Michelle Obama "glacée jusqu'à la moelle" par Donald Trump

"Les femmes avec Trump" : le candidat républicain embrasse une pancarte de ses supportrices, le 12 octobre 2016, en pleine tourmente après ses propos sexistes sur la façon dont on peut avoir des relations sexuelles avec les femmes. 
"Les femmes avec Trump" : le candidat républicain embrasse une pancarte de ses supportrices, le 12 octobre 2016, en pleine tourmente après ses propos sexistes sur la façon dont on peut avoir des relations sexuelles avec les femmes. 
AP Photo/ Evan Vucci

Après les accusations d'agressions sexuelles par des femmes contre le candidat républicain Donald Trump, relayées par le New York Times, c'est au tour de Michelle Obama de donner de la voix, avec une déclaration virulente et inhabituelle. 

dans

Et si Donald Trump rendait un grand service aux femmes, aux Américaines en particulier ? Par ses propos dégradants sur la façon dont on peut mettre une femme dans son lit révélés dans une vidéo diffusée par le Washington, par cette stratégie d'assauts sexuels répétés révélés par ses victimes,  par ses attaques en dessous de la ceinture à l'égard de son adversaire démocrate Hillary Clinton, Donald Trump aura peut-être provoquée une secousse salutaire parmi l'électorat américain, en particulier chez les femmes, qui pourraient ne plus accepter les agressions sexuelles dans un silence honteux. C'est en tout cas le point de vue de Susan Dominus dans le New York Times : "Peut-être que Trump est le cadeau ultime aux féministes : un pincer et un vantard qui a porté l'attention du monde entier sur les outrages que les femmes endurent tranquillement depuis toujours. (.../...) Ces révélations à propos de Trump, ses propres mots, pourraient donner aux femmes l'impulsion, la force, de regarder autrement leurs propres expériences d'agressions sexuelles."


A retrouver dans Terriennes sur ce sujet :

> Donald Trump, le sexisme et le machisme en bandoulière

Donald Trump : un comportement de prédateur sexuel
Michelle Obama

Mais le coup de grâce pourrait avoir été asséné par Michelle Obama, la "première dame" à la popularité grandissante  alors que s'annonce la fin de sa présence à la Maison Blanche. Michelle Obama a reproché à Donald Trump d'avoir tenu des propos "intolérables" sur les femmes, le candidat républicain accusé d'agressions sexuelles se disant victime de "mensonges éhontés" de la part de médias roulant selon lui pour sa rivale démocrate. "Quel que soit le parti auquel on appartient, démocrate, républicain ou indépendant, aucune femme ne mérite d'être traitée de cette façon. Personne ne mérite ce genre d'injures", a déclaré l'épouse du président américain, dans un discours passionné, au ton inhabituellement dur, prononcé le jeudi 13 octobre 2016 au soir, dans le New Hampshire où elle faisait campagne pour Hillary Clincton.
 


"Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons ignorer. Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons glisser sous le tapis, ou une nouvelle note de bas d page dans un moment triste d'une élection. Il ne s'agissait pas de discussions de vestiaire. Il s'agissait d'un homme puissant s'exprimant librement et ouvertement sur un comportement de prédateur sexuel. Et se vantant d'embrasser et de peloter des femmes", juge Mme Obama, la voix presque tremblante. En poursuivant : "L'irrespect de nos ambitions et de notre intelligence. La certitude que vous pouvez faire ce que vous voulez d'une femme. C'est cruel, c'est effrayant, et la vérité, c'est que ça fait mal."

"Trop, c'est trop", le coup de grâce de Michelle Obama à Donald Trump ?

