Nina et Aurélie dans l'enfer des “tournantes“, devant leurs violeurs, jugés 10 ans après les faits

Quinze hommes de 29 à 33 ans, sont jugés depuis le mardi 18 septembre 2012 par les assises des mineurs du Val-de-Marne, accusés de viols collectifs entre 1999 et 2001 sur deux adolescentes alors âgées de 15 et 16 ans, qui ont longtemps gardé le silence.

dans
Longtemps tue, l'affaire avait éclaté au détour d'une agression à l'automne 2005 : tabassée dans la rue pour un regard de travers, Nina s'en ouvre auprès des policiers. Elle leur raconte que son agresseur faisait partie de garçons qui la violaient plusieurs années auparavant. Un calvaire qui, selon elle, a duré six mois en 1999. La jeune fille explique n'avoir jamais porté plainte "par peur de représailles". Au fil des investigations, les policiers mettent au jour les agissements passés d'une vingtaine d'adolescents accusés d'avoir asservi Nina et une autre jeune fille, dans un "système" de tournantes, quelques années plus tôt. Marquée par la vie, usée psychologiquement, Nina a 16 ans quand, explique-t-elle, elle est violée une première fois au dernier étage d'une tour de la cité de la Redoute, par un garçon à peine plus âgé qu'elle. Un viol commis dans un maelström de rires, de violences et de menaces proférées par un groupe d'adolescents spectateurs. Le procès se tiendra jusqu'au 12 octobre, les accusés aujourd'hui pères de famille et salariés risquent jusqu'à 10 ans de prison...

Nina et Aurélie dans l'enfer des “tournantes“, devant leurs violeurs, jugés 10 ans après les faits