Mobile Film Festival : place aux femmes?

Extrait du court-métrage "Meilleurs voeux" de Camille de La Poëze qui était en lice au Mobile Film Festival 2017.
Extrait du court-métrage "Meilleurs voeux" de Camille de La Poëze qui était en lice au Mobile Film Festival 2017.

Avec son principe "1 mobile, 1 minute, 1 film", le Mobile Film Festival permet à de jeunes réalisateurs-trices de porter d'autres voix sur grand écran. Cette année de nombreuses femmes participaient au concours pour parler notamment d'inégalités et de violences faites aux femmes. L'une d'elle a remporté le prix du Public. 

dans

Cette année, place aux femmes. Parmi les 752 films reçus de 62 pays, 51 ont été sélectionnés pour participer à ce festival annuel de courts-métrages d'une minute réalisés uniquement avec des téléphones portables.

Ce cru 2017 comptait plus de femmes réalisatrices que l'année dernière. Parmi les sujets qu'elles ont traités : les inégalités hommes-femmes, les violences conjugales, la beauté cachée des femmes ou encore les mariages forcés... Mais pas seulement. 

►Retrouvez le palmarès du Mobile Film Festival 2016 et les interviews des lauréats. 

Voici quelques uns de nos coups de coeur sur, en particulier sur ces sujets Terriennes  :
 

Un palmarès masculin

Mais ces femmes étaient peu représentées dans le palmarès divulgué, ce mardi 28 février 2017, à Paris. Le court-métrage de l'Iranienne Reza Jafarzadeh a reçu, lui, le prix du Public pour son "Hidden figure" (personne cachée). On y voit une jeune femme, comme les autres, se préparer à sortir. Elle se maquille, pose du rouge à lèvres avant de se revêtir d'une burka. 
 

Cette année, le jury était - pourtant - présidé par une femme, la réalisatrice Émmanuelle Bercot, accompagnée de collègues féminines en nombre : Kim Chapiron, Emilie Dequenne, Maïmouna Doucouré, Julie Gayet, Laurent Grégoire, Jalil Lespert et Aïssa Maïga.

Le Grand Prix de France a ainsi été remis à Paul Marques Duarte et Violette Gitton pour "I love London" sur la vie d'un migrant arrivé à Paris. Un thème très présent dans cette édition. Ce court-métrage a également reçu le prix d'interprétation féminine pour Asma Coto dans le rôle de la maman.
 


Le Grand Prix International a été attribué au Tunisien Rami Jarboui ou comment une recette de soupe se transforme en critique politique. 


Enfin le Prix du scénario, du jury des Youtubeurs et de Senscritique a été décerné au court-métrage "T’es un Bonhomme" du Français Sylvain Certain qui totalise déjà plus de 500 000 vues sur Youtube. Le film joue sur les préjugés et les apparences, bien souvent trompeuses. "Devenir un homme", "avoir des couilles", c'est surtout assumer ces choix et tout faire pour les réaliser. Pas autre chose. 

Depuis 12 ans et l'essor du téléphone portable, le Mobile Film Festival promeut ces nouveaux réalisateurs-trices. Parions que l'année prochaine, plus de femmes figureront au palmarès.