Médée, figure féministe de la mythologie grecque ?

mythe Médée en bande dessinée
Interview menée par Mohamed Kaci

Avec la dessinatrice Nancy Peña, Blandine Le Callet redonne vie en bande dessinée à l’une des grandes figures de la mythologie grecque antique: Médée, la magicienne, l’infanticide, la féministe controversée et scandaleuse. Qui est-elle réellement ? Entretien.

dans

"Médée, c'est celle qui dit non. Elle refuse tout ce qu'on lui demande : se soumettre à la volonté des hommes." Féministe ? Peut-être, mais une féministe pleine de paradoxes.

C'est ainsi que l'auteure Blandine Le Callet brosse son portrait en BD avec la dessinatrice Nancy Peña dans trois volumes parus chez Casterman.  Le dernier intitulé L'Epouse barbare vient de sortir. 

Normalienne, chercheuse en philosophie hellénistique, elle est spécialiste de la monstruosité dans l’Antiquité. Elle a décidé de consacrer une série de BD à ce personnage complexe et passionnant de la littérature grecque antique. 

Qui est Médée, figure controversée ?

"Une grande figure monstrueuse de l'Antiquité, raconte sur TV5MONDE Blandine Le Callet. C'est une princesse barbare qui vivait dans le royaume de Colchide sur les bords de la mer Noire. Elle va tomber amoureuse de Jason, le chef des Argonautes qui vient rechercher la toison d'or en terre de Colchide", explique la chercheuse. 

Représentation de la figure de la mythologie antique Médée par le peintre Eugène Delacroix. 
Représentation de la figure de la mythologie antique Médée par le peintre Eugène Delacroix. 
©DR/ Eugène Delacroix/Palais des Beaux arts de Lille


Blandine Le Callet s'est intéressée à ce personnage pour sa complexité. "C'est un très beau personnage de femme, extrêmement controversé puisqu'elle est connue principalement pour être une sorcière et la meurtrière de ses deux fils au moment de sa séparation d'avec Jason. Quand il l'abandonne, elle se venge en assassinant ses deux enfants. "


Une femme savante et scandaleuse

"Médée connaît les pouvoirs de la nature, des plantes, raconte la chercheuse. C'est l'irruption d'une femme puissante, savante, dominatrice au sein d'un monde grec qui ne reconnaissait aux femmes aucune intelligence ou pouvoir, qui ne les éduquait pas.

Médée, ce personnage féminin qui dénote dans la société de l'époque, nourrit de nombreux écrits : épopées, poésies mais surtout théâtres.

Un auteur va durablement changer l'histoire de cette figure mythique grecque en y ajoutant du drame et du scandale. "C'est le dramaturge grec Euripide qui invente la tradition d'une Médée infanticide. Au départ, dans le mythe, Médée s'enfuit et ses enfants sont tués à coups de pierre par les habitants de Corynthe. Euripide décide de rénover ce mythe, raconte Blandine Le Callet. C'est lui qui invente l'idée que Médée tue ses deux enfants. Cette version du mythe a eu tellement de succès qu'elle va être reprise dans l'Antiquité."
 

Figure du féminisme paradoxale 

"Pour une société patriarcale [comme la société grecque antique, ndlr] dans laquelle la femme est là pour produire des enfants et être fidèle à son mari, Médée c'est la femme qui revendique une sexualité épanouie. Lorsque Jason l'abandonne, elle dit 'je souffre que mon mari ne vienne plus faire l'amour avec moi'", relate la chercheuse. 

Mais Médée est aussi une femme de paradoxes. "C'est une princesse, elle a des esclaves. Tout en étant une figure de la libération, elle participe aussi finalement à l'asservissement d'autres femmes.