ONU Femmes, un travail de Sisyphe

Lakshmi Puri, directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes, en compagnie de l'actrice australienne (et hollywoodienne) Nicole Kidman, par ailleurs ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies, à Berlin en juillet 2013, où elles reçoivent les récompenses de la Fondation du cinéma pour la paix - http://www.cinemaforpeace-foundation.com/
Lakshmi Puri, directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes, en compagnie de l'actrice australienne (et hollywoodienne) Nicole Kidman, par ailleurs ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies, à Berlin en juillet 2013, où elles reçoivent les récompenses de la Fondation du cinéma pour la paix - http://www.cinemaforpeace-foundation.com/

Après trois ans d'action, ONU femmes, l'une des plus jeunes entités des Nations Unies, créée en 2010, installée en 2011, est prise entre une mission toujours plus conséquente, à mesure que les droits des femmes évoluent et régressent en même temps, et des moyens en inadéquation avec le travail nécessaire pour l'amélioration des conditions de vie et de travail de la moitié de l'humanité, préalable indispensable à une existence meilleure pour la planète entière. Lakhsmi Puri, Directrice exécutive adjointe de ONU Femmes était à Paris le 7 mai 2014. Nous l'avons rencontrée.

dans

La haute fonctionnaire internationale nous fait part de ses espoirs pour ONU Femmes et la citoyenne indienne nous parle de l'irruption effective des droits des femmes durant les élections générales qui s'achèvent, après un mois, dans l'un des plus grands et plus peuplés pays du monde.

Infatigable ambassadrice de la cause des femmes, Lakshmi Puri, directrice exécutive adjointe de ONU Femmes, l'une des plus jeunes entités des Nations Unies, était de passage à Paris pour une conférence de l'OCDE, Organisation de Coopération et de Développement Économiques - coopération, développement, économie, trois termes indispensables à l'amélioration de la vie des femmes dans le monde.

Lors de l'entretien qu'elle a accordé à Terriennes, Madame Lakshmi Puri revient sur le travail accompli par ONU Femmes en dépit des faibles moyens mis à la disposition de cette division par les Etats membres des Nations unies, pourtant signataires de sa création lors de l'Assemblée générale des Nations Unies en 2010 pour "l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes".

Une mission titanesque, sans cesse recommencée, "tel Sisyphe remontant sans cesse sa roche au sommet de la montagne". Si les droits des femmes s'améliorent dans certaines parties du monde, ailleurs ils régressent. Même dans les pays développés, rien n'est jamais acquis, en témoignent les attaques menées en Europe et en Amérique du Nord contre l'interruption volontaire de grossesse.

Lakshmi Puri, qui fut longtemps attachée au ministère des Affaires étrangères d'Inde, comme ambassadrice ou haut fonctionnaire, revient aussi sur les crimes sexuels et les réactions citoyennes qui agitent son pays depuis décembre 2012. Un mal, qui selon elle, a aussi entrainé un positionnement salutaire de la société civile et des dirigeants politiques de la "plus grande démocratie du monde".

“Empêcher tout retour en arrière“

07.05.2014propos recueillis par Sylvie Braibant et Martin Vanden Bossche
"Nous avons poussé les gouvernements à inscrire les droits des femmes et leur autonomisation comme priorités dans leurs agendas. Nous soutenons les organisations de femmes. Nous menons des projets concrets dans de nombreux pays, et nous avons fait des violences faites aux femmes une cause mondiale prioritaire.

Nous devons continuer notre travail de mobilisation des autorités sur ces sujets, envers et contre tous les revers de situation. Nous devons par exemple être vigilants face aux printemps arabes pour que l'implication des femmes ne disparaisse pas dans l'oubli."
“Empêcher tout retour en arrière“

“Les Indiennes doivent faire face à d'immenses paradoxes“

07.05.2014propos recueillis par Sylvie Braibant et Martin Vanden Bossche
"Les Indiennes, enfermées en majorité dans des situations d'extrême pauvreté, n'ont pas pu s'approprier des lois qui leur sont pourtant favorables, ni avoir la force de réclamer leurs droits. Pourtant nous pouvons nous enorgueillir d'avoir, bien plus tôt que d'autres pays, porté des femmes exceptionnelles au pouvoir, comme Indira Gandhi. Ce qui est nouveau, c'est l'irruption des droits des femmes dans le débat électoral indien, comme on a pu le voir lors des élections législatives de 2014."
“Les Indiennes doivent faire face à d'immenses paradoxes“