La femme du président des Etats-Unis se dit aussi "glacée jusqu'à la moelle", par l'attitude de Donald Trump vis-à-vis des femmes. "Ce n'est pas normal. Ce n'est pas la politique telle qu'on l'entend. C'est honteux. C'est intolérable". Et elle a conclut : "Ça nous rappelle ces histoires que nous ont racontées nos mères et grands-mères sur leur patron qui pouvait faire tout ce qu'il voulait aux femmes du bureau. On pensait que c'était de l'histoire ancienne, mais non, nous y revoilà: on est en 2016 et on entend exactement la même chose au quotidien pendant cette campagne, on s'y noie.
On ne peut pas exposer nos enfants à cela une minute de plus, et encore moins pendant quatre ans. Le moment est arrivé de prendre les choses en main et de dire que trop, c'est trop.
"

Le 12 octobre 2016, à travers différents médias, plusieurs femmes étaient sorties de l'ombre pour raconter les mauvaises manières du candidat républicain, frôlant harcèlement et agression sexuels caractérisés. Les voici rassemblées par l'AFP :

Jessica Leeds, 74 ans, ancienne femme d'affaires.

- Lieu: dans un avion.

- Date: au début des années 1980

- "Il était comme une pieuvre (...) ses mains étaient partout".

- Source: le New York Times

Rachel Crooks, la trentaine, réceptionniste à l'époque.

- Lieu: à la sortie d'un ascenseur de la Trump Tower, à New York.

- Date: 2005

- Après avoir simplement fait connaissance et échangé une poignée de main, "il m'a embrassé directement sur la bouche".

- Source: le New York Times

Jill Harth, travaillait pour des concours de beauté

- Lieu: à Mar-a-Lago, le domaine de Trump en Floride

- Date: 24 janvier 1993

- "J'admirais la décoration, et la seule chose dont je me souviens ensuite c'est qu'il me pousse contre un mur et met ses mains partout sur moi"

- Source: le New York Times

Mindy McGillivray, 36 ans, qui était assistante photographe.

- Lieu: à Mar-a-Lago, le domaine de Trump en Floride

- Date: 24 janvier 2003

- "C'était plutôt un pelotage appuyé. Plus qu'un simple attouchement. C'était très près du centre de mes fesses. J'étais abasourdie".

- Source: le Palm Beach Post

Natasha Stoynoff, qui collaborait au magazine People.

- Lieu: à Mar-a-Lago, le domaine de Trump en Floride

- Date: décembre 2005

- Accusation: "Trump a fermé la porte derrière nous. Je me suis retournée, et en l'espace de quelques secondes, il était en train de me plaquer contre le mur et d'enfoncer sa langue dans ma gorge"

- Source: magazine People

Cassandra Searles, ancienne Miss Washington 2013.

- Lieu: concours de Miss Etats-Unis

- Date: 2013

- Accusation: "Il ne veut probablement pas que je raconte l'histoire de cette époque quand il me pelotait continuellement les fesses et m'invitait dans sa chambre d'hôtel".

- Source: sa page Facebook rapportée par Yahoo

Temple Taggart McDowell, ancienne miss Utah.

- Lieu: concours Miss USA à Shreveport, en Louisiane

- Date: 1997

- Accusation: "C'est à ce moment-là qu'il s'est retourné vers moi, m'a donné une accolade et m'a embrassée sur la bouche".

- Source: NBC News

La réponse de Donald Trump ne surprendra personne et a été assénée via les réseaux sociaux :
 


"L'histoire bidon publiée par le New York Times en plein déclin est inventée de toutes pièces", a tweeté le candidat républicain, qui ne parvient pas à détourner l'attention des médias de son passé de séducteur lourdingue revendiqué et d'organisateur de concours de beauté.

A retrouver dans Terriennes :

> Michelle Obama, celle qu’on regrettera

Michelle Obama après sa charge virulente contre Donald Trump lors du meeting de soutien à Hillary Clinton le 13 octobre 2016
Michelle Obama après sa charge virulente contre Donald Trump lors du meeting de soutien à Hillary Clinton le 13 octobre 2016
AP Photo/Jim Cole