Planification des naissances, une révolution familiale au Niger

Le chef traditionnel du village de Zabori, à Tanout, en assemblée générale avec la population, mars 2016., dans la région de Zinder (Sud)
Le chef traditionnel du village de Zabori, à Tanout, en assemblée générale avec la population, mars 2016., dans la région de Zinder (Sud)
(c) Mina Kaci

Au Niger, des chefs coutumiers tentent de faire évoluer les traditions familiales en poussant au contrôle des naissances et donc à l'extension de la contraception. Des évolutions freinées par les conservateurs proches du pouvoir à Niamey. Reportage

dans

Sans bruit ni fureur, une révolution est en train d’ébranler les préjugés sur la planification familiale à Zinder et Dosso, deux régions du Sud du Niger, pays d’Afrique de l’Ouest, où le taux de fécondité est le plus élevé au monde, avec sept enfants par femme en moyenne. A la tête de la révolution : la chefferie traditionnelle, accompagnée par le Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA), unis pour que « cesse la souffrance infligée aux femmes », explique le sultan de Dosso, Maidanda Djermakoye.   
 

Haoua Mamane, villageoise de Zabori  se destine à enseigner                       
Haoua Mamane, villageoise de Zabori  se destine à enseigner                       
(c) Mina Kaci

Mon époux et moi avons décidé de nous arrêter au cinquième enfant
Haoua Mamane, 22 ans

Zainabou Mitchikane et Haoua Mamane, jeunes femmes de vingt-deux ans, vivent au fin-fond de la brousse, l’une à Tanout ; l’autre à Zabori, deux villages noyés dans l’immensité de ces régions. Toutes deux expriment leur « bonheur » de pouvoir « espacer les naissances » en utilisant la contraception. La première, élève à l’Ecole normale, mère d’une fillette, y a été sensibilisée depuis juin 2013. La seconde, bergère éduquant quatre enfants, l’a été en mars 2016. « Je suis allée à une rencontre convoquée par le chef traditionnel de mon village, en mars 2016. Il a insisté sur les bienfaits de la planification familiale. Il a aussi parlé des conséquences des mariages et des grossesses précoces », dit Haoua Mamane. « Je me suis reconnue dans ses paroles. Il est vrai que les temps sont durs, on ne trouve même plus de quoi faire manger notre bétail dans la brousse. On doit espacer les naissances. Mon époux et moi avons décidé de nous arrêter au cinquième enfant », souligne t-elle.
 

Zainabou Mitchikane avec son époux et leur fille
Zainabou Mitchikane avec son époux et leur fille
(c) Mina Kaci

La contraception est arrivée comme un cadeau
Zainabou Mitchikane, 22 ans

En écho, à l’autre bout du Niger, Zainabou Mitchikane se réjouit : « La contraception est arrivée comme un cadeau. J’ai été obligée d’arrêter ma scolarité pendant une année après ma grossesse. Or, je voulais à tout prix reprendre mes études et devenir enseignante avant d’avoir un deuxième enfant. »

Les regards de Zainabou et de Haoua s’illuminent quand elles évoquent l’implant (méthode contraceptive la plus utilisée dans les villages) qui a bouleversé leur vie. Combien d’autres femmes des régions de Zinder et Dosso ont-elles éprouvé le soulagement de ne plus enfanter d’une année sur l’autre ? Les chiffres montrent une évolution encourageante. A Dosso, par exemple, le taux de la contraception est passé de 18,66% en 2014 à 29,88% en 2015.

Une progression qui revient sans conteste à l’implication de la chefferie traditionnelle qui a fait de la planification familiale un combat prioritaire.
 

Le sultan de la région de Dosso (Sud Est), Maidanda Djermakoye dont la parole porte loin
Le sultan de la région de Dosso (Sud Est), Maidanda Djermakoye dont la parole porte loin
(c) Mina Kaci

Des chefs traditionnels à l'assaut des traditions


Installé sur le trône, au palais, le sultan Maidanda Djermakoye déclare : « Il faut faire le nombre d’enfants que l’on est capable de nourrir et éduquer. » La parole du sage est relayée par les milliers de chefs coutumiers de cantons ou de villages lors des causeries qui rassemblent les habitants, hommes et femmes confondus. « Comment une femme peut-elle s’épanouir avec un bébé dans le dos, un enfant qu’elle traine par la main et un troisième à venir ? », explique Alahassane Albadé, le secrétaire général de l’Association des chefs traditionnels du Niger.

Forts de leur union et de leur partenariat avec l’UNPFA, ces gardiens des valeurs ancestrales sont en train de chambouler les normes sociales préjudiciables à la santé et aux droits des femmes. « Nous demandons aux imams de ne pas célébrer le mariage si la fille est encore une enfant », précise Alahassane Albadé. Il poursuit : « Tôt ou tard, on arrivera à stopper les mariages et les grossesses précoces. Nous recevons déjà de nombreuses jeunes filles qui se sauvent de chez elles et viennent nous demander notre protection. »

Dans un centre de santé, des affiches pour vanter les mérites du Planning familial, à Tanout, dans la région de Zinder
Dans un centre de santé, des affiches pour vanter les mérites du Planning familial, à Tanout, dans la région de Zinder
(c) Mina Kaci

Un gouvernement réticent


La chefferie traditionnelle ne ménage pas ses efforts pour imposer au gouvernement la mise en place d’une loi sanctionnant ces unions enfantines, lesquelles induisent des grossesse adolescentes, car chacune des filles se doit de prouver sa fécondité dès la première année des épousailles.

Fermé à la sollicitation des chefs coutumiers, le gouvernement est davantage sensible à la pression qui s’exerce à son égard de la part des conservateurs, qui refusent toute législation dans ce domaine. Mais Alahassane Albadé se dit « confiant » en estimant que « la loi peut voir le jour d’ici à la fin du mandat, peut être même en 2018, à condition d’avoir l’appui des femmes et des jeunes ». L’affluence des populations féminines et juvéniles dans les multiples rencontres est-elle le signe que la révolution silencieuse est en marche ?

Tradition et progrès se mêlent au village de Tanou-abou nazer : les femmes préparent le repas pour fêter l'inauguration de la nouvelle mosquée
Tradition et progrès se mêlent au village de Tanou-abou nazer : les femmes préparent le repas pour fêter l'inauguration de la nouvelle mosquée
(c) Mina Kaci

A retrouver dans Terriennes sur le même thème :

> Au Niger, l'instruction, levier incontournable de l'émancipation des filles