travail parental », ce qui est on ne peut plus vrai ! 

Marilyse Hamelin rejette haut et fort le mythe selon lequel la femme est mère intuitivement et naturellement, le fameux « instinct maternel ». Tout faux dit-elle, on ne nait pas mère on le devient, pour parodier le célèbre "on ne nait pas femme, on le devient" de Simone de Beauvoir. Elle estime que tant que ce mythe va perdurer, la parentalité égalitaire sera impossible à atteindre. « Un homme peut tout aussi bien prendre soin des enfants qu’une femme, écrit-elle. La seule différence biologique se situe au niveau de la grossesse et de l’allaitement. Pour le reste, il n’y a rien de naturel là-dedans ».

Et elle ajoute : « Un père qui se retrouve seul à la maison avec son enfant voit ses compétences parentales stimulées. Il gagne en assurance. C’est la meilleure façon d’assurer une véritable coparentalité ».

En matière de parentalité, en plus de la résistance au changement, il faut se buter à des stéréotypes puissants et persistants

Marilyse Hamelin a pris soin de donner la parole dans son livre à autant d’hommes que femmes ). « Est-il possible de se redéfinir collectivement ? Peut-être mais il va falloir beaucoup d’efforts et de volonté politique. Et ce ne sera pas le fait d’une seule génération » renchérit-elle.
« Bien que lente, la progression de l’égalité sur le plan intime et familial est néanmoins indéniable. Je crois par ailleurs que la population est toujours légèrement en avance sur les décideurs politiques… Toutefois, en matière de parentalité, en plus de la résistance au changement, il faut se buter à des stéréotypes puissants et persistants. Contrairement aux idées reçues, il reste énormément de chemin à parcourir pour changer les mentalités » constate la jeune femme.

C’est pourquoi elle croit que l’État a un rôle fondamental à jouer pour poursuivre sur ce chemin de la parentalité égalitaire en mettant en place les mesures qui vont la favoriser. « La parentalité égalitaire compte parmi les dossiers centraux, si ce n’est LE principal chantier, où il faut œuvrer pour atteindre l’égalité des chances pour les femmes, toutes les femmes. Et il reste beaucoup à faire » conclut Marilyse Hamelin.
Ouais, y’a du boulot !!!